IGIHE.com \BB sécurité
Retour à la case prison pour Pistorius condamné à 6 ans pour meurtre
Publié le 7-07-2016 - à 09:20' par IGIHE

Le Sud-Africain Oscar Pistorius, idole déchue des stades, a été incarcéré à la prison centrale de Pretoria après sa condamnation en appel mercredi à six ans de prison pour le meurtre de sa petite amie, une sentence bien inférieure à la peine plancher pour ce crime.

"Monsieur Pistorius, levez-vous s’il vous plaît. La sentence que j’impose à l’accusé pour le meurtre de la défunte Reeva Steenkamp est six ans de prison", a déclaré la juge Thokozile Masipa dans une salle comble du tribunal de Pretoria.

Le sextuple champion paralympique de 29 ans, amputé des deux jambes et entré dans la légende en s’alignant avec les valides aux jeux Olympiques de Londres de 2012, encourait une peine minimum de 15 ans.

En première instance, il avait écopé de cinq ans de prison pour l’"homicide involontaire" de sa petite amie abattue de quatre balles chez lui. Mais en appel, il avait été reconnu coupable de meurtre.

Le parquet, qui avait réclamé au moins 15 ans de détention, a fait part de sa déception au prononcé de la sentence mercredi.

"Comment peut-on être satisfait quand on s’est battu pour obtenir une peine de prison de 15 ans ?", a déclaré le porte-parole du parquet, Bulelwa Makeke. "Nous allons étudier le jugement avec attention" avant de décider de faire appel ou non dans les 14 jours, a-t-il ajouté à l’AFP.

Par la voix de son avocat, Petrus de Bruyn, la famille de la victime a souligné que "rien ne ramènera Reeva".

La défense a de son côté exclu de faire appel. "Oscar servira la peine qui a été rendue", selon l’un des avocats de Pistorius, Andrew Fawcett.

A l’annonce du verdict, le jeune homme, vêtu d’un manteau gris sur une chemise blanche et une cravate noire, a serré dans ses bras sa soeur Aimee. Il a ensuite été immédiatement transféré à la prison de Kgosi Mampuru à Pretoria.

Il pourra demander sa libération conditionnelle après avoir purgé trois ans en prison, selon plusieurs experts interrogés par l’AFP, et sera donc en théorie libérable en 2019.

- ’Il ne peut pas être en paix’ -

Pistorius est retourné derrière les barreaux alors qu’il était assigné à résidence, chez son oncle à Pretoria, depuis octobre 2015, après avoir passé un an en prison.

Son sort se jouait une nouvelle fois mercredi entre les mains de la juge Thokozile Masipa, qui l’avait condamné en première instance à cinq ans de prison, un jugement dénoncé par le monde judiciaire comme laxiste.

Mercredi, elle a estimé que "les circonstances atténuantes l’emportaient sur les facteurs aggravants" et justifiaient "de ne pas imposer la peine plancher de 15 ans pour meurtre".

Elle a notamment énuméré la "vulnérabilité" de Pistorius au moment du drame puisqu’il était sur ses moignons, ses tentatives vaines de ranimer Reeva Steenkamp et de demander ensuite pardon à la famille Steenkamp, ainsi que son année en prison.

Cette saga judiciaire tient en haleine les médias du monde entier depuis trois ans. Et pour cause, l’affaire contient des ingrédients hors du commun : un coupable, coureur handicapé mythique, une victime top model, Reeva Steenkamp, et un drame commis la nuit de la Saint-Valentin 2013.

Pistorius a toujours plaidé la méprise. Il était convaincu, n’a-t-il cessé de répéter, qu’un cambrioleur s’était introduit dans sa maison de Pretoria. Il a tiré quatre balles à travers la porte des toilettes, persuadé qu’un voleur s’y cachait.

Un argument irrecevable pour la justice qui a retenu l’intention de tuer - quelle que soit l’identité de la victime - et condamné Pistorius pour meurtre, en appel.

"La vie (des Steenkamp) ne sera plus jamais la même, a reconnu mercredi la juge Masipa. Mais par chance, le processus de deuil a commencé et M. et Mme Steenkamp ont expliqué qu’il avaient pardonné à l’accusé."

"La vie de l’accusé ne sera plus jamais la même non plus. Il est un héros déchu qui a perdu sa carrière et est ruiné financièrement. Il ne peut pas être en paix", a-t-elle insisté.

La défense avait joué la carte de l’émotion lors du procès en appel : l’ancien athlète avait retiré ses prothèses et marché d’un pas hésitant, tête baissée, sur ses moignons, pour témoigner de sa vulnérabilité physique et tenter d’amadouer la magistrate. Une stratégie qui s’est avérée payante.

AFP


Kwamamaza
Commentaires

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Ne vous eloignez pas du sujet de discussion; Les insultes,difamations,publicité et ségregations de tous genres ne sont pas tolerées
Si vous souhaitez suivre le cours des discussions en cours fournissez une addresse email valide.
Votre commentaire apparaitra apre`s moderation par l'équipe d' IGIHE.com
En cas de non respect d'une ou plusieurs des regles d'utilisation si dessus, le commentaire sera supprimer. Merci!