00:00:00 Nos sites KINYARWANDA ENGLISH FRANCAIS

Urgent

L’Ouganda innove en recyclant les résidus de bananiers

Redigé par Ange Carolle Kouassi
Le 9 octobre 2023 à 05:18

L’Ouganda, l’un des principaux producteurs de bananes en Afrique, est également un grand consommateur de ce fruit. Cependant, la culture de la banane génère une quantité importante de déchets. Pour résoudre ce problème, une start-up locale a entrepris des actions de recyclage. Cette entreprise collecte les déchets provenant des troncs de bananiers et les transforme, notamment, en matériau textile.

La décision de se concentrer sur la fibre de banane découle principalement de la position privilégiée de l’Ouganda en tant que l’un des plus grands producteurs et consommateurs mondiaux de bananes. Après la récolte, les tiges de bananiers sont généralement considérées comme des déchets, car la plante ne pousse et ne se récolte qu’une seule fois, selon africanews.

John Baptist Okello, directeur commercial de la start-up TEXFAD, explique : "Nous avons choisi de travailler avec la fibre de banane en raison de l’abondance de déchets que cela engendre".

Les tiges de bananier sont soumises à un processus de séchage, puis elles passent par une machine qui les transforme en fibres robustes. À partir de ce matériau, l’entreprise peut créer divers produits, notamment des tapis et des sets de table, contribuant ainsi à promouvoir l’économie circulaire.

" Notre contribution à la chaîne de valeur consiste à apporter un revenu supplémentaire à l’agriculteur, à transformer ces déchets en quelque chose de précieux que nous vendons à nos partenaires qui fabriquent également des produits qu’ils peuvent vendre. Nous faisons cela pour créer des revenus supplémentaires, pour créer des emplois pour nous-mêmes et pour contribuer à l’industrialisation de l’Ouganda et à l’amélioration de la vie des Ougandais", explique Aggrey Muganga, chef d’équipe dans l’entreprise Tupande Holdings.

Les fibres de banane trouvent également une autre application intéressante : la fabrication d’extensions capillaires. L’avantage de ces extensions biodégradables est qu’elles peuvent être enterrées pour servir de compost une fois qu’elles ne sont plus utilisées. Cette alternative est plus respectueuse de l’environnement que les fibres synthétiques, qui restent persistantes dans l’environnement.

En plus de contribuer à la protection de l’environnement, cette entreprise a également eu un impact positif sur l’emploi local. Elle envisage désormais de s’étendre à l’échelle nationale et internationale.

L’Ouganda innove en recyclant les résidus de bananiers

Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité