00:00:00 Nos sites KINYARWANDA ENGLISH FRANCAIS

L’ambassadeur Vincent Karega est bel et bien rentré au bercail

Redigé par Jean Jill Mazuru
Le 1er novembre 2022 à 09:51

C’est dans les heures de la matinée de ce lundi 31 octobre 2022 que l’ambassadeur du Rwanda accrédité en terre de la RDC, S.E Vincent Karega a reçu la notification de son expulsion par le Vice premier Ministre, Ministre des Affaires Etrangères, Christophe Lutundula.

Il est rentré sur Kigali par avion via Brazzaville, pour se rendre dans l’avant-midi par voie fluviale depuis Kinshasa, de l’autre côté du fleuve, par le beach Ngobila. Il a atterri à l’aéroport International de Kigali en début de soirée. Bienvenue à la maison votre excellence !

L’ambassadeur Karega a été déclaré persona non grata le samedi 29/ Octobre/2022, lors d’un Haut Conseil de défense dirigé par le président Félix Tshisekedi suite à l’escalade des tensions sécuritaires entre le Rwanda et la RDC.

La décision n’ayant été finalement communiquée à S.E Karega que deux jours plus tard, l’informant par voie de faits qu’il devrait avoir quitté la RDC dans les 48 heures suivant réception de la notification, le concerné ne devait en principe quitter le pays de Lumumba qu’au plus tard le mercredi 2/ novembre/2022

M. Karega en vrai gentleman-diplomate n’a pas voulu attendre la dernière minute. Il a pris ses cliques et ses claques, et a décidé de quitter la RDC au plus vite, surtout que le ciel des relations diplomatiques entre nos deux pays, n’est pas des plus dégagé.

Malgré son départ, d’autres diplomates et employés de l’ambassade du Rwanda en RDC sont restés sur place. Ils poursuivront leur travail pour expédier les affaires courantes.

Le porte-parole adjoint du gouvernement Rwanda, M. Alain Mukuralinda a déclaré à « Igihe » que les circonstances dans lesquelles l’Ambassadeur Karega avait été expulsé, étaient contre les us et coutumes diplomatique internationaux. Il n’avait lui-même appris la décision que par la télévision, a-t-il appris à notre journal en ligne ; un comble dans les usages, déplorait le porte-parole adjoint du Rwanda.

« Ce n’est généralement pas fait avant la convocation d’un ambassadeur en vue de discussions visant à l’informer d’une éventuelle décision. Même si celle-ci pouvait avoir été être prise d’avance, l’autre partie a devoir de l’informer en primeur, au lieu de répandre la décision par voie de presse ou réseaux sociaux », a- t- il conclut.

Le gouvernement congolais avait convoqué pour la dernière fois S.E Vincent Karega en mai dernier pour qu’il lui fournisse des explications sur les allégations mordicus de la RDC selon lesquelles le Rwanda soutient le groupe rebelle M23.

Le Rwanda a rejeté à plusieurs reprises ces pseudos-accusations, exhortant la RDC à résoudre ses problèmes internes, au lieu de les externaliser en cherchant à tort un bouc émissaire éternellement nommé Rwanda.

D’autres parts, le Rwanda a exprimé ses vifs regrets face à la décision de la RDC d’expulser son ambassadeur Vincent Karega, ajoutant que les forces nationales de sécurité restaient en alerte aux frontières, face aux problèmes de sécurité en cours au Congo-Kinshasa.

Le Rwanda a en outre souligné que la collaboration en cours entre l’armée congolaise et les Forces démocratiques de libération du Rwanda et leurs tentatives de cibler la zone frontalière côté Rwandais, avec des armes lourdes restait une situation nationale préoccupante.

Les FDLR constituent un mouvement terroriste, formé par des individus dont le plus grand nombre est constitué de responsables du génocide commis contre les Batutsi du Rwanda en 1994, et qui n’ont de cesse jusqu’à ce jour, de répandre l’idéologie génocidaire.

La déclaration gouvernementale indiquait par ailleurs, que le Rwanda a depuis belle lurette d’attirer l’attention de la communauté internationale sur les discours de haine persistants, l’incitation publique à la haine, au délit de faciès et à la violence contre les communautés rwandaises et congolaises d’obédiences Rwandophones en RDC, sans parler d’appels réguliers à tuer tenus impunément sur la place publique, au vu et au su des responsables Congolais ou du grand public, sans qu’aucun des partenaires multilatéraux ne lèvent le plus petit des doigts.

Le Rwanda aussi d’exprimer ses inquiétudes face à la provocation continue de la RDC, faisant du Rwanda un bouc émissaire « pour dissimuler et détourner l’attention de ses propres échecs en matière de gouvernance et de sécurité ».

Le pays des mille collines a également réitéré son engagement à contribuer à une solution de sécurité régionale durable et pacifique dans les cadres régionaux convenus, notamment la feuille de route de Luanda et le processus de Nairobi, tel que renouvelé par le président Paul Kagame dans son entretien téléphonique du lundi 31 octobre 2022 d’avec le Secrétaire-général de l’ONU, Antonio Guterres.

Le pays des mille collines, sait aussi être le pays de mille solutions ! Honni soit qui mal y pense.

A bon entendeur, salut !


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité