00:00:00 Nos sites KINYARWANDA ENGLISH FRANCAIS

Urgent

L’UE identifie la mauvaise gouvernance comme racine des conflits en RDC

Redigé par Franck_Espoir Ndizeye
Le 5 mars 2024 à 04:17

L’Union européenne (UE) a mis en exergue la mauvaise gouvernance comme cause fondamentale des conflits persistants dans les provinces orientales de la République Démocratique du Congo (RDC), spécifiquement au Nord et au Sud-Kivu.

Le Conseil de l’UE, par le biais d’une déclaration diffusée lundi 4 mars 2024, a exprimé qu’il était inapproprié de persister dans l’usage de la force militaire. Il a plutôt encouragé les factions adverses à cesser les hostilités et à entamer des dialogues, conformément aux résolutions adoptées à Luanda et Nairobi en 2022.

Ce conflit, qui a exacerbé les tensions entre la RDC et le Rwanda, a conduit le Conseil à exhorter les deux nations à éviter toute action qui pourrait les mener à un conflit armé. Il leur a plutôt été recommandé de discuter des moyens d’aborder les causes profondes de leurs différends, en se basant sur les directives établies au niveau régional.

L’UE a soutenu que l’adressage des causes racines du conflit entre les forces étatiques de la RDC et le groupe armé M23 faciliterait la restauration de la paix et de la sécurité dans l’Est de la RDC et dans la région en général, en plus de favoriser le développement durable.

L’UE a déclaré : « L’UE demeure engagée à soutenir la paix, la stabilisation et le développement durable de l’Est de la RDC et de la région dans son ensemble. Cela comprend la prise en compte de toutes les causes profondes de l’insécurité et de l’instabilité régionale, incluant la mauvaise gouvernance et la corruption, le manque d’institutions inclusives, l’impunité enracinée et l’abus de pouvoir, ainsi que la concurrence violente pour l’accès et le contrôle des terres et autres ressources naturelles, sans oublier l’utilisation de réseaux illicites pour le trafic de ces ressources. »

Cette organisation internationale a également insisté sur la nécessité pour la RDC et tous les acteurs régionaux de mettre fin à tout soutien et coopération avec le FDLR, responsable du génocide perpétré contre les Tutsi du Rwanda en 1994, et avec tout autre groupe armé.

Les propos incitant à la haine basée sur l’ethnie ainsi que les politiques qui les appuient persistent en République Démocratique du Congo, impliquant des politiques et des acteurs de la société civile en tant que soutiens. L’organisation a instamment demandé à ces derniers de contribuer activement à la pacification nationale au lieu de continuer à alimenter les tensions.

« L’UE réitère de manière catégorique sa condamnation des discours de haine et de la xénophobie, ainsi que de la politique fondée sur l’ethnicité. L’UE exhorte tous les acteurs politiques et de la société civile à contribuer à un dialogue orienté vers la paix et à éviter toute escalade. Elle appelle toutes les parties à se garder de toute rhétorique confrontante et incendiaire, y compris les menaces d’escalade militaire », a-t-elle déclaré.

Ce message de cette organisation internationale intervient alors que l’armée de la RDC et d’autres forces en coalition luttant contre le M23 continuent de déployer des armements lourds aux abords des villes de Sake et Goma, signifiant ainsi le peu d’espoir de voir les hostilités prendre fin dans un avenir proche.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité