Urgent

Le Législateur burundais se veut phare contre l’ethnicisation de la société : en est-il outillé moralement ?

Redigé par Jovin Ndayishimiye
Le 4 août 2020 à 11:07

Les sénateurs burundais viennent d’organiser une retraite du 30 au 31 juillet 2020. Ils ont constaté le bilan désastreux de la gestion ethnique et les identités génocidaires du pays depuis l’an colonial 1925. Ces sénateurs se sont félicités d’avoir voté des propositions de loi émises par eux sur suggestion de l’opinion publique. Au-delà des sentiments personnels des uns et des autres, ces honorables burundais trouvent que la bipolarisation du Burundi est à la longue un echec de leur feuille de route.

Les deux jours de retraite de ces sénateurs burundais ont été riches en débats de sociologie burundaise. C’est pratiquement toute la crème politique burundaise qui y participait. On y observait les représentants du Gouvernement, les commissaires membres de la Commission Vérité et Réconciliation et les représentants de la Commission Nationale Indépendante des Droits de l’Homme.

Et c’est dire que cette question ethnique qui était à l’ordre du jour avait toute sa pertinence. Dommage que ni les représentants de l’opposition politique ni la ceux de la société civile n’étaient présents. Les débats allaient se hausser au dessus de l’agitation politique et intellectuelle, a dit un observateur burundais qui a requis l’anonymat.
Somme toute, la question de l’ethnocentrisme a été circonscrite.

Ces communications de personnes doctes ont-elles aidé ces politiciens à avoir une lecture nationaliste et inclusive pour toutes les ethnies de la gestion de la société burundaise, surtout que cette auguste audience reste obsédée par le fait que, croit-elle, la monarchie de l’après 1925 avec La réforme administrative du 21 août 1925 a été monopolisée par l’élite Ganwa et Tutsi, que la situation a changé dans la période de l’après indépendance au profit des tutsi ?

Au fond il faut bien le préciser, cette retraite qui était censée faire un déclic pour adopter une idéologie nationaliste devant aider à faire en sorte que les Barundi, toutes ethnies confondues, regardent dans la même direction de reconstruction de structures socio économiques fortes d’une démocratie ouverte et libre, les pauvres sont vite rentrés dans les rancœurs et ressentiments à l’endroit de « cette partie de la population burundaise qui a monopolisé et mangé seule au râtelier pendant un bout de temps ».

Les honorables burundais veulent délibérément oublier que la grande idéologie du capitalisme se nourrit d’idéologies superstructurelles tricheuses souvent meurtrières y compris l’ethnisme et le régionalisme dans les pays pour justifier de façon passablement potable qu’un tel groupe d’individus s’accapare d’une grosse part du patrimoine public.

Certaines recommandations de la retraite montrent que cette tendance idéologique n’est pas prête à être dépassée. Le CNDD-FDD qui a vaincu aux élections de mai dernier et qui tient à accaparer seul le pouvoir manœuvrera le gouvernail burundais de la façon la moins révolutionnaire possible.

La retraite constate que « La politique de ‘diviser pour régner’ pratiquée par l’administration coloniale belge a annihilé la cohésion sociale dont jouissait la société burundaise en favorisant les Baganwa et les Batutsi d’une part, et en reléguant au second plan les Bahutu et les Batwa, d’autre part. Ce clivage savamment inculqué a alimenté les conflits qui mineront le Burundi post-indépendance ».

Cela est bon ! Mais, est-ce la recommandation émise selon laquelle « Etablir équitablement les responsabilités en identifiant (…) les responsables des différents crimes qui ont endeuillé le Burundi », cela rentre vraiment dans la logique du construire ou plutôt c’est l’esprit revanchard qui est convoqué ? Et bonjour les guerres interminables au lieu de développer dynamiquement autrement la société burundaise !

Un observateur burundais interrogé trouve que ce Sénat n’a pas l’intention de construire. « S’il était mû par de bonnes intentions, il aurait suggéré un débat inclusif à l’interne. Il fait allusion aux crimes du pouvoir colonial, mais cela n’est pas propre uniquement au Burundi. D’autres peuples ayant vécu des scénarios divisionnistes similaires à ceux di Burundi ont pu dépasser ces pièges et ont pris un autre tournant. Et puis ce procès contre la puissance coloniale, c’est une affaire africaine. Carrément, je trouve que cette sortie du Sénat burundais relève de l’agitation politique et intellectuelle qui publicise le nouvel Etat burundais issu de bourrage des urnes électorales », a-t-il dit.

Pour beaucoup d’observateurs de la société burundaise intéressés, le coup médiatique est fait par ce Sénat burundais.

« Comment voulez-vous qu’il puisse sortir quelque chose d’intéressant de cette arène politique monoethnique. Ne me parlez pas de quelques marionnettes tutsies sévèrement choisis. Même l’opposition politique, encore moins la société civile ne sont pas représentées. Le parti au pouvoir est entrain d’évaluer en perspective les dividendes politiques et financiers qu’il devra tirer de la possible longévité de son pouvoir. Remarquez par conséquent qu’il ne fera qualitativement aucune différence de ceux qui l’auront précédé. Il y aura une opacité totale de gestion de la société burundaise », a ajouté ce fin observateur politique.

D’autres internautes intéressés par la geste burundaise qualifient également de monologue absolu qui a caractérisé les travaux de la Retraite de ce Sénat dirigé par l’Hon. Révérien Ndikuriyo qui est reconduit dans ses fonctions et à qui on prête une haine ethnique qui dépasse les bornes.
Ces internautes trouvent utopique le projet de faire du Burundi un Etat-nation comme il était avant.
« Il faudrait une personnalité politique de poigne pour les (politiciens burundais au pouvoir) ramener à la raison et remettre le pays sur les rails », disent-ils.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité