00:00:00 Nos sites KINYARWANDA ENGLISH FRANCAIS

Amb. Janet Mwawasi énumère ses priorités pour renforcer les relations entre le Kenya et le Rwanda

Redigé par Franck_Espoir Ndizeye
Le 4 juin 2024 à 03:46

Il y a un peu plus de deux mois, Janet Mwawasi a officiellement pris ses fonctions en tant qu’ambassadrice du Kenya au Rwanda. Lorsqu’elle a présenté ses lettres de créance au Président Kagame le 26 mars, l’ ambassadrice s’est engagée à renforcer les relations bilatérales entre les deux pays et à aider le Kenya à conserver sa position comme l’un des trois principaux partenaires commerciaux du Rwanda.

Le Kenya exporte des denrées alimentaires, des boissons, des produits pharmaceutiques, du ciment, du fer et des produits cosmetiques au Rwanda, tandis que le Rwanda exporte du café, du thé, des produits horticoles et des peaux brutes vers le Kenya.

Le Kenya est également la principale voie pour les exportations et importations du Rwanda via le port de Mombasa.

Dans une interview exclusive avec IGIHE, l’ambassadrice Janet Mwawasi discute, entre autres, de ses efforts pour renforcer les liens entre le Kenya et le Rwanda, de la coopération économique et sociale en cours, et de la crise dans l’Est de la République Démocratique du Congo, qui constitue une menace importante pour la sécurité de la région des Grands Lacs.

Vous êtes au Rwanda depuis quelques mois maintenant. Comment se passe votre expérience jusqu’à présent ?

Avant ma nomination ici, je n’étais jamais venue au Rwanda, mais j’avais beaucoup entendu parler de ce pays.

Le Rwanda est un sujet de conversation fréquent parmi les Kenyans. J’avais vraiment hâte de venir au Rwanda et, quand j’ai obtenu ce poste, j’étais très excitée.

À mon arrivée au Rwanda, la première chose qui m’a frappée a été l’accueil que j’ai reçu en tant qu’ambassadrice kenyane. Il a été très chaleureux, ce qui reflète les relations que le Rwanda entretient avec le Kenya depuis le début de leurs relations bilatérales.

J’ai été très bien accueillie ici. Les relations très cordiales entre le Kenya et le Rwanda sont évidentes, car bien que je sois ici depuis peu de temps, nous avons accueilli un grand nombre de dignitaires de haut niveau.

En l’espace de deux à trois mois, nous avons reçu des ministres. Nous avons eu le ministre des Sports, venu assister aux funérailles de feu Gervais Hakizimana. Nous avons eu notre ministre des Transports, et ensuite, notre Vice-Président a assisté à Kwibuka, représentant notre Président.

Puis, la semaine dernière, nous avons eu notre Chef d’État participant au forum des CEO. Cela montre à quel point nos relations avec le Rwanda sont cordiales.

C’est l’un des aspects qui m’impressionnent le plus en tant que nouvelle ambassadrice ici.

Je dois aussi dire que le Rwanda a des gens beaux et accueillants. Nous partageons beaucoup de traditions, de cultures et de coutumes.

Lorsque les Rwandais parlent kinyarwanda, je le comprends, étant Bantu. Nous avons une histoire et des coutumes communes qui rendent l’assimilation facile pour un Kenyan au Rwanda.

Je ne terminerai pas sans parler de l’organisation de Kigali. Je n’ai pas encore eu l’occasion de visiter d’autres régions du Rwanda. Je prévois de le faire bientôt, mais je peux parler de Kigali.

L’infrastructure est tout simplement incroyable, avec une organisation très structurée. C’est une expérience formidable.

Aviez-vous déjà envisagé d’être ambassadrice ?

Pas du tout, en réalité. Ce fut une surprise, mais c’est quelque chose que j’ai accueilli avec beaucoup de gratitude.

J’ai travaillé avec le Bureau des Nations Unies à Nairobi et le PNUE (Programme des Nations Unies pour l’Environnement) auparavant, donc je ne suis pas complètement nouvelle dans les relations bilatérales et internationales. Cette expérience me fournit une bonne base pour réussir dans ce poste. C’était une nomination très excitante, et quel meilleur pays que le Rwanda ?

Le Kenya et le Rwanda entretiennent de solides relations bilatérales. Quelles seront vos principales priorités pour renforcer ce partenariat ?

Ma priorité principale est de renforcer les relations déjà excellentes. Ma deuxième priorité serait le commerce et l’investissement. Nous avons de nombreuses entreprises kenyanes qui font des affaires ici, et il y a beaucoup de commerce entre le Rwanda et le Kenya que j’aimerais voir se renforcer.

Le Corridor Nord est d’une grande importance, le Rwanda étant un pays stratégique pour le Kenya que je veux voir renforcé.

Nous avons eu plusieurs engagements. La semaine dernière, le Kenya Pipeline et le Kenya Ports Authority nous ont rendu visite, et nous avons eu plusieurs échanges avec les autorités rwandaises du ministère du Commerce pour voir comment nous pouvons améliorer notre utilisation du Corridor Nord.

Des protocoles d’accord (MoU) ont été signés lors de la visite d’État de notre Président ici en avril dernier, invité par Son Excellence Paul Kagame.

Certains ont été mis en œuvre, tandis que d’autres attendent une révision à mi-parcours en juin. Il est très important pour moi de voir les MoU mis en œuvre et de prendre soin de notre grande diaspora.

Nous avons environ 8 000 Kenyans vivant au Rwanda, et je veux m’assurer que leurs préoccupations sont prises en compte.

Lors de la visite du Président Ruto au Rwanda en avril dernier, le Kenya et le Rwanda ont signé 10 MoU visant à renforcer la coopération dans plusieurs domaines, notamment l’éducation, les TIC, la santé, le développement de la femme et de l’enfant, la jeunesse et le développement des capacités pour la fonction publique, ainsi que les services correctionnels. Où en est la mise en œuvre de ces accords ?

Nous en avons deux qui sont déjà réalisés. Nous avons quelques-uns en cours de révision à mi-parcours, et nous sommes en contact avec le ministère des Affaires étrangères ici.

Nous visons juin pour accélérer leur mise en œuvre, avec quelques-uns encore en attente de signatures. Nous travaillons activement à concrétiser les MoU.

Début mai, le ministre des Transports Kipchumba Murkomen a rencontré ses homologues d’Ouganda, de RDC, du Soudan du Sud et du Rwanda pour discuter des plans visant à étendre le réseau ferroviaire à ces quatre pays. Les plans précédents pour étendre le réseau ferroviaire jusqu’à l’Ouganda ont rencontré des défis financiers. Pour quelqu’un qui entend cela pour la première fois, en quoi le nouveau plan est-il différent ?

Ils ont convenu que le Kenya va collaborer avec l’Ouganda pour construire une voie ferrée de Naivasha, où elle est actuellement arrivée, à Kisumu et Malaba. Je sais que l’Ouganda, le Rwanda et le Kenya collaborent pour financer le réseau ferroviaire.

Si cela se concrétise, le Rwanda paiera moins pour les produits. L’utilisation du SGR a été une zone difficile pour eux car leurs produits arrivent à Naivasha, où ils doivent les stocker puis utiliser la route. Ils paient donc deux fois : une fois pour la route et une fois pour le SGR. Ce sera une victoire pour le Kenya et le Rwanda une fois réalisé.

L’instabilité dans l’Est de la RDC constitue une menace importante pour la sécurité de la région des Grands Lacs. Le Président Ruto a récemment déclaré que le dialogue est la seule solution au problème en RDC. Au-delà des déclarations télévisées, quelles sont certaines des mesures que le Kenya a prises pour garantir la paix dans la région ?

Nous avons déjà le processus de paix dirigé par Nairobi pour la RDC et le processus de Luanda. Nous comptons beaucoup sur ces deux processus pour trouver une solution. Le Président William Ruto est très engagé dans ces deux processus.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité