00:00:00 Nos sites KINYARWANDA ENGLISH FRANCAIS

Etats-Unis : Accouchement au forceps et toujours pas de délivrance

Redigé par Jean Jill Mazuru
Le 6 janvier 2023 à 09:50

La paralysie engendrée par la mazarinade de la vingtaine d’élus de l’aile droite du parti Républicain se poursuivait jeudi 5 janvier 2023. Le nom du ou de la Speaker a la chambre des représentants américain restait une chimère malgré la main tendue par le favori Kevin McCarthy qui a concédé des dizaines d’accommodements aux élus pro-Trump qui jouent les pisse-froid dans la succession de Nancy Pelosi au perchoir des représentants US.

La fumée blanche n’était toujours pas encore apparue au-dessus du capitole au troisième jour à l’issue du onzième vote, les élus trumpistes persistant à jouer les trouble-fêtes.

Et pourtant, nous apprennent les journaux américains, dans les rangs républicains, la grande majorité d’entre eux aimerait mettre fin à cette fronde et tenterait de convaincre ces électrons libres de rentrer dans les rangs ; info ou intox ? Nul ne saurait.

Cette asphyxie de la représentation démocratique américaine provoque une paralysie de l’institution car, dans ce cas d’espèce, même les élus de Novembre dernier ne peuvent prêter serment, ni donc exercer. Par voie de conséquence aucun projet de loi ne peut passer. Si les choses restent en l’état, ces élus et leurs assistants risquent même de ne pas toucher leurs payes à la fin du mois.

Pour mémoire, les Républicains avaient décroché une très fine majorité lors des élections de mi- mandat en Novembre 2022. Cet avantage leur autorise donc de poser certaines conditions à la chambre des représentants, surtout en ce qui concerne l’élection du speaker, la troisième personnalité de la plus grande puissance du monde dans la hiérarchie au pays de l’oncle Sam.

A y voir de près, on dirait que la plus grande démocratie du monde, comme on dit, est déclinante et vieillissante. Les symptômes ci-haut cités en attestent par ailleurs.

D’autres parts, il ne faudrait pas se leurrer, cet état des lieux est une des conséquences logiques du passage de Sieur Donald Trump à la maison blanche, et le venin qu’il a inoculé dans la classe politique Américaine.

Et puisque on en parle, le lien est tout trouvé pour rappeler qu’en une date comme celle-ci, le 6 Janvier 2021, des partisans radicaux pro-Trump et à son invitation, avaient investi le capitole pour contester l’élection de Joe Biden, dans une tentative de blocage de la certification du vote du collège électorale de la présidentielle américaine 2020 et la victoire de ce dernier.

Pour retourner à nos moutons, l’impatience se fait sentir, le capitole vacille. Attendons voir si leur magie démocratique finira par opérer car, lorsque nos démocraties africaines bafouillent, ils crient sur tous les toits que dans ces avatars de démocraties là, rien ne va.

Un adage Chinois dit : « Quand le sage montre la lune, l’idiot regarde le doigt ».


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité