00:00:00 Nos sites KINYARWANDA ENGLISH FRANCAIS

Urgent

Kenya : Le bilan du "massacre de Shakahola" s’alourdit à au moins 211 morts

Redigé par Jean Jill Mazuru
Le 17 mai 2023 à 12:58

Le bilan du tragique "massacre de Shakahola" a atteint le chiffre alarmant de 211 décès, suite à la découverte de dix nouveaux corps.

Les autorités policières estiment que la plupart des cadavres retrouvés près de la ville côtière de Malindi appartiennent aux adeptes de la secte dirigée par Paul Nthenge Mackenzie, un ancien chauffeur de taxi qui s’est autoproclame "pasteur" de l’Eglise Internationale de la Bonne Nouvelle (Good News International Church), qu’il a lui-même fondée.

"L’équipe de recherche et de sauvetage a réussi à secourir trois hommes adultes, malheureusement dans un état critique. Ils ont immédiatement été conduits à l’hôpital du sous-comté de Malindi pour recevoir les soins nécessaires", a déclaré la préfète de la région, Rhoda Onyancha.

Par ailleurs, quatre individus ont été arrêtés et se trouvent actuellement en détention. Ils coopèrent avec l’équipe d’enquête pour faire progresser les investigations", a ajouté la préfète.

Les autorités ont précisé que, jusqu’à présent, 26 personnes ont été arrêtées, y compris Paul Nthenge Mackenzie et un "gang d’hommes de main" chargé de surveiller que les adeptes ne rompent pas le jeûne ou ne tentent pas de s’échapper de la forêt de Shakahola, dans le sud-Est du Kenya.

Le 14 avril dernier, Paul Mackenzie s’est rendu aux autorités après que la police ait découvert les premières victimes dans la forêt de Shakahola. Depuis lors, une cinquantaine de fosses communes ont été mises au jour.

Les autopsies réalisées sur les premiers corps révèlent que la majorité des victimes sont mortes de faim, probablement après avoir suivi les enseignements de Paul Nthenge Mackenzie.

Cependant, certains individus, y compris des enfants, ont été étranglés, battus ou étouffés, selon le chef des opérations médico-légales, Johansen Oduor.

Ce massacre a ravivé le débat sur la réglementation des cultes au Kenya, un pays majoritairement chrétien qui compte officiellement 4 000 "églises".

Le président William Ruto a mis en place un groupe de travail chargé d’examiner le cadre juridique et réglementaire régissant les organisations religieuses.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité