27ème Commémoration du Génocide des Tutsi : Kagame note le Rapport Duclert et fustige la coalition des négationnistes

Redigé par Jovin Ndayishimiye
Le 7 avril 2021 à 02:07

Ce mercredi 7 avril 2021, le Rwanda commémore le 27ème anniversaire du génocide perpétré contre les Tutsi dans des circonstances particulières du Covid 19 mais aussi de la possible éclaircie dans les relations franco rwandaises rendue possible par la publication du rapport Duclert commandée par l’Elysée qui conclut aux "lourdes et accablantes responsabilités de la france dans la consommation du génocide perpétré contre les Tutsi du Rwanda de 1994".

Les cérémonies se sont déroulées dans le nouveau stade de Basketball, Kigali Arena. Le couple présidentiel, Monsieur et Madame Kagame est là. Le discours du Chef de l’Etat est débité avec un rythme régulier mais non moins percutant. Il le commence en langue locale Kinyarwanda pour mieux louer le courage des survivants du génocide qui se sont surpassés pour accorder le pardon à leurs bourreaux autant que le recommande le Programme National de l’Unité et Réconciliation.

Le Dr Jean Damascène Bizimana, Secrétaire Exécutif de la CNLG/Commission Nationale de Lutte contre le Génocide qui avait pris la parole un peu avant a trouvé que ce courage d’accorder le pardon aux anciens bourreaux a libéré les forces morales de ces rescapés pour meiux regarder et acter sur leur avenir.

"Nous ne pouvons pas baisser les bras", a dit Paul Kagame donnant un sens au revivre ensemble décrété par le régime mis en place par le FPR victorieux de sa guerre de libération et de l’arrêt de ce génocide en lieu et place d’une MINUAR (Mission des Nations Unies pour le Rwanda) qui a vite pris les jambes à son cou pour- plus de quatre mille Casques Bleus- rentrer chacun dans son pays, laissant les Tutsi sous les coups des machettes des Interahamwe et des fusils des ex-FAR/Forces Armées rwandaises sous Habyarimana (1973-1994).

"Votre résilience, votre endurance face à cette inouïe adversité, c’est cela qui nous donne du courage de continuer à construire notre pays, à revivre en tant que nation. Nous sommes fiers de vous les Rwandais qui construisez une nation que vous souhaitez", a dit Paul Kagame rappelant à ses citoyens que beaucoup de tristes individus ont tout le temps tenté de les amener dans des chemins idéologiques tordus, qu’ils leur ont dit catégoriquement non. Il n’oublie pas de soulever que la plupart des citoyens rwandais sont jeunes, que cela a tout son sens pour une idéologie de la Rwandité.

C’est tout un programme qu’il annonce.
Pour le Dr Jean Damascène Bizimana, c’est presque tout un demi siecle (1959-1994) d’inoculation de l’idéologie du génocide des Tutsi qu’il faut éradiquer dans la conscience populaire. Une mer à boire ?

" En 1963, suite aux incursions des réfugiés rwandais venus du Burundi, les ministres du Gouvernement Kayibanda sont descendus dans le Bufundu (Actuels districts de Nyaruguru et Nyamagabe en province du Sud) pour ordonner de tuer les Tutsi qui y habitaient. Eux aussi ont vite été assimilés aux Cancrelats (Inyenzi). Cette même année-là 1963, le Gouvernement belge est arrivé aux conclusions selon lesquelles cette chasse aux Tutsi pour les tuer ou les déplacer vers des régions inhospitalières du Bugesera et ailleurs, que cela remplissait tous les éléments constitutifs du génocide perpétré contre l’ethnie Tutsi autant que cela avait été défini dans la convention internation de 1948", a dit Bizimana dans son exposé montrant que l’"apocalypse" du Col. Bagosora n’était qu’un chapitre plus délirant d’une volonté d’éradication de la race Tutsi datant de la Première République de Grégoire Kayibanda et poursuivi par le Général Juvénal Habyarimana.

Faisant le bilan de son règne de l’après Génocide, Paul Kagame trouve que la principale réalisation est le fait que les Rwandais, tous, veulent aller de l’avant dans une réconciliation et la rwandité retrouvées. Et gare à celui qui s’amusera à couper ce flot idéologique tant souhaité par les citoyens, a dit Kagame.
"Nous avons tous les moyens pour protéger notre peuple. Toute personne qui s’avisera à mettre à mal la sécurité du territoire, il sera arrêté et traîné en justice", a-t-il dit sachant parfaitement qu’il fait allusion au collectif politico militaire du MRCD/FLN (Mouvement Rwandais pour le Changement Démocratique/Front de Libération du Rwanda) avec plusieurs combattants capturés dans les forêts de l’Est de la RDC et extradés vers la justice rwandaise et leur chef, le très controversé Paul Rusesabagina.

Un jeu dangereux de la Communauté internationale à publiciser un Rusesabagina
Le Président Paul Kagame trouve abjecte la démarche des gros lobbies occidentaux qui déversent toute une médiatisation autour d’un criminel (Paul Rusesabagina ?) par le fait qu’il aurait été kidnappé pour atterrir devant la justice rwandaise.

"Soit ! Admettons que cela se soit fait ainsi ! La question pour ces procès en cours pour ces propagandistes ce ne sont pas les crimes qui ont été commis par le présumé criminel (Paul Rusesabagina), mais comment il a été amené à comparaître devant la justice", a dit Paul Kagame se rebellant contre cette mesquinerie occidentale qui protège un criminel. Il va être franc ces lobbies occidentaux qui protège un homme qui a organisé des massacres de citoyens civils, brûlé et incendié maisons et véhicules... "Sont-ce ces gens qui disent représenter des valeurs universelles (occidentales) qui tournent les fausses règles en faits avérés et pour qui les victimes deviennent des bourreaux"", a-t-il dit dans sont discours très chargé de colère contenue.
Un Kagame révolté par la félonie occidentale
Tout en saluant les signes avant coureurs d’une possible renormalisation des relations franco rwanddaises attestée par une écriture assez potable du rapport Declert commandée par l’Elisée et pointant du doigt "la lourde responsabilité de la France dans le Génocide des Tutsi du rwanda de 1994", Paul Kagame a décidé solennellement qu’il ne se pliera jamais " A la loi du plus fort qui est toujours la meilleure" pour qui un lion se désalterant en amont d’une "onde pure" accuse un agneau s’abreuvant juste en bas de la rivière de salir son eau, juste un prétexte tout trouvé pour sauter sur le auvre agneau et le dévorer.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité