Urgent

La FIFA, la Fédération marocaine de football et la finition cahoteuse de l’hôtel sportif de la Ferwafa

Redigé par Didiane Umuhoza
Le 6 août 2020 à 04:34

Il y a eu une mauvaise gestion caractérisée dans la construction momentanement arrêtée d’un hôtel Quatre Etoiles par la Ferwafa/Fédération rwandaise de football sur don de plus de deux milliards de francs de la FIFA/Fédération internationale de football association. L’espace sur lequel s’étale cet hôtel est gracieusement offert par le Gouvernement rwandais dans la proximité du Stade Amahoro de Remera, quartier Est de Kigali. Les travaux de construction de cet hôtel ont débuté en août 2015 avec une période d’exécution de douze mois, pour commencer à piétiner peu après jusqu’à l’arrêt des travaux.

Vincent de Gaulle, son doigte dans la direction de la Ferwafa fait qu'il est dans tous les esprits. Pourtant la gestion de l'association a ete quelque peu cahoteuse. Mais il a ete tres communicatif.

Que s’est-il passé ?
Pourquoi le président de la Ferwafa d’alors, Vincent de Paul Nzamwita (2014-2018) n’a pas rempli ses responsabilités ?
Subitement, les travaux à peine commencés, le service d’urbanisme de la mairie de la Ville de Kigali en a ordonné la cessation. Raison invoquée ? La société d’exécution n’a pas reçu l’autorisation de démarrage des travaux, rapporte-t-on.
En réalité, que se passe-t-il ? En juin 2016, lors de la passation de marché de construction de cet hôtel, il a été jugé qu’il a manqué une transparence exigée.
Des informations dignes de foi disent que le trio Jean Olivier Mulindahabi-Secrétaire Exécutif de la Ferwafa, Vincent de Gaulle, Président et Ir. Adolphe Muhirwa, dirigeant de la Société Light Construction and Consultancy Engineers Ltd qui devait désigner la société ayant gagné le marché, tous les trois se sont consultés pour octroyer illégalement le marché à Experts Company Limited de Gatabazi Protais. A l’arrêt des travaux, ce dernier sera arrêté et mis sous les verrous pour trois ans.

L’affaire est portée devant le tribunal

La Cour de Grande Instance de Nyarugenge prononce son verdict. Il reconnaît et affirme la responsabilité du Secrétaire Exécutif de la Ferwafa, Me Mulindahabi, dans la passation louche de marché d’exécution de cet hôtel à Expert Co qui n’avait pas obéi au principe de passation de marché dit LE MOINS OFFRANT. La Cour a constaté que Expert Co avait fait une offre de plus de 260 millions de francs par rapport aux autres entreprises concurrentes. Dans la foulée, le verdict a décidé que l’ingénieur Adolphe Muhirwa de Light Construction and Consultancy Engineers a été complice dans cette affaire.

Ces deux personnes ont été reconnues coupables de dilapidation du patrimoine public. Elles ont néanmoins été innocentées du crime de favoritisme à l’égard de Expert Co. Le Président de la Ferwafa, Vincent de Gaulle a été lavé de tout crime pour avoir signé sur le document-contrat de Ferwafa avec Expert Co, lequel document a été conçu et préparé par quelqu’un d’autre ; Me Mulindahabi. Bien plus, il ne faisait pas partie du Comité de passation de marchés.

En appel, les deux personnalités ont, elles aussi, été innocentées pour le fait qu’elles n’étaient pas parmi les membres du Comité d’étude et de passation de marché.
Très curieux, la Cour condamne l’exécuteur des travaux et innocente les fonctionnaires qui l’ont facilité pour accéder au marché. Y comprenez-vous quelque chose ?

Il est rapporté qu’une fois terminé, cet hôtel allait être une source d’autofinancement importante de différentes activités sportives de la Ferwafa. La FIFA avait accepté de financer pour moitié soit deux milliards de francs, les travaux de cet hôtel sportif qui devait comporter 88 chambres.
En juillet 2016, une société de construction chinoise CCECC Rwanda ltd/China Civil Engineering Construction Company a été déclarée gagnante du marché de relance des travaux de construction de cet hôtel pour une période de 18 mois avec date de livraison Mai 2018.

Gianni Infantini, President de la FIFA

Une valse diplomatique autour de la construction de cet hôtel
La pierre inaugurale de début des travaux de construction de cet hôtel a été posée en Février 2017 par Giani Infantino, le Président de la FIFA lors de son passage à Kigali. Celui-ci a promis de participer à la construction de cet hotel à hauteur de 65% des dépenses pour une facture globale de 3.85 milliards de francs.
Le Président de la Ferwafa d’alors, Vincent de Gaulle, participera à Rabat/Maroc à une rencontre organisée par la CAF/Confédération Africaine de Football. Il mènera des pourparlers avec Faouzi Lekjaa, Président de la Fédération Marocaine de Football/FRFM qui aboutiront à un accord d’aide financière participative aux travaux de finissage de l’Hôtel sportif de Kigali. Cet accord spécifiait qu’il sera accordé au Rwanda une somme de 2.25 millions de dollars que la FIFA devait accorder au Maroc.
Les travaux piétinent
Tout devenait alors clair. La FIFA avec 65% de partiicipation et le Maroc 35%.
Et pourtant avec la fin du mandat de De Gaulle à la tête de la Ferwafa, tous les travaux sont réduits au silence. Cette autorité était assez communicative. Elle a organisé beaucoup de rencontres sportives amicales avec le Maroc. La FRFM avait décidé de former bon an mal an 5 jeunes sportifs rwandais. Elle avait aussi accordé des frais médicaux pour cinq joueurs rwandais.

Bien plus, rapporte-t-on, le Maroc avait promis d’apporter son concours à la formation d’adolescents au football, de fournir l’équipement sportif et de participer à la construction des stades de districts Gicumbi (Nord), Rusizi (Sud-ouest) et Nyamagabe (Sud du pays). Les relations entre les deux fédérations allaient bon train avant 2018. Elles tenaient régulièrement des réunions de travail dans le cadre de la redynamisation des activités de football dans leurs pays respectifs.

Les élans se perdent avec le départ de Vincent de Gaulle
Deux ans après le départ de Vincent de Gaulle, que constate-t-on ? La reprise des activités de construction de l’hôtel sportif avec la société chinoise poursuivait son chemin. Les travaux étaient évalués à 53%. Il était attendu le transfert de fonds promis par le Maroc pour que les travaux atteignent 75% de finition de l’hôtel. Ce n’est qu’à ce stade que la FIFA allait débloquer les 25% restants pour la fin des travaux et l’opérationnalisation de l’hôtel.
Des sources dignes de foi disent que depuis le départ de Vincent de Gaulle, le Maroc a décidé de ne plus honorer sa promesse de financement de l’hôtel sport.

Est-ce un chantage ? Ce bailleur exige-t-il le retour de Vincent de Gaulle ?

Pourquoi la Ferwafa ne fait pas appel aux banques commerciales et institutions financières locales pour continuer ses travaux ? Après tout, c’était cela le plan de départ !
Peut-on reprocher au nouveau président, le Gén. JD Sekamana, de ne pas multiplier les bons offices et relancer les relations de bon voisinage avec le Maroc pour voir ce dernier honorer ses engagements ? Dans tous les cas, de telles institutions doivent honorer la parole et la signature données comme preuve de leur fiabilité.
Le nouveau président de la Ferwafa devra s’entourer d’une équipe soudée qui jettera des stratégies lui permettant de dépasser cette situation inconfortable qui lui fait porter le tort de voir des travaux de chantiers arrêtés et pour lequel la Société de construction réclame déjà un milliard de franc de non exécution des clauses du contrat. Il en va de même de la société de surveillance des activités de construction de cet hôtel. Elle aussi réclame des indemnités de 150 millions de francs pour arrêt brutal des travaux.

Au Centre, Le general a la retraite JD Sekamana, Actuel President de la FERWAFA. Beacoup de defis a relever pour faire la diplomatie sportive a tout-va

“A ce jour, la Ferwafa est en pourparlers avec la FIFA pour voir dans quelle mesure les travaux peuvent être refinancées et relancées. Tenez, tous les travaux effectués déjà sont entièrement payés », a dit à la presse François Régis Uwayezu, Secrétaire général de la Ferwafa.
Avec Faouzi de FRFM, le général Sekamana fait aussi des progrès quand il l’a rencontré en Février dernier. Il faut relancer les relations bilatérales entre les deux associations sportives.

FIFA revient sur sa décision et se montre entièrement coopérative pour la construction de l’hôtel
Le sportif Infantino et admirateur de la gestion du patrimoine public du Président Paul Kagame a décidément fermé la page. « Mis à part qu’on est dans une crise sanitaire mondiale causée pas le Covid 19, j’approuve le déblocage de tout le montant nécessaire pour terminer cet hôtel », a-t-il décidé.
Les images d’un hotel dont les travaux sont arretes


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité