Urgent

Avril des ténèbres -26ème année du génocide des Tutsi au Rwanda ; Jour 19/100:La méditation.

Redigé par Prince M. Gaël NYANGEZI
Le 11 mai 2020 à 09:06

La question la plus importante à nous poser dans cette vie est : « qui suis-je ? ». Tout de suite après, vient la question : « qu’est que je fais ici ? ». Depuis que nos lointains ancêtres ont commencé́ à penser, les êtres humains se posent ces deux questions et nous continuons à nous les poser. S’ajoute plus particulièrement pour les rescapés du génocide des tutsi du Rwanda la question de savoir : « pourquoi suis-je survécu ? ». Comprendre ces questions, les réponses que nous y apportons et leurs conséquences, est la clé d’accomplissement de l’œuvre d’une vie.

En quête des réponses à ces questions, toutes les traditions spirituelles, toutes les religions et toutes les psychologies du monde, nous enseignent de prendre le temps de faire la méditation. Ce temps de la méditationest le temps de la rupture avec les habitudes, la rupture avec le conditionnement, c’est un moment de retour à soi. Un moment où on arrête le temps d’une certaine façon pour prendre soin de soi-même. Où l’on revient à soi pour que ce qui nous définit, définisse aussi ce qu’est notre vie, pour ce qui compte pour nous et compte réellement dans notre vie. Pour que l’essentiel soit à sa place et que tous les éléments qui sont secondaires le demeurent ainsi.

Le souvenir du génocide est traumatisant et il n’est pas donné à tout le monde de se doter d’un mental assez fort pour en gérer toutes les conséquences. Mais il faut savoir quele mental est une machine qui mouline des pensées. Il n’est pas la conscience, il n’est qu’une machine. En tant qu’êtres, de surcroit victimes et rescapés de la plus grande tragédie humaine du 21ème siècle, nous sommes la conscience.

Cette conscience qui fait de notre pays aujourd’hui comme un modèle à suivre sur tout les plant, mais surtout celui du pardon et de la tolérance. Si nous pouvons mettre au repos ce mental qui est notre machine à penser, nous pouvons toujours expérimenterpositivement notre conscience, notre Soi.

Cette période de commémoration du génocide des tutsi de 100 jours est une opportunité annuelle de ce retour à soi pour avancer dans la sérénité avec la mémoire. Période où nous devons cultiver le silence intérieur éternel et inébranlable grâce à la méditation profonde quotidiennequi a des effets qui vont si loin que cette pratique à elle seule et capable de transformer notre expérience de la vie pour qu’elle soit un bonheur et une créativité́ sans fin.Alors bien entendu, il ya ce rapport de la quête de la paix intérieur et c’est le but de la méditation et les conséquences positifs en sont incalculables.

C’est finalementpour trouver l’essentiel des choses, donner de l’importance à des choses qui sont tellement courantes qu’on ne s’en rend plus compte :notre pensée, notre conscience, notre respiration, notre corps, notre environnement, le rapport à la nature, le rapport au temps qui passe.La méditation c’est donc se concentrersur tout cela et puis, chercher la voie dans ce travail de concentration qui va nous définir.

Parce que plus nous savons qui nous sommes, plus finalement nous savons où nous allons, où nous voulons aller et quelle va être notre destination, pour soi, pour ceux qui nous aiment et pour le sens que nous donnons à notre vie.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité