00:00:00 Nos sites KINYARWANDA ENGLISH FRANCAIS

Urgent

Âpre bataille du gouvernement contre l’érosion

Redigé par Franck_Espoir Ndizeye
Le 12 octobre 2023 à 09:00

Selon les observations d’Ildephonse Musafiri, Ministre de l’Agriculture et des Ressources Animales MINAGRI, du 10 octobre, le Rwanda envisage des solutions agricoles innovantes face à l’érosion croissante.

L’érosion des sols, phénomène de plus en plus préoccupant pour la sécurité alimentaire du pays, pourrait trouver des réponses durables grâce à plusieurs initiatives mises en avant par le gouvernement rwandais.

Parmi celles-ci, l’agriculture de conservation, l’agroforesterie et une augmentation significative des terrasses agricoles sont évoquées comme les plus prometteuses.

Le Ministre Musafiri a souligné cette préoccupation lors de sa comparution devant l’assemblée plénière de la Chambre basse. Il a mis en évidence l’impact négatif que l’érosion des sols et l’utilisation insuffisante des terrains en terrasses ont sur les rendements agricoles du pays.

Effectivement, l’érosion emporte la couche superficielle des sols, riche en nutriments essentiels à la croissance des cultures.

Face à la fragilité des sols de certains districts montagneux, tels que Ngororero, Rutsiro et Rusizi, où les terrasses s’avèrent rapidement détruites, le Ministre a mis l’accent sur l’agroforesterie et les graminées anti-érosives comme solutions envisagées.

De plus, il a évoqué l’agriculture de conservation, une initiative lancée en 2022, qui prône une approche de culture sans labour.

Cette technique, soutenue par l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), favorise une moindre perturbation du sol, le maintien d’un couvert végétal permanent et la diversification des espèces végétales, tout en renforçant la biodiversité.

"Cette année, nous disposons d’au moins 413 parcelles de démonstration (pour l’agriculture de conservation) dans 413 secteurs. Notre ambition est d’avoir une parcelle de démonstration dans chaque secteur du pays (416 secteurs)", a déclaré Musafiri, en mettant en avant que cette méthode offrait des rendements supérieurs à l’agriculture basée sur le labour.

Outre ces initiatives, le Ministre a également souligné l’importance de sensibiliser les agriculteurs à l’utilisation d’engrais organiques pour améliorer la texture des sols sableux. Il a également partagé que la zone potentielle pour la terrasse radicale était estimée à 265 000 hectares au Rwanda, avec un objectif de couvrir 142 000 hectares d’ici 2024.

Le député Theogene Munyangeyo a insisté sur la nécessité d’une attention particulière à l’érosion des sols dans la ceinture de Kivu. Cette région englobe cinq districts – à savoir Rubavu, Rutsiro, Karongi, Nyamasheke, et Rusizi – qui sont particulièrement exposés aux glissements de terrain.

Selon le Ministre Musafiri, les fortes pluies ont souvent compromis les efforts entrepris pour contrôler l’érosion, entraînant la destruction des fossés, notamment dans des zones à topographie complexe comme Rubavu. Il a souligné la nécessité d’intensifier les efforts communautaires pour entretenir les fossés existants, d’en creuser de nouveaux pour limiter l’impact des eaux de ruissellement, et de renforcer les mesures anti-érosives.

L’ampleur du défi est mise en évidence par un rapport publié en mai 2022 par l’Office Rwandais des Ressources en Eau (RWB) et l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

Selon ce document, soutenu par le Royaume des Pays-Bas, plus de 745 000 hectares de terres agricoles au Rwanda sont potentiellement érodés chaque année. En se basant sur la saison agricole A de 2021, le rapport estime que plus de trois millions de tonnes de produits agricoles sont perdus chaque saison à cause de l’érosion. Ces pertes se traduisent notamment par 22 000 tonnes de maïs et 15 000 tonnes de haricots.

Face à ces chiffres alarmants, l’engagement du Rwanda à trouver des solutions durables est crucial. Les observations du ministre Musafiri, ainsi que les initiatives gouvernementales en matière d’agriculture, montrent une prise de conscience croissante des enjeux et un désir profond d’agir pour garantir la sécurité alimentaire du pays à long terme.

Plantation de blé en terrasses radicales au projet Green Gicumbi.

Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité