Urgent

Est RDC : Fortes FARDC dans leur ratissage contre les groupes armés laissent les experts onusiens penser à la présence rwandaise

Redigé par Jovin Ndayishimiye
Le 10 janvier 2021 à 10:36

Les experts onusiens travaillent sur l’état sécuritaire de l’Est de la RDC. Leur rapport publié en Décembre dernier accuse les troupes rwandaises d’être présentes encore une fois dans l’Est de la RDC où elles réprimeraient impitoyablement les groupes armés illégaux anti rwandais et autres burundais. Et voilà ! Le Rwanda est ainsi criminel. L’inutile Monusco présente en surnombre dans cet Est est blanche comme neige car elle assiste paisiblement et regarde ailleurs quand ces Fdlr, MRCD-FLN, CNRD-FLN, tous anti rwandais, organisent des camps d’entraînement juste à côté de leurs camps retranchés et font, de temps à autre, irruption au Rwanda pour égorger de paisibles citoyens.

Les mêmes Casques Bleus comme ils n’interviennent pas suffisamment à Bunia au Nord Ouest de la RDC, ils sont également complices des exactions des ADF ugandaises qui font un carnage inexplicable parmi cette population abandonnée.
Mais tout ceci révèle un complot international contre le Rwanda et la région de l’Afrique centrale entière jamais pacifiée.

Mais quel crime releve ce fameux rapport onusien ?
Ce rapport publié le 23 décembre dernier fait état des troupes rwandaises envoyées dans l’Est de la RDC pour réprimer les groupes armés y opérant. Pour ce groupe d’Experts, ceci est un crime ! Et un gros !!!

C’est même impensable au regard de cette communauté internationale qu’il y ait des accords secrets entre le Rwanda et la RDC pour enrayer les groupes armés illégaux, essentiellement rwandais, insécurisant l’Est de la RDC. Cela se comprend pour elle. Tant que 20.000 Casques bleus y sont déployés pour ne rien faire, cela suffit pour que cette Monusco donne des rapports fantaisistes au moment où l’insécurité gagne le Rwanda de façon intermittante.

Ce rapport est biaisé, a critiqué le Gouvernement rwandais réagissant au dit rapport disant qu’il s’en tient au cadre des accords signés entre la RDC de Félix Tshisekedi et le Rwanda du stratège Paul Kagame.

« Nous avons des accords rwando-congolais d’échange de renseignement militaire et cela nous suffit », dit le communiqué de l’Etat Rwandais qui trouve que les FARDC sont parfaitement capables de mener elles-mêmes des opérations de ratissage des éléments armés qui écument l’Est de la RDC et font un saut au Rwanda pour y égorger de paisibles citoyens de la Province du Sud (Nyabimata, Kitabi…).

Des observateurs rwandais critiquent le rapport
Ce rapport est un non-événement, dit un observateur sous le sceau de l’anonymat. Il continue :
« Ces onusiens, depuis longtemps ont montré qu’ils poursuivent des objectifs autres que sécuritaires dans cet Est de la RDC. Ils l’ont montré quand , en 2013, au lieu de combattre le groupe armé contre le Rwanda des FDLR/Forces Démocratiques de Libération du Rwanda, ce dernier les a plutôt aidés pour chasser à coup de canons, hors de leur pays les mutins du M23. Ces experts y étaient comme observateurs. Ils ont bouclé leur bouche. Ils se sont déclarés aveugles et sourds-muets. L’objectif en ce moment-là était de désarmer les M23 et les FDLR pour une pacification totale de l’Est de la RDC. La suite, on la connait. C’est le gâchis qui a suivi la pactisation de cette Force d’Intervention Internationale qui est venue s’ajouter à la Monusco avec les FDLR. Cette force ne pouvait pas combattre le groupe Fdlr qui l’avait aidé à bouter hors de leur pays, les Mutins du M23 sous prétexte qu’ils étaient pro gouvernement rwandais.
Comprenez toute la félonie de la Communauté Internationale en cette matière. On comprend que le Rapport actuel ne peut qu’être ce qu’il est. Le ratissage réussi des éléments armés illégaux insécurisant l’Est de la RDC n’est pas le bienvenu surtout que les FARDC ne sollicitent pas du tout une quelconque aide de la Monusco ».

Un autre analyste ayant lui aussi requis l’anonymat, trouve que ce Groupe d’Experts peut rapporter des allégations qu’il ne sait pas confirmer. Il part des inimitiés quasi profondes que les dirigeants de la région se vouent mutuellement (les Présidents Museveni ugandais et Nkurunziza/Ndayishimiye burundi vs le Rwandais Paul Kagame) et qui ont paralysé un accord proposé par la partie congolaise.

« Le Président Félix Antoine Tshisekedi était prêt à une opération quadripartite efficace (RDC-Uganda-Rwanda-Burundi) pour terminer la question de l’insécurité qui prévaut dans la partie orientale de la RDC. Hélas, de bas sentiments des présidents ugandais et burundais à l’égard de leur homologue rwandais ont fait capoter cette tentative. Et puis notez bien que les ADF ne sont pas une menace contre l’Uganda. Elles égorgent les citoyens congolais de l’espace Bunia dans l’espoir d’y faire régner le chaos, le désordre et le non-droit. On soupçonne que l’ADF poursuit des visées télécommandées par de puissants prospecteurs miniers. Le Burundi ? C’est la sempiternelle idéologie de l’ethnocentrisme hutu qui anime les deux présidents. Le Burundi ne pouvait pas approuver cette opération surtout que le groupe qui était visé en priorité était les FDLR dont les éléments clés forment l’ossature de sécurité présidentielle burundaise rapprochée. Et en vérité, l’on sait que Museveni n’a jamais cessé de cautionner la lutte des FDLR. Donc cause commune contre le Rwanda », a dit cet analyste.

Mais pourquoi ce rapport accuse le Rwanda ?
« Eh bien ces investigateurs ne vont jamais sur le terrains. Ils croient que les FARDC sont tellement faibles qu’elles ne peuvent pas capturer les centaines de combattants des MRCD/FLN extradés au Rwanda, qu’elles ne peuvent pas faire des embuscades réussies contre les hauts commandants des FDLR et autres CNRD-FLN dans leurs repaires de la Province du Nord Kivu. Et pourtant quand le service de renseignement marche bien, et c’est cela qui résume l’art militaire, toute cible peut être atteinte », a dit cet analyste appréciant même l’hypothèse démentie par le Rwanda de l’existence d’ un accord secret de collaboration militaire physique entre le Rwanda et la RDC. Pour lui, cela fait grincer les dents de l’inutile Monusco et de sa pléthore (20.000) de Casques Bleus qui se complaisent rien qu’ à assurer la sécurité d’hommes dont la conscience est peuplée de haine ethnique contre les Tutsi congolais ou rwandais comme le nobélisé médecin réparateur des femmes, Dr Denis Mukwege.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité