Urgent

La S.G de l’OIF, Mushikiwabo, parle de ses réformes à l’OIF et de la gestion politique du Rwanda

Redigé par Jovin Ndayishimiye
Le 7 décembre 2020 à 11:28

Le Secrétaire Générale de l’OIF/Organisation Internationale de la Francophonie, Louise Mushikiwabo, s’est confiée au journaliste belge Francis Van de Woestyne de LA LIBRE.be. Elle retrace son enfance et son parcours académique avant d’occuper des postes à l’international dont la BAD puis sa carrière de politicienne qui commence de façon ephémère comme ministre de l’Information avant d’être nommé pour presque dix ans au poste des Affaires Etrangères, tâche à laquelle elle a accompli avec brio.

"Je ne saurais dire que cette dernière responsabilité n’était pas facile. Mais je la remplissais avec plaisir. Mon pays m’a aidé à m’épanouir et à m’ouvrir vers l’extérieur. Dans tous les cas je suis fière d’avoir donné ce que j’estime être une grande contribution pour mon pays", a-t-elle confié à ce journal ajoutant qu’elle a mené une campagne africaine pour que son pays, le Rwanda puisse être élu membre du Conseil de Sécurité des Nations Unies de 2013 à 2014.

Comme vous est-il venu l’idée de diriger l’OIF ?

Ce n’est pas compliqué, a-t-elle dit trouvant dans la pratique de la Secrétaire Générale de l’OIF qu’elle est, une continuité normale de ses anciennes responsabilités de ministre des Affaires étrangères.

"L’OIF est une institution qui a une histoire positive. Elle rassemble plusieurs pays et gouvernements. Il faut remercier les grands intellectuels africains francophones qui l’ont fondée il y a plus de cinquante ans dont Léopold Sédar Sénghor (Sénégal), Diori Hamani (Niger), Habib Bourguiba (Tunisie), Norodom Sihanouk (Cambodge).
"La langue française n’est pas uniquement propriété de la seule France. Elle s’étant à tous les pays anciennement colonies de la France. Ces derniers s’en sont appropriés et ils la rendent dynamique. Actuellement la Francophonie est une organisation internationale politique. Les relations d’échanges pourraient aider certaines instances par le biais des cinq continents", a-t-elle confié avant de dévoiler sa feuille de route pour cette organisation.

"Mon but est de dynamiser l’OIF au point qu’elle pèse lourd dans les prises de décisions interessant la Communauté internationale. Nous faisons partie d’une Organisation batie sur des valeurs humanistes. Le leitmotiv de la Francophonie est la coopération", a dit Mushikiwabo qui révèle que l’Organisation qu’elle dirige est fort de ses 88 pays membres parmi eux 54 étant membres à part entière et 34 pays-observateurs.

L’actuelle Secrétaire Générale de l’OIF veut casser une image d’une OIF purement et simplement politique politicienne. Il faut qu’on lui donne une orientation autre. Celle de l’action de développement des pays-membres.

"L’OIF ne peut pas rester une Organisation de rencontres des Chefs des Etats membres. Nous devons aller sur le terrain. Quand on est ministre, on fait le suivi. Je suis arrivée à la tête de l’OIF avec des connaissances en gestion. Aussi, ai-je vite répéré ce qui doit faire objet de réforme. Il doit être conçu une nouvelle façon de procéder qui doit être rehausser à un niveau élevé pour mieux participer dans la Coopération internationale. Je mets beaucoup d’efforts dans les tentatives de regagner la place du Français dans les Relations internationales", a dit Mushikiwabo.

Des questions sur la gestion actuelle du Rwanda post-génocide
Le journaliste demande à la Dame OIF ce qu’il en est du programme tendant à ressouder le tissu national rwandais déchiré par le génocide des Tutsi de 1994.
"Beaucoup d’efforts ont été investis en la matière. Cependant ce n’est pas une tâche aisée pour arriver au revivre ensemble normal comme dans le temps. Après autant d’années d’efforts assidus, de dialogues, le Rwanda est maintenant un pays réconcilié avec lui-même", a dit Louise ajoutant que le dialogue social est élevé en une valeur culturelle déjà incrustée dans la conscience populaire. Pour cela, elle a parlé de l’institution annuelle UMUSHYIKIRANO qui rassemble des dirigeants nationaux depuis la base communautaire au sommet de l’Etat où toutes les questions sont débattues avec des conclusions-recommendations à réaliser tout au long de l’année suivante.

Et les pourfendeurs du régime rwandais qui crient aux droits de l’homme violés ?
La Secrétaire Générale de l’OIF combat systématiquement ces propagandistes mensongers. Ceux-là qui parlent de disparitions inexpliquées, d’arrestations arbitraires, de psychose générale et autres violations des droits humains.... ils induisent en erreur la Communauté internationale. Ils ont leurs agendas politiques cachés, a-t-elle dit avec énergie.

"Il y a beaucoup d’individus qui opèrent essentiellement hors du Rwanda. Ils ont un problème d’apprécier la marche positive du Régime rwandais. Si on fait une comparaison avec d’autres pays que je connais très bien, il n’y a ruien de particulièrement néfaste commis au Rwanda en matière de droits humains, de liberté d’expression et de protection des droits humains. En vérité, je crois que c’est un cachet négatif qu’on a mis sur le Rwanda, peu importe comment vont les choses", a dit la Secrétaire Générale de l’OIF sachant parfaitement qu’elle a à faire avec des informateurs négativement zélés qui renseignement en mensonges ou amplifient des événements qui se passent dans le pays et qui obéissent au souci de garder haut la barre la sécurité et la tranquillité sociale sans tâche pour un pays fraichement sorti de la sauvagerie du génocide des Tutsi de 1994.

Radioscopie d’un régime au prorata de la démographie rwandaise jeune et féminine
L’Ex Ministre et Secrétaire de l’OIF démontre au journaliste de la Libre.be que le Rwanda pense aux droits politiques des catégories jeunesse et femmes qui ne sont pas nécessairement respectés ailleurs ; une façon de montrer que les droits d’expression et d’opinion politique constructives sont non seulement tolérés mais aussi encouragés au Rwanda.

"La gestion de la participation politique dans les affaires de la société est particulière au Rwanda qui vient à peine de sortir du génocide. Le principe consensuellement adopté est celui du partage du pouvoir entre les partis politiques agréés dans le pays. Le Parti vainqueur des élections ne peut pas totaliser plus de 50% de sièges à l’Assemblée nationale. La jeunesse a son quota. 50% du Conseil des Ministre sont des femmes. En vérité, il y a un pas de franchi incontestable au Rwanda. A ces détracteurs qui ne sont pas satisfaits, ils y ajoutent un ..."mais....", a ajouté Mme Louise Mushikiwabo qui montrent que comme Angela Merkel l’Allemande qui est tout le temps plebiscitée pour diriger son pays, "les Rwandais vouent une grande estime au Président Paul Kagame à qui ils invitent mandat après mandat à garder la direction du pays tout le temps qu’il voudra. Ils ont confiance en lui. Il leur a montré sa capacité de les diriger. Il a reconçu le Rwanda et positivement autrement".
Ici la Secrétaire Générale de l’OIF qui fait la fierté du Rwanda ne tarit pas d’éloge du système de gestion politique, social et administratif que ce pays a adopté.
"Chez nous, une élection où ailleurs dans d’autres pays est approuvée quand seulement 20% de la population a participé, chez nous c’est impossible. Chez nous tout projet politique national est objet de concertation populaire. C’est ça la démocratie".

Mme Louise Mushikiwabo défend parfaitement le régime pour lequel elle doit le poste qu’elle occupe. Elle n’oublie pas que ces pourfendeurs du régime passent sous silence le fait qu’ici on ne tolère pas voir une personne tuée ne fut ce que par des brigands. Le dirigeant du coin doit en répondre dans les meilleurs delais. Tout autant que des maladies ne doivent plus emporter les citoyens. La petite unité infrastructurelle médicale appelée ’Poste de Santé’ est à moins de 300 mètres de chaque citoyen. Elle comme le Centre de Santé immédiatement supérieur sont gérés dans le cadre de PPP/Partenariat Secteur Public-Privé.

Une façon de dire que le Rwanda construit ses infrastructures économiques, sociales et médicales, culturelles et éducationnelles. Tout cela tend à faire surgir un Rwandais sain de corps et d’esprit capable de se lancer dans la production et de se sentir bien à l’aise face au discours politique.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité