Urgent

Halte au travail pour mineurs, une éducation sexuelle encore taboue : grossesses de mineures 400 au Nord et 559 au Bugesera

Redigé par Jovin Ndayishimiye
Le 12 octobre 2020 à 01:45

Ce vendredi 9 octobre 20, il a débuté dans la Province du Nord une campagne-programme de sensibilisation de cinq ans contre le travail des mineurs y compris celui des mines

La Federation Rwandaise des Mines dit non aux adolescents dans les mines
Cette campagne est menée par la Fédération Rwandaise des Mines et carrières. Le Secrétaire Général de cette fédération a déclaré que cette campagne lancée vient comme une contribution pour lutter contre les patrons des sites d’exploitation minière qui emploient des adolescents dans leurs businesses.

Mais cela c’est un pas. Ledit Secrétaire Général pose un geste louable mais il ne résout pas pour autant un sérieux problème qui fait que ces enfants vont très tôt dans les mines, les champs de thé et autres petits jobs.

Le Ministère de la Jeunesse devrait prendre cette offre du Patronat rwandais pour mieux encadrer utilement cette très nombreuse jeune jeunesse issue de milieux sociaux extrêmement défavorisés.

Pour cet officiel, un tel travail dur et éreintant qui empêche les enfants de bien grandir, c’est aussi une forme de travail exercée sur eux.

« Nous voyons ces mineurs dans les briqueteries, dans les champs de canne à sucre. C’est leur éducation qui s’y perd. Nous souhaitons que ces enfants bénéficient d’une protection sociale car ce sont eux qui, pour demain, seront les maîtres dans les hauts cercles de prise de décision intéressant la vie nationale », a-t-il dit lançant ainsi une alerte pour que ces enfants grandissent dans les meilleures conditions loin d’une vieillesse prématurée.

World Vision trouve que le travail harassant des mineurs est contre la croissance
Il est prévu que cette campagne de sensibilisation sera menée conjointement par la REWU/Fédération Rwandaise des Mines et Carrières au sein du FSP, par la Province du Nord et par l’ONG internationale WV/World Vision

Au cours de cette cérémonie, le Gouverneur de Province du Nord a compris au féminin ce que le Directeur de World Vision, M. Edouard Musoni, a dit en général sur les mineurs utilisés dans des travaux durs, ce qui rend difficile leur croissance avec un avenir très incertain plein de pauvreté.
“Les enfants contraintes aux rapports sexuels forcés voient leur avenir gâché, elles sur qui compte l’avenir du pays », a dit Musoni raillant les parents qui ont abdiqué de leurs responsabilités d’élever leurs enfants.

Des enfants zeles prennent les charges familiales en main
« On voit des enfants qui prennent en charge les affaires familiales »,a-t-il dit suggérant une synergie d’actions pour le renversement de cette situation.
Le Gouverneur Gatabazi a invité la chaîne des dirigeants de base à prendre à bras-le-corps cette situation et à réprimer méthodiquement les criminels de viols de mineures.

“Quand les enfants deviennent des parents, ça y est. Ils restent pauvres pour de bon. Et cela impacte sur leurs familles. Nous savons gré nos nouveaux partenaires dans cette campagne. Nous allons faire appel à d’autres instances dont la RIB/Police d’Investigations Criminelles pour réprimer et poursuivre en justice les présumés violeurs d’enfants », a dit Gatabazi.

On pressent une situation qui n’est pas particulière à la province du Nord même si c’est ici que le travail de mineurs est très prononcé dans le sens où ces derniers sont utilisés dans les petits jobs de transport de marchandises de contrebande allant ou venant de l’Uganda voisin, dans les champs de canne à sucre.

Taux record de viols sexuels
Il est aussi recensé dans cette province 400 enfants de moins de 18 ans engrossées. Elle sont 590 dans le district de Bugesera depuis le début de cette année 2020.
Le programme-Sensibilisation de cinq ans en question porte le motto : « Ta responsabilité et la mienne la la lutte contre le viol de mineures et les emplois interdits aux moins de 18 ans ».

Comment initier une éducation sexuelle bien encadrée dans la culture rwandaise ?
Sur les 559 viols sexuels commis dans le Bugesera au cours de cette année 2020, seuls 108 sont investigués et portés devant les tribunaux. Par ailleurs, sur le plan national, les statistiques de viol prennent une autre ampleur.
Elles étaient 17.849 adolescentes violées et engrossées en 2016, 17.337 en 2017 , 19.832 en 2018 et 15.656 entre janvier et Août 2019.

Pour une etude Education sexuelle actualisee et renforcement de capacite
A part la répression, y a-t-il une démarche d’une éducation sexuelle nationale à adopter à l’endroit des jeunes adolescents de deux sexes ? Les deux ministères de la famille et de la jeunesse peuvent-ils faire appel à des experts sociologues et sexologues pour mieux donner assez de lumière sur l’éducation sexuelle appropriée à la jeunesse actuelle dans une société rwandaise en pleine mutation. Une démarche qui, une fois bien conçue planifiée, pourrait s’insérer dans la droite ligne de UMUGOROBA W’ABABYEYI (Soirée-débats pour parents).

Ici, ces sessions spéciales organisées au moins deux fois par semaine pour adolescents pourraient avoir pour modérateurs des personnes connues pour leurs intégrité et bagages scientifiques.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité