00:00:00 Nos sites KINYARWANDA ENGLISH FRANCAIS

La Grande-Bretagne critique le double langage du HCR au Rwanda

Redigé par Franck_Espoir Ndizeye
Le 14 décembre 2023 à 05:11

Andrew Mitchell, secrétaire d’État britannique chargé du Développement et de l’Afrique, a critiqué l’approche du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) concernant le traitement des migrants au Rwanda.

Il a pointé une contradiction dans la position du HCR, qui a exprimé des réserves sur le projet britannique d’envoyer des migrants au Rwanda, considérant le pays comme à risque, tout en envoyant des immigrants en provenance de la Libye vers le même pays.

Le Parlement britannique a adopté une loi affirmant que le Rwanda est un pays sûr pour accueillir le transfert des immigrants arrivés illégalement au Royaume-Uni.

Cette décision s’inscrit dans le cadre des efforts du gouvernement britannique pour réduire le nombre d’entrées illégales dans le pays par la mer.

Cependant, cette politique a été contestée par plusieurs agences des Nations Unies, y compris le HCR.

Andrew Mitchell a exprimé son étonnement face à la position du HCR lors d’une interview avec l’AFP : « Je souhaite exprimer mon étonnement le plus extraordinaire que le HCR, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, s’oppose fermement au plan de la Grande-Bretagne d’envoyer des gens au Rwanda, sous prétexte que le Rwanda n’est pas un pays sûr. »

Le secrétaire d’État a également souligné l’importance du programme britannique dans la lutte contre la traite des êtres humains dans la Manche.

« Des personnes vulnérables – et beaucoup d’entre elles sont mortes – sont passées en contrebande par l’équivalent moderne d’un marchand d’esclaves à travers ce qui est la voie de navigation la plus grande et la plus fréquentée du monde, pour entrer illégalement en Grande-Bretagne », a déclaré Mitchell.

Il a ajouté qu’il était incompréhensible pour lui que le HCR critique le projet britannique tout en agissant différemment : « Je ne peux pas comprendre que le HCR se plaigne que la Grande-Bretagne envoie des gens dans un pays non sûr, alors que ce n’est clairement pas ce qu’ils pensent, sinon ils n’enverraient pas toutes ces personnes au Rwanda. Cela défie toute explication. »

En mars 2023, le Rwanda a accueilli le 13e groupe de 150 demandeurs d’asile en provenance de Libye, envoyés au camp de transit de Gashora, qui héberge des réfugiés et migrants en provenance de Libye.

Le porte-parole du HCR a déclaré que le camp était un lieu de transit pour des raisons spécifiques.

La Grande-Bretagne affirme qu’elle continuera à soutenir le HCR, à condition que l’agence travaille conformément aux valeurs défendues par le pays.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité