Urgent

L’an 2021 promet un durcissement du Covid 19 : Le Rwanda décide de sévères mesures proches du reconfinement

Redigé par Jovin Ndayishimiye
Le 6 janvier 2021 à 09:04

Le Rwanda réimpose des mesures disciplinaires strictes pour mieux endiguer la propagation du coronavirus qui fait des ravages en Occident. Le Conseil des Ministre de ce 4 janvier 2020 en a ainsi décidé au vu du chiffre de 105 morts de ce mal enregistrés à ce jour. Les autorités sanitaires se sont particulièrement alarmées du seul décembre 2020 qui a connu au moins la moitié de ce bilan macabre. Pourtant on est si loin de l’Occident où la seule évocation de cette sorte de bilan est à trois ou quatre chiffres. Cet Occident est plus inquiété par la compétition économique à outrance.

Les sentiments sont africains, la raison est hellène, dit l’adage occidental.
« Désormais les mouvements de personnes sont interdits sur tout le territoire national rwandais de 20 heures de la soirée à quatre heures du matin », a décidé le Conseil des Ministres précisant, et c’est là où la situation se corse, que « toutes les activités économiques y compris le commerce, des restaurants, boutiques et autres supermarchés fermeront à partir de six heures de l’après midi ». Point n’est besoin de dire que les bars et salles de sports sont fermés depuis longtemps, on n’y revient pas.
Les voyages inter districts sont également interdits jusqu’à nouvel ordre.

Vers un état d’exception !
Le Gouvernement rwandais trouve qu’il doit à tout prix éradiquer ce mal et dans les meilleurs délais sacrifiant ainsi un activisme économique affairé propre aux citoyens rwandais.

Certains pensent pourtant que ces mesures de semi-confinement peuvent ne pas être une meilleure solution. Ils penchent sur le fait qu’à toutes les portes d’entrée et de sortie des villes principale et secondaires du pays, il devrait y avoir des équipes médicales renforcées équipées de matériels de labo capables de dépister en temps réel ce mal, et que cette unité médicale peut être renforcée par un hôpital militaire de campagne géré avec toute la discipline qu’on connaît aux gens d’armes rwandais.

Equipes medicales, hopitaux de campagne militaires aux portes des villes
Pour ces analystes, cette forme de lutte contre le covid 19 permettrait de préserver l’engouement des citoyens rwandais à la compétitivité économique. Et les citoyens se porteraient encore mieux grâce à la veille des autorités sanitaires et ӑ la discipline des militaires qui prendraient en charge la lutte contre ce mal désastreux en montant des structures hospitalières légères mais néanmoins efficaces à tous les points d’entrée des villes du pays.

Une litanie de statistiques des ravages du virus
Le Ministère de la santé fait son bilan des méfaits du Virus depuis la date du 14 mars 2020 où il est déclaré dans le pays. 8848 personnes dépistées positives après administration de 741.016 tests. Tout marche pourtant bien car les personnes dépistées positives, si souffrantes soient-elles, 6.816 en sont guéries, 1927 restent alitées et 105 en sont mortes. Des internautes vont jusqu’à apprécier cette grande quantité d’efforts gouvernementaux pour juguler la pandémie. Mais ils ajoutent : « Pourquoi ces efforts ne sont pas dirigés dans la lutte contre la malaria, les maladies cardiaques et cancers qui font de véritables dégâts au jour le jour ? »

Appréciez quand même les efforts consentis par les autorités sanitaires et les forces de maintien de l’ordre. Certaines langues se délient. Quelques-unes d’entre elles croient qu’il y a une main de commande derrière tout ceci.

Des visiteurs du Site Igihe.com trouvent que le Gouvernement n’aurait pas dû prendre de telles mesures qui étranglent l’économie du pays et immobilisent les énergies productives des citoyens face à la production des biens et services économiques.

« Mais chers dirigeants. Etes-vous sûrs que vous prenez des décisions citoyennes ou vous avez vos propres intérêts que vous défendez ? Des mesures insupportables et impopulaires ! Pourquoi ordonnez-vous aux gens de ne pas travailler ? Si réellement vous avez de la sollicitude pour les citoyens, pourquoi je n’ai jamais entendu que vous avez rabaissé les impôts insupportables que vous frappez dans les catégories Commerçants, le Foncier… Bref, vous poursuivez des motifs de provoquer notre faillite et autres conséquences néfastes. Pour vous, cela ne vous dit rien. Et le peu qui devait nous faire survivre, ne payons vos impôts !!!... », crie désespérée une certaine Jeanne Uwineza sur le portail d’Igihe.

Des consultations et dialogues populaires necessaires : l’Etat fait cavalier seul
Elle dit beaucoup. Elle veut se convaincre des mesures draconiennes décidées par le gouvernement sans toutefois consulter ces citoyens alors que les espaces de dialogues sont nombreux dans les médias publics et privés, dans les structures de quartier avec UMUGOROBA W’ABABYEYI, avec une société civile très écoutée dont Transparency-Rwandais, IRDP/Institut de Recherche et de Dialogue pour la Paix… Bref le Gouvernement rwandais croit qu’il peut marcher seul sans consulter ses partenaires de la société civile en matière de gouvernance sociale.

Cris de detresse
Hakorimana Faustin, un autre visiteur du site Igihe, visitant les résolutions du Conseil des Ministres de ce lundi 4 janvier 2021, est fâché de voir que son Président Paul Kagame n’a pas dirigé ce Conseil qui a décidé « de mesures impopulaires quand bien même elles ont l’objectif d’enrayer ce Covid-19 ».

« Je me demande si le Chef de l’Etat est au courant de ces décisions prises par le Conseil. Lui, comme un intellectuel humaniste que Dieu nous a donné en qui nous avons confiance, que pense-t-il de ces décisions ? Nous demandons au Gouvernement de prendre des décisions après des analyses fouillées et équilibrées. Notre gouvernement copie les décisions prises ailleurs pour mieux gérer la situation de son peuple. Ce n’est pas mal. Mais copier aveuglement ce qui se fait en Europe !!! C’est pas bon de faire prendre aux Rwandais un train a grande vitesse et les confiner parce que la Grande Bretagne confine les siens. En vérité, M. le Gouvernement, pourras-tu subvenir aux besoins quotidiens de tes citoyens que tu confines ? Même en temps normal, alors que nous sommmes entrain de travailler nous nous plaignons de la vie chère insupportable et maintenant vous décidez : fermez vos fonds de commerce ! Qu’est-ce qui nous reste si ce n’est le suicide ! S’il vous plaît, revenez à la raison », a dit Hakorimana. C’est sans commentaire !


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité