Urgent

13 mai 1994 : Massacres de Tutsis de Bisesero

Redigé par IGIHE
Le 14 mai 2020 à 02:37

De nombreux Tutsi qui fuyaient les massacres se sont réfugiés sur les Collines de Bisesero.

Ces collines de Bisesero sont situées dans l’ancienne Préfecture de Kibuye, et faisaient partie de deux Communes, Gisovu et Gishyita, et étaient couvertes de bois touffus. En dessous de ces collines, la région était peuplée et parsemée de pâturages. Actuellement Bisesero touche à quatre Secteurs du District de Karongi : Mubuga, Gishyita, Rwankuba et Twumba.

Bisesero était peuplé par de nombreux Tutsi dont on évaluait le nombre à près de 60,000 ; pendant le Génocide ils ont résisté vaillamment et jusqu’au mois de mai les tueurs n’avaient pas encore pu les vaincre. Pendant le Génocide de nombreux Tutsi se sont réfugiés à Bisesero et y ont péri. Les Tutsi s’y sont réfugiés parce qu’il y avait un grand nombre de tutsi qui habitaient la région et que depuis 1959 et les années après, ils ont toujours su se défendre lors des massacres de Tutsi. S’y sont réfugiés des Tutsi qui sont venus de localités différentes de la Préfecture Kibuye, Rubengera, Rutsiro, Rwamatamu, Gisovu, Gikongoro, Gishyita, Gitesi et Gikongoro.

Ils espéraient que s’ils mettent ensemble leurs forces, ils pourront résister aux attaques des tueurs et vaincre ceux-ci ; ils sont arrivés effectivement jusqu’au mois de mai sans qu’une seule de leurs maisons ne soit incendiée et sans qu’une seule de leurs vaches soit abattue par les tueurs. Le 7 avril 1994, après avoir appris la nouvelle de la mort de Habyarimana, dans certaines localités de Kibuye et même de Gikongoro, les Tutsi ont commencé à être tués et se sont réfugiés à Bisesero. Très vite, les Abasesero ont quitté leurs maisons et se sont réfugiés sur les collines de Muyira et Gitwe. Les autres Tutsi qui s’y refugiaient étaient ceux qui avaient survécu dans d’autres localités et qui sont venus de l’église de Mubuga, Rwamatamu, Gitwa, le stade Gatwaro, Kayove et ailleurs.

2) Les Tutsi qui se sont réfugiés à Bisesero se sont vaillamment défendus

Ils y sont restés longtemps, affrontant les attaques des tueurs, repoussant celles-ci et tuant un grand nombre parmi ces derniers leur prenant même des armes à feu malgré qu’ils ne savaient pas s’en servir pour se défendre. Le réputé courage qui les caractérisait depuis longtemps leur a permis de continuer à résister contre un ennemi qui se servait de différentes armes dont des fusils alors qu’eux utilisaient leurs bâtons, des pierres, des lances et des arcs.

Les Tutsi venus de Gisovu et Rwankuba (Bisesero nord) se battaient sur les collines de Muyira tandis que les autres se rassemblaient sur la colline Gitwe (partie sud) et y affrontaient les groupes de tueurs. Ils avaient une tactique qui consistait à se mêler à la foule des tueurs et de se battre au corps à corps ; malgré des pertes parmi eux, ils ont tue eux aussi des tueurs et ceux-ci se décourageaient et battaient en retraite surtout que le plus souvent les Tutsi leur avaient pris un grand nombre d’armes.

Dès le début des premières attaques le 7 avril 1994, les Tutsi de Bisesero se sont rassemblés, et allaient au-devant des attaques pour intercepter les tueurs et les empêcher d’accéderà la localité de Bisesero. Le matin, lorsque les tueurs attaquaient, les Tutsi, du haut des collines, leur lançaient des pierres et lorsqu’il n’y en avait plus, descendaient tous ensemble vers l’ennemi pour l’empêcher de tuer leurs femmes et leurs enfants et d’abattre leurs vaches ; ils se battaient jusqu’à ce que les Interahamwe battaient en retraite. Lorsque les Tutsi sentaient qu’ils allaient être vaincus par les Interahamwe, ils se repliaient sur des collines occupées par leurs compagnons, et joignaient leurs forces pour continuer à résister.

Les attaques venaient de différents endroits : des Communes Gisovu et Rwamatamu elles montaient vers Ngoma, dans la Commune Mubuga, et d’autres venaient de la Commune Gishyita. Même si ces attaques venaient de ces localités, les groupes des tueurs étaient venus de toutes les communes de la Préfecture Kibuye et même de certaines communes de Gikongoro. Les combattants Tutsi étaient dirigés par Birara Aminadabu, son fils Nzigira, Segikware, Habiyambere, Paul Bitega qui furent à un certain moment tués. Mais d’autres ont pu survivre comme Karamaga Simeon, Aron Gakoko et Vincent Munyaneza.

Parce que les Tutsi de Bisesero avaient longtemps résisté aux Interahamwe qui n’ont pas pu les vaincre jusqu’à fin avril 1994, le Préfet de Kibuye, KAYISHEMA Clément, et d’autres autorités locales, ont écrit une lettre au Ministre de l’Intérieur , Edouard Karemera, lui-même originaire de Kibuye ; la lettre lui demandait de les aider pour soi-disant chasser les Inkotanyi qui se seraient infiltrés dans Bisesero ( ils prétendaient que les Inkotanyi étaient entrés dans Bisesero et y causaient de l’insécurité parmi la population), et Karemera leur a promis qu’il allait chercher de l’aide et s’adressa au commandant de l’armée rwandaise à Gisenyi et Kibuye, le Colonel Anatole NSENGIYUMVA.

Depuis le 1er jusqu’au 12 mai 1994, les attaques ont cessé à Bisesero, et les Tutsi, croyant à une accalmie, ont commencé à retourner à leurs activités quotidiennes d’agriculture, d’élevage et autres ; mais les tueurs étaient allés préparer une attaque de grande envergure. Les tueurs ont passé deux semaines à se préparer à aller exterminer les Tutsi qui s’étaient réfugiés à Bisesero.

3) Une attaque de grande envergure a été menée àBisesero le 13/5/1994

Le vendredi13/05/1994 a été le premier jour des attaques qui ont été lancées contre les Tutsi de Bisesero ; les groupes de tueurs étaient composés de militaires de la Garde présidentielle et d’autres qui avaient fui les combats, des Interahamwe venus de différentes localités, et de tueurs expérimentés venus de Bugarama à Cyangugu, Gisenyi, Ruhengeri et Gikongoro. Les autorités portaient tous des armes à feu, comme le ministre Eliezer Niyitegeka, Clément Kayishema, Préfet de Kibuye, Alfred Musema, directeur de l’usine à thé de Gisovu, le commerçant Obed Ruzindana, et son petit frère Joseph Mpambara, Charles Sikubwabo, Bourgmestre de la Commune Gishyita, Aloys Ndimbati, Bourgmestre de la Commune Gisovu, Ntakirutimana Gerard, Directeur de l’hôpital de Mugonero, John Yusuf Munyakazi, chef des Interahamwe de Bugarama à Cyangugu et d’autres. Ils étaient tous expérimentés dans la conduite d’attaques dans Kibuye et Cyangugu.

Le 13 mai 1994, vers 9h du matin, les tueurs ont commencé les massacres jusqu’à 16h de l’après-midi. Des bus de l’ONATRACOM, des camionnettes confisquées à des Tutsi qui avaient été tués, des camions de la société COLAS qui étaient utilisés pour aménager la route Kibuye-Gitarama et d’autres véhicules des autorités, avaient amené des militaires de la garde Présidentielle, de nombreux Interahamwe qui ont commencé à tuer les Tutsi de Bisesero qui s’étaient réfugiés sur les collines de Muyira et Gitwe, et qui étaient fatigués, et en plus les attaques étaient très fortes de façon qu’ils ne pouvaient plus résister face aux armes de guerre utilisées par les tueurs.

Les tueurs ont attaqué les Tutsi, en hurlant « tubatsembatsembe » c.à.d. « exterminons-les ». Ils ont ouvert le feu sur les Tutsi, ont lancé des grenades, et utilisé leurs armes traditionnelles ; de nombreux cadavres d’enfants, de femmes et de vieilles personnes gisaient sur le sol. Cette attaque a fort découragé les Abasesero et a tué un grand nombre parmi ceux-ci, ce jour-là plus de 30,000 Tutsi furent tués. Le même jour les massacres ont cessé vers 17 h du soir, les tueurs se rassemblèrent à l’endroit appelé « kuCyapa », à l’intersection des Communes Gishyita et Gisovu, pour préparer la suite des opérations de massacres qui devaient continuer le lendemain matin.

A cet endroit, Eliezer NIYITEGEKA a pris une jeune fille, la dénuda et la viola devant les autres tueurs, et après la livra auxInterahamwe qui la tuèrent à la machette.
Les tueurs sont revenus le 14 mai 1994 et tuèrent à nouveau des Tutsi, de façon qu’il en restait moins de 10,000. Les survivants de ces massacres se sont dès lors cachés dans les broussailles, courraient sur les collines en fuyant les Interahamwe qui leur tiraient dessus, et les blessés étaient traqués par les tueurs à l’aide de chiens.

4) La plupart de ceux qui ont participé aux massacres de Bisesero ont été condamnés pour crime de génocide, tandis que d’autres sont recherchés :

-  Karemera Edouard a été condamné à la prison à perpétuité par le Tribunal Pénal International pour le Rwanda (TPIR) ;
-  Eliezer Niyitegeka, a été condamné à la prison à perpétuité par le Tribunal Pénal International pour le Rwanda (TPIR) ; est mort en prison ;
-  Ntakirutimana Elizaphan, a été condamné à dix (10) ans de prison par le Tribunal Pénal International pour le Rwanda (TPIR) ;
-  Colonel Nsengiyumva Anatole, a été condamné à quinze (15) ans de prison par le Tribunal Pénal International pour le Rwanda (TPIR) ;
-  Ntakirutimana Gerard, a été condamnéà vingt-cinq ans (25) ans de prison par le Tribunal Pénal International pour le Rwanda (TPIR) ;
-  Muhimana Mika, a été condamné à la prison à perpétuité par le Tribunal Pénal International pour le Rwanda (TPIR) ;
-  Joseph Mpambara, a étécondamnéà la prison àperpétuité par une juridiction des Pays Bas ;
-  Clément Kayishema, a été condamné à la prison à perpétuité par le Tribunal Pénal International pour le Rwanda (TPIR) ;
-  Musema Alfred, a été condamné à la prison à perpétuité par le Tribunal Pénal International pour le Rwanda (TPIR) ;
-  Obed Ruzindana a été condamnee a vingt-cinq ans (25) ans de prison par le Tribunal Penal International pour le Rwanda (TPIR) ;
-  Munyakazi John Yusufa étécondamnéà vingt-cinq ans (25) ans de prison par le Tribunal Pénal International pour le Rwanda (TPIR).

5) Des tueurs qui ont participé au Génocideperpétré contre les Tutsi àBisesero, ayant fui la justice :
- NYAKANA Habimana Joseph qui était conseiller du secteur Twumba, est semble-t-il en RépubliqueDémocratique du Congo ;
- NZIHONGA Elysée, enseignant dans le Secteur Gitabura, est semble-t-il en République Démocratique du Congo ;
- MUSABYIMANA Pierre ex FAR du Secteur Gisovu, est semble-t-il en RépubliqueDémocratique du Congo ;
- NDAMAGE, Secrétaire de la Commune Gisovu, s’est enfui et n’est plus revenu ;
- KAYIGEMA Alexis, qui dirigeait IGA de Gisovu, réside en France ;
- KAMILI (fils Mpamira) était commerçant a Mubuga, a fui en Ouganda ;
- TWAGIRAYEZU Jean Baptiste, a été condamné par Gacaca ;
- NGERAGEZE Dan, ex assistant bourgmestre de la commune Gishyita ;
- BUGINGO Joseph ex bourgmestre de la commune de Gisovu ;
- Abbe HITAYEZU Marcel ex curé de la paroisse catholique de Mubuga, a fui en France ;
- BIZIMUNGU ex FAR ;
- KARIBANA Uziah ex assistant bourgmestre de la commune Gishyita, a fui après le génocide ;
- MUHIRWA Uzziel ex conseiller du secteur Musenyi et d’autres.
- NDIMBATI Aloys, a fui la justice et est recherché par le Tribunal Pénal International pour le Rwanda (TPIR) ;
- SIKUBWABO Charles, a fui la justice et est recherché par le Tribunal Pénal International pour le Rwanda (TPIR), et autres.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Publicité