Urgent

Ayina Think Tank prone pour la renaissance africaine et cible la jeunesse

Redigé par Jovin Ndayishimiye
Le 20 mai 2020 à 09:49

Ayina Think Tank fondé par un jeune rwando béninois Damien Mouzoun, 29 ans, est une entreprise sociale qui opère à partir de Kigali/Rwanda, Port Louis/Iles Maurice et Accra au Ghana. Ce think tank, unique en son genre, cible les jeunes adolescents de tout le continent africain. Il les forme et complète les connaissances livresques qu’ils ont reçues dans leurs diverses écoles. Il fait un travail d’idéologisation de cette jeunesse avant qu’elle n’attaque ses universités. Ayina Think Tank vient de faire six ans d’un tel travail au Rwanda. Il aura ainsi formé quelques 600 jeunes gens. Pour Damien Mouzoun le fondateur, c’est l’heure du bilan et de la restratégisation.

Nous le rencontrons dans son bureau-bibliothèque entouré de quelques 6 jeunes. Ils sont en plein débat sur la foi islamique. Pour lui, ce qui est important c’est de former idéologiquement le jeune africain qui grandit et qui doit se prendre en charge avec une culture solide dans la vie active qu’il va bientôt embrasser.

Damien Mouzoun, deuxième à gauche ; artisan de Ayina Think Tank

"Je suis très comblé par les parents qui me confient leurs adolescents. Moi personnellement, je ne saurai pas estimer le travail accompli. Par contre les parents, en guise de remerciement pour ce qu’ils voient de changement positif dans le comportement de leurs adolescents, ils me font de petits dons en argent et me font des compliments", a dit le fondateur de ce Think Tank, Damien Mouzoun, qui commence à comprendre que le travail qu’il accomplit l’autorise à prendre le statut d’ONG et donc de s’affilier à RGB/Rwanda Governance Board.

Patrick Karekezi, un jeune qui a suivi les séances de débat et de lecture recommandée, dit qu’il sent en lui une sorte d’équilibre spirituel a force de débattre en groupe sur la vie des illustres penseurs politiques et sociaux qu’a connu la planète terre.

"Ici, Ayina Think Tank est parfaitement l’école de la vie. Nous y avons appris à comprendre comment l’univers fonctionner et comment être le levain de la paix dans le monde et en Afrique en particulier", dit Iradukunda Benoît, 21 ans, qui, en collaboration avec deux autres jeunes gens rassemble hebdomadairement les jeunes orphelins du Centre Gisimba de Kimisagara pour conduire des débats sur la façon de se revaloriser spirituellement et s’autosuffire matériellement.
"Avec ces jeunes orphelins, nous apprenons à confectionner des projets que nous soumettons aux donateurs", confie Benoit qui dit que l’idée de faire une telle initiative est née des séances de débats orientés qu’il a suivis à Ayina Think Tank.

Il trouve que la finalité de l’homme est de transposer son bagage uintellectuel en actions pratiques débouchant au règne de la paix dans le monde en commençant par cibler les défis qui vous entourent et à y apporter des solutions selon ses potentialités.

Pour Sylla Ibrahim, un étudiant à ALU (African Leadership University) Campus de Kigali), Les sessions de formation des jeunes de Ayina think Tank, les lectures commentées qui suivent, les séances d’exposés sur les illustres personnalités du monde passant de Nelson Mandela, Sankara, Kwame N’Krumah, Mahatma Gandhi... "il y a un travail intellectuel hautement essentiel qui est accompli ici. Ayina Think Tank est un outil intellectuel pratique qui accompagne les connaissances livresques théoriques que nous apprenons de nos universités. Ayina Think Tank est pour moi, une véritable école de la vie", a dit Sylla 22 ans, un jeune Ivoiro-sénégalais rencontré à Ayina Think Tank.

Ganza Bertin a suivi les sessions de formation de Ayina think Tank. Il fait aussi partie de la gestion quotidienne du Think Tank. Pour lui, il est question de restratégiser l’action de Ayina Think Tank. "Notre action sur la jeunesse, nous y mettrons toujours beaucoup d’efforts. Mais en même temps nous allons aggrandir le cercle des débats entre les jeunes", a dit Ganza qui,comme le tout jeune directeur entrant, Kabera Innocent, pense qu’il est temps d’organiser de véritables forums de débats qui pourront se dérouler dans différents centres culturels et écoles du pays selon les partenariats qui seront tissés entre l’ONG Ayina Think Tank et les entités culturelles du pays.

"Il est temps que nous organisions des travaux de recherche scientifiques sur les défis que vive la société rwandaise", a dit Kabera, 22 ans, le Directeur entrant de Ayina Think Tank.

"La stratégie que nous adoptons consiste à grandir tous ensemble dans la culture de la paix. Ce n’est qu’arrivés à une certaine étape que nous allons commencer à disséquer les défis sociaux et à contribuer à l’ébauche de solutions", a dit Kabera.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité