00:00:00 Nos sites KINYARWANDA ENGLISH FRANCAIS

Urgent

Le Président Kagame demande au FPR Inkotanyi de chercher son remplaçant

Redigé par Bazikarev
Le 11 mars 2024 à 01:11

Le Président Kagame, qui est également le Président du parti Front Patriotique Rwandais Inkotanyi, a demandé aux membres de commencer tôt à chercher celui qui va le remplacer, sans attendre qu’il ne soit pas impliqué dans ce processus. Il a particulièrement insisté sur les jeunes âgés de 30 à 49 ans.

Il a réitéré cette demande lors du Congrès du parti qui s’est tenu ce samedi, où il a également été désigné comme candidat du parti pour les élections prévues en août de cette année.

"Je vous remercie pour votre confiance. Avec cette confiance, je veux encore vous dire quelque chose. En 2010, vous m’aviez également accordé votre confiance, et nous en avions longuement discuté auparavant, je m’en souviens au Petit Stade, il y avait beaucoup de gens presque comme vous. Je vous ai dit certaines choses, et vous devez aussi me dire les vôtres. Je vais même jusqu’à vous dire que vous devriez également envisager d’autres options, car les choses peuvent changer."

Il a déclaré qu’à l’époque, l’un des participants avait apporté un témoignage, dont il ne se souvient pas du nom, mais dont il se rappelle très bien le contenu.

"Beaucoup de gens se sont levés, et à un moment donné, un homme de Rusizi s’est levé et nous a raconté son histoire, la liant à celle du Rwanda. Il a expliqué pourquoi je devais être le candidat du FPR, racontant son histoire, comment il fait des affaires, au Burundi et en RDC."

"Il a raconté son histoire, ses liens familiaux et comment certains membres de sa famille ont joué un rôle dans la période sombre de l’histoire du pays. Il a dit que s’il n’était pas candidat [...] il nous a dit qu’il avait des biens à Rusizi [...] et que s’il n’était pas candidat, cela signifierait qu’il pourrait choisir de devenir un réfugié."

Cet homme a dit que même s’il devait fuir, cela ne signifierait pas que les choses iraient mieux au Rwanda, mais que "c’est la peur que j’ai de ce qui pourrait arriver si vous n’étiez pas le candidat".

Le Président Kagame a déclaré qu’il en a tiré une leçon à l’époque, disant : "Nous ne semblons généralement pas donner à ceux que nous dirigeons une confiance qui va jusqu’à leur faire penser que s’ils ne sont pas là, les choses pourraient revenir à la situation d’avant.

L’autre leçon, c’est que la tâche qui nous attend est plus grande que ce qu’on nous dit."

Il a ajouté qu’en 2017 aussi, il avait accepté de se présenter, mais demande aux gens de réfléchir à "la manière dont nous pouvons nous reconstruire et trouver d’autres personnes capables pour poursuivre le voyage comme il se doit".

"Le voyage que nous faisons n’est pas une construction sans garantie. Nous devons trouver une garantie pour ce que nous construisons. Cette garantie ne vient de nulle part d’autre que des gens, de nous tous. On ne doit pas toujours présumer, car les conséquences seront visibles à un moment donné."

"Même maintenant, bien que je l’aie accepté et que je n’ai nulle part où m’enfuir, je ne veux pas vous abandonner ni vous dire qui je vais vous donner, vous devrez le choisir vous-mêmes."

Il a déclaré qu’il pourrait donner son avis sur le candidat proposé et qu’exprimer son point de vue fait partie de sa nature qu’il ne peut s’empêcher.

"Le fait que je puisse donner mon avis, comme si vous aviez d’abord mal jugé quelqu’un, est possible... Quel que soit le moment, si j’ai un avis, je ne peux pas m’empêcher de dire ’non, c’est une erreur’. C’est ma nature. Je ne peux pas fuir ma nature. Je vous dirai que vous avez fait une erreur et que cela vous reviendra, mais cela ne devrait pas vous empêcher d’aller de l’avant."

"Même maintenant, je me pose la question : qu’est-ce qui pourrait causer que ces gens viennent vivants, que nous travaillions ensemble et progressions, mais qu’ensuite personne d’autre n’émerge ?"

Le regard porté sur les moins de 50 ans

Le Président Kagame a insisté sur le fait que son successeur devrait être quelqu’un âgé de 30 ou 40 ans, n’ayant pas encore atteint la cinquantaine.

"Il viendra un moment où ce sera encore pire, car pour les gens de mon âge, au fur et à mesure que nous quittons l’arène, je vois qu’il y a beaucoup à faire avec ceux qui restent pour les faire avancer et leur transmettre notre mentalité... Je reporte également mon regard en arrière, ne voulant pas les dépasser."

Il a expliqué que la raison pour laquelle il ne les dépassait pas était que les aînés sont leurs parents et leurs modèles. "Je compte sur eux pour ne pas montrer plus que ce que nous leur enseignons, sauf s’ils deviennent des braves et j’espère qu’ils le deviendront, en rejetant les mauvaises habitudes que certains d’entre nous avons, pour qu’ils puissent être ceux qu’ils doivent être."

Il a affirmé que son attention se portait principalement sur les personnes dans la trentaine et la quarantaine, car certains de ceux qui ont atteint la cinquantaine commencent à se relâcher. "Je veux ceux qui ont 30 ans, environ 40, 45, 49 ans."

Il a poursuivi : "Je vous rappelle encore une fois l’approche, les valeurs, le comportement, la compréhension, la foi, la recherche de soi. Réfléchissons à nos autres options, car si ce n’étaient pas ces autres options spéciales, vous ne m’auriez pas soutenu en 2010, 2017, 2024, et la raison pour laquelle j’ai accepté malgré moi est le caractère spécial de notre pays, de notre histoire et du monde difficile dans lequel nous vivons. C’est pourquoi je regarde ailleurs et accepte, bien que nous devrions aussi chercher d’autres personnes."

Il a expliqué que lorsqu’on est un leader, on doit accepter de se sacrifier pour ceux qu’on dirige, supporter toutes les difficultés qui retombent sur soi et ne pas les laisser affecter les autres. Il a demandé s’il y avait des gens prêts à être ces personnes.

"Vous devez avoir l’état d’esprit préparé, c’est une question de mentalité. Dans votre esprit, vous devez être prêt à dire : je vais affronter ce problème."

Il a réitéré que le FPR Inkotanyi devrait réfléchir à une autre personne : "Le fardeau que vous m’avez confié d’assumer, je l’ai accepté et je l’assume, mais je vous l’ai dit, je le répète, et je continuerai à le dire, mais je veux que quelqu’un d’entre vous reprenne ce fardeau que je porte."

Il a déclaré que certains ne se voient pas comme des leaders, mais qu’ils devraient être encouragés et se faire dire qu’ils en ont les capacités. "Il y a ceux qui ne s’en rendent pas compte, ils doivent être rappelés à l’ordre, on peut leur dire : tu sais que tu peux le faire, et eux aussi peuvent être motivés."

Le Président Kagame, qui est également le Président du parti FPR Inkotanyi, a rencontré divers artistes qui ont contribué à la reprise du célèbre morceau intitulé "Ndandambara".
Les membres du FPR Inkotanyi ont été invités à chercher un autre candidat pour succéder au Président Kagame.
Les membres du FPR Inkotanyi ont été invités à chercher un autre candidat pour succéder au Président Kagame.
Cette réunion a rassemblé environ deux mille membres du FPR Inkotanyi.
La salle Intare Arena était comble

Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité