Urgent

La direction des Prisons du Rwanda déclare le détenu Rusesabagina bien portant

Redigé par IGIHE
Le 13 novembre 2020 à 03:05

La direction générale des Prisons du Rwanda (RCS/Rwanda Correction Service) a démenti les rumeurs faisant état de la détérioration de la santé du détenu Paul Rusesabagina dans sa prison de Mageragere au sud de la Ville de Kigali.

Paul Rusesabagina, 66 ans, est arrêté vers fin août 2020 soupçonné de crimes de terrorisme et formation de groupe armé illégal. Au total 13 chefs d’accusation pour cet homme qui a inspiré le film hollywoodien Hotel Rwanda portant thème de génocide des Tutsi du Rwanda de 1994.

Sa fondation Hotel Rwanda Foundation a déclaré ce vendredi 13 novembre 2020 que la santé de ce détenu n’est pas bonne. Lors de sa conversation téléphonique avec sa famille, il aurait confié qu’il est sujet à des évanouissements, à des maux de tête et autres consécutifs à la tension artérielle et aux conditions carcérales.

La direction carcérale est étonnée des confidences de ce détenu. "Paul Rusesabagina n’a, non seulement demandé à aller voir son médecin opérant dans un hôpital de la ville, il n’a même pas consulté le médecin de la prison où il séjourne ne fût ce que pour le rhume", a confié à IGIHE, SSP Pelly Gakwaya Uwera, Porte-parole de la Direction Pénitentiaire (RCS).

"Rusesabagina malade dont vous parlez, je ne le connais pas. Par contre, Rusesabagina que nous avons est bien portant", a déclaré la Porte-parole.

Pour cette porte-parole, cette nouvelle est parfaitement fausse pour le Détenu qui s’est entretenu avec des journalistes de The New York Times au tout debut de septembre dernier disant qu’il souffrait depuis longtemps de tension artérielle mais qu’il était bien entouré de sollicitude des médecins.

Son procès reste au niveau procédural. Il est reporté à plus d’une reprise en appel où il est question de juger de l’opportunité ou non de sa mise en liberté provisoire. Entretemps son conseil a été remplacé. Les avocats Emelyne Nyembo et David Rugaza qui le défendaient ont démissionné de leurs responsabilités pour laisser la place à un autre tendem Mes Gatera Gashabana et le belge Vincent Lurquin.

Mais entretemps, les chefs d’accusation dont il est le sujet sont graves. Il est soupçonné de constitution d’un groupe armé illégal et d’en faire partie, de complicité délibérée dans les meurtres, de complicité dans les vols et pillages à main armée, de complicité délibérée dans l’incendie d’habitations des civils, d’enrolement d’enfants-soldats qui s’adonnent à la guerre et dans des activités militaires connexes.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité