Le Procès des anciens militaires déserteurs pour les Camps d’entrainement de RNC dans le Mulenge

Redigé par IGIHE
Le 20 septembre 2020 à 09:59

Ce jeudi 17 septembre 2020, la Cour militaire organise une autre séance de débats du procès où comparaissent 32 rebelles appartenant à différents groupes armés rwandais opérant à partir des plateaux de l’Itombwe, dans le Mulenge, en province congolaise du Sud Kivu. Le Ministère public rappelle que ce groupe est accusé de création et de faire partie d’un groupe armé illégal, de complicité avec un pays étranger qui sert d’arrière base pour attaquer son pays. Pour la session de ce jeudi, l’opportunité de la (...)

Ce jeudi 17 septembre 2020, la Cour militaire organise une autre séance de débats du procès où comparaissent 32 rebelles appartenant à différents groupes armés rwandais opérant à partir des plateaux de l’Itombwe, dans le Mulenge, en province congolaise du Sud Kivu.
Le Ministère public rappelle que ce groupe est accusé de création et de faire partie d’un groupe armé illégal, de complicité avec un pays étranger qui sert d’arrière base pour attaquer son pays.
Pour la session de ce jeudi, l’opportunité de la défense a été donnée au groupe composé de Ildéphonse Nsigariye, Jean de Dieu Ndirahira, Desidério Fred et du Soldat Ruhinda en cavale. Ces derniers font partie du grand groupe de 25 personnes capturés dans les forêts congolaises.
Un autre groupe composé de Soldats Dieudonné Muhire et Champagnat Igitego, Caporaux Viateur Kayiranga et Jean Bosco Dusabimana et les civils Pacifique Muhire et Richard Nzafashwanimana est quand à lui, poursuivi pour désertion des rangs de l’armée, complicité pour déstabiliser et déposer le régime politique en place au pays par la lutte armée et autres moyens, former un rébellion et sensibiliser les gens pour leur adhésion et participer activement aux activités d’un groupe terroriste.
Ces accusations sont graves. Les accusés les rejettent en bloc.
Il est 11:42. Le juge tronant, Lt-Col Bernard Hategekimana appelle à la barre le Soldat déserteur des RDF, Jean Bosco Ruhinda. Il est toujours en cavale, est-il dit. Passons !
-  M. le procureur, de quoi est-il accusé, au fait ?
-  Votre Honneur, Soldat Ruhinda était dans les rangs de les Forces Armées de Défense jusqu’en 2004, date à laquelle il a déserté pour l’Uganda. Là, il a rejoint le RNC/Rwanda National Congresss. Il a alors commencé les activités de recrutement des jeunes pour les camps d’entraînement du P5 (Coalition de mouvements politiques et armés de MRCD, FDLR, FLN, RNC, FDU). Il a fait d’incessantes navettes entre le QG de RNC de Kampala et Bijabo dans le Mulenge où sont organisées des activités de formation militaire des recrues.
Votre honneur, c’est ce Soldat Ruhinda qui est pratiquement le maître d’œuvre de ce P5 car même le Major Mudathiru qui le dirigeait y a adhéré peu après lui. Il a même recruté le Sergent retraité ugandais Ibrahim Lubega qui a combattu pour l’APR/Armée Patriotique rwandaise qui a quitté les rangs au moment où le Rwanda décorait les étrangers qui ont contribué à la Libération du Rwanda.

Le Major Mudathiru, présent dans la salle d’audience, intervient. Il confirme que le Soldat Ruhinda était réellement le Commandant du P5, qu’il a dû démissionner de ses responsabilités de commandement au moment où il se préparait au voyage du Burundi pour soins de santé.
« A cause des dissensions survenues au sein du P5, Ruhinda, Kanyemera et leurs camarades ont décidé de quitter les rangs. Quand la colonne du P5 a pris la direction de l’Uganda pour tomber à Masisi sous le feu des FARDC pour, les capturés, les extrader vers la justice au Rwanda, Rulinda n’était pas dans la colonne. Il se peut qu’i
Le Soldat Muhire Dieudonné, lui, réfute les crimes de terrorisme. Je n’ai pas été arrêté sur le front ou dans des activités armées.
« J’ai été arrêté en 2018 dans le District de Burera alors que j’entrais illégalement au Rwanda. J’accepte avoir déserté RDF pour aller en Uganda. Je revenais d’Uganda car la vie de là-bas m’était difficile », a-t-il dit. L’auditeur militaire, Capt Rugamba, demande pourquoi ce soldat se dédie alors qu’il a confirmé par deux fois dans l’interrogatoire lui administré par l’OPJ. Le jeune homme change de stratégie. Il n’accepte plus les crimes dont il est accusé même avec la promesse de l’auditorat militaire qui lui a promis des peines réduites pour avoir coopéré avec la justice.
Commencée vers 11 heures, la séance est levée à 16:45.
l soit resté dans les forêts congolaises », a dit Mudathiru


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité