00:00:00 Nos sites KINYARWANDA ENGLISH FRANCAIS

Urgent

L’histoire inspirante d’un ex-policier burundais qui défie la politique grecque

Redigé par Franck_Espoir Ndizeye
Le 17 mai 2023 à 03:55

En Grèce, un ancien officier de police originaire du Burundi pourrait devenir le premier député noir du pays. Ce défi historique est relevé par Spiros Richard Hagabimana, qui a fait de la banlieue ouvrière d’Athènes son terrain de campagne électorale.

Hagabimana, qui, il y a huit ans, a été emprisonné dans son Burundi natal pour avoir refusé de réprimer des manifestants anti-gouvernementaux, a parcouru un chemin remarquable pour en arriver là.

Sa victoire éventuelle lors du scrutin du 21 mai marquerait un tournant dans un pays où les migrants occupent rarement des postes officiels.

Il a exprimé son opinion sur le racisme à l’agence de presse Reuters en affirmant que "Le racisme ne peut pas être combattu avec des mots seulement. Le racisme se combat par des actions quotidiennes. Quand l’autre personne a peur de l’inconnu, il faut lui donner l’occasion de se confronter à ce qu’elle craint."

Sa candidature intervient alors que la Grèce a connu une évolution significative ces dernières années.

L’extrême droite Aube Dorée, autrefois la troisième force politique du pays, a vu ses leaders emprisonnés pour des crimes de haine en 2020. Pour Hagabimana, cela signifie que le pays a tourné une page.

Ses ambitions politiques sont fortement ancrées dans son expérience personnelle.

Arrivé pour la première fois en Grèce en 1991 pour étudier à l’Académie navale, il a dû demander l’asile lorsque le Burundi a été bouleversé par un coup d’État militaire en 1996.

Il a reçu la citoyenneté grecque en 2005 et a décidé de rentrer au Burundi pour contribuer aux efforts de maintien de la paix après la fin de la guerre civile.

Cependant, en 2015, il a été emprisonné et battu pour avoir refusé de réprimer des manifestants lors d’une crise politique. Un ami avocat à Athènes a alors lancé une campagne internationale pour sa libération, et il est retourné en Grèce en 2016.

Aujourd’hui, Hagabimana espère inspirer d’autres migrants par son exemple, affirmant qu’"ils peuvent être des membres à part entière de la société… et que tout ce que j’ai accompli, ils peuvent faire plus".

Toutefois, pour lui, le fait d’être un citoyen grec par choix est plus important que la couleur de sa peau. En redéfinissant les idées reçues et en brisant les barrières, Spiros Richard Hagabimana pourrait marquer l’histoire de la Grèce en devenant son premier député noir.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité