Urgent

Amb. Vincent Karega recu par le President Congolais Tschisekedi : convocation ou audience normale ?

Redigé par Jovin Ndayishimiye
Le 28 août 2020 à 09:57

Ce mardi 24 août 2020, le président de la RDC reçoit l’Ambassadeur du Rwanda à Kinshasa, M. Vincent Karega. Les questions de sécurité et de développement de la région des Grands lacs ont été à l’ordre du jour de cette audience, rapporte GL News paraissant en ligne à Kinshasa.

Le journal rapporte que l’ambassadeur s’est prêté à la presse à la sortie de l’entretien, qu’ il a "loué les efforts de FASCHI, le Président congolais , pour son grand rôle dans la pacification de la région et de la RDC où il a décidé de démanteler toutes les forces négatives, parmi lesquelles les FDLR rwandaises » tristement renommées pour avoir fait beaucoup de sévices dans l’Est de la RDC d’où elles tentent de se frayer un chemin pour, les armes à la main, envahir leur pays le Rwanda.

« C’était un honneur et un privilège d’échanger avec S.E Félix Tshisekedi , Président de la RDC, sur les très bonnes avancées de coopération entre la RDC et le Rwanda et sur la vision en matière régionale de paix et développement. Mes respects réitérés, Mr le Président », a alors déclaré Vincent sur son compte twitter trouvant que Faschi, en sa qualité de premier vice-président de l’Union africaine, joue un grand rôle dans la pacification de la région et de la RDC où il a décidé de démanteler toutes les forces négatives, parmi lesquelles les FDLR/Forces Démocratiques de Libération du Rwanda issues des anciennes Armée Gouvernementale sous le Président feu Juvénal Habyarimana (1973-1994) et de la milice génocidaire Interahamwe.

« Ce groupe rebelle rwandais, faut-il le rappeler, a longtemps déstabilisé les provinces congolaises de l’Est du pays laissant planer un climat de tension et de méfiance auprès des populations locales », écrit GL News avant de diriger ses canons sur l’ambassadeur.

L’entretien avec Fatschi etait-ce une convocation en douce ?

Non ! cela aurait pu avoir été fait sous une forme un peu plus musclée, confie un observateur politique. Toujours est-il que l’Ambassadeur s’est malheureusement prêté, sur les réseaux sociaux, à un jeu malsain de polémique dont seuls les Congolais savent le secret. Ceux-ci partent des récents événements survenus dans la collectivité de Kipupu, au Sud de Bukavu, chef-lieu de la Province du Sud Kivu.

Là, en profondeur, sur les plateaux de l’Itombwe au Sud Sud-Kivu, peuplés de Banyamulenge, Fulero, Balega et Babembe …, « des échauffourées s’y sont déroulées dans la nuit du 16 au 17 juillet 2020 entre les Mai-Mai et le groupe d’autodéfense de Banyamulenge,TWIRWANEHO qui les poursuivait dans le but de libérer les 400 vaches razziées à Kalingi quatre jours auparavant et amenées à Kipupu. Il est aussi important de préciser ici que Kipupu, chef-lieu du secteur de l’Itombwe (Mwenga),était devenu et demeure jusqu’à ce jour une plaque tournante du commerce des vaches razziées dans les différents villages de Banyamulenge. Il est aussi le Quartier général de la milice Mai-Mai de Mutetezi Ebuila », rapporte Alain Rumenge, un écrivain et activiste des droits humains pour la cause des Banyamulenge, incompris dans la région.

L’Amalgame
Les internautes congolais ne trouvent pas injuste le fait que plusieurs milliers de têtes de bétail des Banyamulenge continuent d’être razziées par leurs voisins. Par contre la poursuite des bandits rassemblés dans un groupe paramilitaire, les Mai Mai, ça et les pertes collatérales, c’est ça le crime. Pourtant, dans cette région, c’est la loi de la jungle. Que le plus fort gagne ! Il n’y a pas le droit dans un vacarme de coups de fusil.

Les internautes congolais vont faire de l’amalgame. Pour eux, ces Twirwaneho ce sont« Ces mêmes qui continuent à tuer en RDC. Les comptes de Kipupu sont dans la ligne droite des massacres qui frappent la RDC depuis 1996 ».
Là, un autre internaute tentera d’être précis dans son imprécision. Un certain Babunga monte les enchères et porte le crime aux Banyamulenge qu’il ne trouve pas différents des Rwandais qui accompagnaient en 1997 les AFDL/Alliance des Forces Démocratiques de Libération du Congo en route vers Kinshasa.
Pour lui, les échauffourées de Kipupu où les Twirwaneho poursuivaient les Mai Mai qui avaient razzié leurs vaches, c’est tout simplement une répétition « des massacres de 1100 citoyens de Kipupu en 1997 ».

Levée de boucliers des internautes kinois contre l’ambassadeur

L’ambassadeur Vincent Karega suit sur la toile ces échanges charriés avec une quantité de haine de ces internautes congolais. Il n’y tient pas et trouve que cet amalgame porte préjudice à son pays. Il réagit à Babunga pour lui montrer que l’on ne lance pas gratuitement d’accusations si graves contre un peuple entier. De façon polie, il montre qu’aucune documentation là-dessus faisant porter le crime aux Rwandais n’est disponible.

Ce qu’il n’a pas dit c’est que porter le crime aux Rwandais en marche rapide vers Kinshasa en ce 1997 ne colle pas. Les Congolais de Kipupu n’étaient pas une menace à l’avancée de l’AFDL. L’Ambassadeur ne voit aucun mobile de ce supposé crime.
Cette sortie suffit pour enflammer la toile.
Est-ce pour cela que le Chef de l’Etat congolais l’aura convoqué. Lui a-t-il conseillé de ne pas se prêter aux pièges des loquaces jeunes Congolais très actifs sur les réseaux sociaux ? Tout ceci est un secret de la diplomatie des Grands Lacs !!!


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité