00:00:00 Nos sites KINYARWANDA ENGLISH FRANCAIS

La RD Congo aux portes de la Communauté Est Africaine

Redigé par Tite Gatabazi
Le 16 juin 2021 à 09:38

Quand la presse étrangère évoque la République Démocratique du Congo « RDC », elle fait état d’abord de l’insécurité et des groupes armés qui sévissent à l’Est du pays depuis vingt sept ans.

Ensuite viennent les chamailleries et la versatilité de la classe politique congolaise. Et pourtant, la RDC est le deuxième plus grand pays en Afrique après l’Algérie.

Et pourtant, la RDC c’est presque cent million d’habitants en majorité des jeunes ; c’est le fleuve long de quatre mille sept cent kilomètres de longueur, le second au monde par son débit après l’Amazone. C’est aussi le bassin de ce fleuve avec une forêt tropicale dense, là aussi la deuxième au monde après l’Amazonie. Avec des abondantes ressources forestières, des sols fertiles propices à l’agriculture.

La RDC est considéré comme un « scandale géologique » par la richesse de son sous sol qui regorge quantités et variétés des minerais.

Au plan des effectifs scolaires et éduqués, la RDC est de loin le premier pays francophone du fait d’un programme scolaire et académique en français.

Mais la RDC, c’est aussi et malheureusement, le pays qui perd jusqu’à vingt milliards des dollars américain par an lié à la corruption et ses dérivés c’est-à-dire détournement des fonds publics, fraude fiscale et l’impunité tout comme la justice à géométrie variable qui en sont les corolaires.

Mais le nouveau Président Tshisekedi a adopté une politique qui utilise au maximum les forces centrifuges présentes et une synchronisation des synergies avec les structures existantes.

Il envisage une décentralisation qui transformera les provinces en véritables centres de production, de distribution, d’échanges et de consommation.

C’est au nom de la vision portée par lui qu’il a sollicité l’adhésion de son pays à la Communauté Est Africaine. Le rapport final est attendu au mois de novembre 2021.

Selon plusieurs analystes de la sous région, il y a des fortes chances que la RDC soit admise à rejoindre les Etats de la sous région.

C’est l’avis de Teddy Kaberuka, analyste économique qui estime que « plus une organisation s’élargie, le marché s’agrandi et tant mieux pour ses membres »

La Conseil des Investisseurs de l’Afrique de l’Est estime que l’adhésion de la RDC permettra des échanges commerciaux de l’ordre de dix milliardspar an. La suppression des barrières douanières ou leurs diminutions sensibles permettra des importations et exportations entre les pays membres.

Le marché intérieur de la communauté passera de cent quarante millions de consommateurs à deux cent quarante. Ce qui est considérable.

La superficie de la RDC montre bien que les échanges sont plus aisés entre l’Est du pays et les pays limitrophes que sont l’Uganda, le Rwanda, le Burundi et la Tanzanie plutôt qu’avec l’Ouest du pays.

En effet et à titre illustratif, la distance entre Goma et Kinshasa à vol d’oiseau est de deux mille kilomètres, tandis qu’entre Goma et Kigali il n’y a que cent soixante kilomètres.

Il est à noter que la communauté prévoit la libre circulation de personnes et des biens. Ce qui facilitera aux commerçants le choix de l’installation en fonction de l’intérêt ou des facilités offerts par ce lieu.

Selon Eloge Mwandwe, analyste politique établi à Kinshasa, le premier intérêt de cette adhésion est sécuritaire. Il sera impensable qu’un pays membre offre un sanctuaire aux groupes armés qui sèment la mort et la désolation dans un autre pays.

Il faut signaler que la RDC sera le trait d’union entre les organisations sous régionales que sont la SADC pour l’Afrique Australe et l’ECCAS pour l’Afrique Centrale. Ce qui offre un rôle non négligeable à la RDC.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité