00:00:00 Nos sites KINYARWANDA ENGLISH FRANCAIS

Urgent

Le Royaume-Uni dénonce un double discours sur les migrants

Redigé par Henriette Akimana
Le 23 mai 2023 à 11:57

Le ministre britannique de la Sécurité a exprimé des reproches au Haut commissariat des Nations unies pour les refugees (HCR), l’accusant d’hypocrisie pour son double discours sur la politique du Royaume-Uni de transfert des migrants vers le Rwanda.

Selon lui, cette position est d’autant plus hypocrite car un accord semblable est en vigueur entre le Rwanda et le HCR.

En 2019, le HCR a été l’un des acteurs clés d’un programme visant à relocaliser des migrants bloqués en Libye. Les partenaires de cette initiative, dont le gouvernement rwandais, ont établi un camp d’accueil à Gashora, dans le district de Bugesera.

Sur ce site, les migrants bénéficient d’un logement et de soins nécessaires. Depuis son lancement, plus de 1 500 migrants ont été relocalisés à Gashora, et près d’un millier ont obtenu l’asile dans les pays tiers.

Malgré cet antécédent, le HCR s’oppose à la politique du Royaume-Uni de déplacer des migrants vers le Rwanda. Cette position a été mise en lumière lors d’une audience le mois dernier à la Cour d’appel britannique.

Les avocats de l’organisation de défense des migrants ont argumenté que le Rwanda est réputé pour ne pas respecter les droits de l’homme et que les migrants transférés ne bénéficieraient plus de la protection du Royaume-Uni.

Un employé du ministère de la Sécurité a répliqué dans une interview au Times, affirmant : « Il semble hypocrite que le HCR critique notre programme avec le Rwanda, tout en participant à un projet similaire dans ce pays. »

En 2022, le Royaume-Uni et le Rwanda ont conclu un accord pour que le Rwanda accueille des immigrants arrivés illégalement en Grande-Bretagne.

À leur arrivée, ces migrants recevront des documents permettant de résider légalement dans le pays et seront soutenus pour démarrer leur nouvelle vie.

Le Royaume-Uni soutient que cette initiative réduira le nombre de migrants entreprenant des voyages dangereux en quête d’asile, tout en minimisant les coûts gouvernementaux associés à leur accueil et à leur prise en charge.

L’une des familles qui a contesté son transfert vers le Rwanda a fait valoir que le Rwanda n’était pas un pays sûr pour les migrants. Les avocats de cette famille, lors d’une audience le mois dernier, ont affirmé que le Rwanda est connu pour ses violations des droits de l’homme.

Ils ont ajouté que si le Royaume-Uni choisissait de transférer des migrants vers le Rwanda, ceux-ci ne seraient plus sous la protection britannique, ce qui signifie un potentiel manque de moyens pour garantir leur sécurité.

Les premiers migrants devaient arriver au Rwanda en juillet 2022, mais cette échéance a été retardée à la suite d’ une plainte déposée par des organisations de défense des droits des migrants britanniques.

La Cour est toujours en attente de la décision sur l’appel interjeté par ces organisations et certaines familles de migrants.

Le ministre britannique de la Sécurité
Le HCR a été l’un des acteurs clés d’un programme visant à relocaliser des migrants bloqués en Libye

Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité