00:00:00 Nos sites KINYARWANDA ENGLISH FRANCAIS

Jeunesse des Grands Lacs : porte-étendards de la paix et de l’unité

Redigé par Franck_Espoir Ndizeye
Le 15 décembre 2023 à 07:00

Plus de 70 jeunes représentants des pays de la région des Grands Lacs - le Burundi, la RD Congo, le Rwanda et l’Ouganda - se sont rassemblés à l’initiative d’Interpeace et d’autres organisations régionales. Ce regroupement, axé sur la résolution des conflits et la consolidation de la paix, a souligné le rôle crucial de la jeunesse dans la promotion de la paix et de la sécurité.

Le dialogue de trois jours, conclu mercredi 13 décembre à Kigali, a également attiré des décideurs politiques, des chercheurs et la société civile, centrés sur la situation dans la région, les obstacles à la paix et au développement, et le rôle des jeunes dans la garantie d’une coexistence pacifique.

« Les jeunes ont la capacité de prêcher le message de paix dans cette région. Ils utilisent les réseaux sociaux et peuvent influencer leurs pairs à avoir des perceptions positives des personnes d’origines culturelles et historiques différentes », a déclaré Charles Ndayiziga, représentant d’Interpeace dans la région des Grands Lacs.

« Nous avons une histoire partagée mais aussi une histoire qui n’a pas toujours été bonne et qui a séparé les peuples », a ajouté Ndayiziga, soulignant que la présence de jeunes de toute la région a le pouvoir de changer les stéréotypes et les idées fausses de longue date.

« Nous demandons aux autorités de permettre aux jeunes d’avoir ces interactions transfrontalières. Les jeunes seront en effet les leaders de demain. »

Même s’il existe des problèmes de sécurité entre le Rwanda et la République Démocratique du Congo, Ndayiziga a noté que les dirigeants avaient facilité la visite des représentants de la jeunesse dans tous ces pays.

Le dialogue des jeunes a été conclu à un moment où la haine envers les communautés tutsi congolaises et les sentiments anti-Rwanda se répandent sur les réseaux sociaux, parfois par des leaders politiques.

« Nous encourageons les jeunes à s’unir, à s’aimer et à éviter la discrimination », a déclaré Paul Rukesha, Directeur Général de la Communication et des Partenariats au Ministère de l’Unité Nationale et de l’Engagement Civique.

« Au centre de tout ce que nous faisons au ministère se trouve l’unité des Rwandais. Mais nous souhaitons également que nos voisins soient unis avec nous et que cela transcende la région des Grands Lacs dans l’esprit du panafricanisme. »

Rukesha a exhorté les jeunes à utiliser les réseaux sociaux de manière positive pour repousser les discours de haine.

« Les jeunes doivent également être conscients de l’impact des graines de haine. La haine se propage. Vous savez très bien que les personnes qui ont commis le génocide de 1994 contre les Tutsis ont fui vers le pays voisin et y ont répandu leur haine sur les réseaux sociaux. Les jeunes devraient utiliser les réseaux sociaux comme un outil pour changer positivement la société. »

Les jeunes participants ont indiqué que les interactions étaient un facteur important pour comprendre la culture et les réalités des autres afin de promouvoir la paix.

« Nous avons passé un an à voyager dans les pays de la région et nous avons beaucoup appris de toutes les cultures. Au début, nous ne nous connectons pas facilement en raison des barrières linguistiques, sociétales et historiques, mais aujourd’hui nous parlons la langue de la paix et nous ferons notre part pour assurer la paix dans la région », a déclaré Esther Mutegwaraba du Rwanda.

Pour Emmanuel Munyokoli de l’Ouganda, les habitants de la région des Grands Lacs devraient être ceux qui résolvent les problèmes de sécurité au lieu de chercher des solutions à l’extérieur.

« La région des Grands Lacs a été confrontée à tant de défis et de conflits, et ces conflits sont récurrents. Parfois, je me demande si nous n’avons pas tiré de leçons des différents conflits que nous avons traversés en tant que région », a déclaré Munyokoli.

« Pourquoi avons-nous échoué à résoudre ce problème au point de nécessiter une intervention étrangère et des missions étrangères pour venir régler les problèmes que nous créons nous-mêmes », a-t-il ajouté, soulignant qu’avec le soutien des dirigeants politiques et des gouvernements, les jeunes peuvent susciter le changement positif souhaité.

Le dialogue tenu à Kigali est l’une des 19 interactions intergénérationnelles et interculturelles organisées depuis 2021 dans les pays de la région des Grands Lacs, auxquelles ont assisté près de 650 personnes.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité