00:00:00 Nos sites KINYARWANDA ENGLISH FRANCAIS

Urgent

Le Rwanda met en place une heure de fermeture pour les loisirs nocturnes

Redigé par Franck_Espoir Ndizeye
Le 2 août 2023 à 12:47

Face à une préoccupation grandissante concernant la pollution sonore, le gouvernement du Rwanda a annoncé de nouvelles restrictions horaires visant à réguler les concerts et autres activités nocturnes considérées comme non essentielles.

Ces mesures, perçues comme un effort pour renforcer les mesures existantes contre la pollution sonore, ont été décidées lors du conseil des ministres présidé par Paul Kagame mardi 1er août au Village Urugwiro.

La décision fixe de nouveaux horaires de fermeture pour toutes les activités de divertissement : 2 heures du matin pendant les week-ends et une heure plus tôt les autres jours.

Elle confirme la position intransigeante du gouvernement sur la lutte contre la pollution sonore.

"Pour une régulation efficace des divertissements nocturnes et de la pollution sonore, le Cabinet a établi une heure de fermeture des services non essentiels à 1 heure du matin les jours ouvrables, et 2 heures du matin les week-ends (vendredi et samedi), à partir du 1er septembre 2023," indique la déclaration post-Cabinet.

Les établissements et événements nécessitant des exceptions pour opérer au-delà des horaires de fermeture fixés pourront obtenir une approbation après avoir rempli des exigences qui seront annoncées par l’Agence Rwandaise de Développement (RDB).

Cette décision intervient à un moment où l’application des mesures de pollution sonore par la Police Nationale du Rwanda (RNP) continue de susciter des réactions mitigées sur les réseaux sociaux. De nombreux internautes estiment qu’il n’existe pas de méthode standard utilisée par les forces de l’ordre pour déterminer s’il y a pollution sonore ou non.

La nouvelle réglementation illustre une tendance croissante à reconnaître l’impact potentiellement néfaste du bruit sur la santé et la qualité de vie des citoyens.

Elle souligne également la volonté du gouvernement de trouver un équilibre entre la vitalité de la vie nocturne et le besoin de tranquillité des habitants.

Le débat public qui en résulte sur l’efficacité et la mise en œuvre de ces mesures souligne la complexité de la régulation de la pollution sonore dans un contexte moderne et urbain.

Cela pose également la question de la responsabilité partagée entre les autorités, les propriétaires d’établissements et les citoyens dans la création d’un environnement sonore agréable et respectueux de la loi.

A Gisimenti, carrefour du divertissement où un monde de gens se retrouve chaque week-end.

Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité