La fierté de construire la plus grande tour de Kigali par une femme

Redigé par Elvis Nibomari
Le 7 septembre 2011 à 05:03
Visites :
56 2

Parmi tous les édifices de Kigali, le plus grand est construit par une femme. Coralie Piron, 33 ans, construit Insurance Plazza. Ce complexe commercial de la Caisse Sociale du Rwanda domine le ciel de Kigali. « C’est vrai que les gens sont généralement surpris quand ils me voient », dit Piron dans une exclusivité avec igihe.com. 

La fille du cofondateur de la société de construction belge Thomas et Piron se trouve à Kigali depuis 2004. Elle dirige Thomas et Piron Grands Lacs (TPGL), une entreprise ouverte au Rwanda en 2000, présente aussi au Kenya avec l’intention de se propager dans le reste de la région notamment en Ouganda l’année prochaine.

Par simple cliché, la tendance populaire associe le métier de construction à l’homme. Pas forcément au Rwanda.

« Ce n’est pas trop difficile d’être une femme pour diriger une entreprise de construction au Rwanda, affirme Coralie, c’est peut être même plus facile que ce ne le serait en Belgique ».

Derrière ce jeune visage de Mme Coralie Piron se cache une personne très exigeante

Le Rwanda étonne parfois avec le nombre de ses leaders féminins. Le parlement en est composé à majorité avec le record mondial de 56 %. La caisse sociale est dirigée par une femme. Les ministres et les secrétaires d’Etat ne se comptent plus. Il faut ajouter les femmes d’affaires. La politique rwandaise de la promotion de l’investissement a provoqué dans la jeune génération – tant masculine que féminine - une fièvre de créer sa propre entreprise.

En tant que femme entrepreneure« on ne se sent pas trop seule ici », concède Piron avec un sourire.

Toutefois, ériger une Insurance Plazza, n’est pas uniquement une question de volonté. Mais aussi de compétence. Et c’est exactement sur ce terrain-là que Coralie Piron pense que les femmes ont un avantage.

« Je me dis même que parce que je suis une femme, je suis plus dans mon métier là où la qualité est importante, car je suis pointilleuse sur la qualité ».

Et comme les femmes « on aime les choses bien faites, je pense que c’est un avantage ».

Pour que les choses soient bien faites au TPGL, la gérante est avant tout caractérisée par une grande exigence. Elle hurle, crie, gronde, fait des tours réguliers aux chantiers. Néanmoins, elle sait aussi s’entourer de bonnes personnes. « C’est très important » d’avoir de bons collaborateurs.

150 personnes y travaillent régulièrement. 500 travaillent directement sur la tour Insurance Plazza, soit avec TPGL, soit comme sous traitants. Sur toute l’année, les collaborateurs atteignent 1000 personnes, c’est-à-dire « mille familles qui vivent avec la société », fait remarquer cette jeune mère qui a gardé une sensibilité féminine.

L’inauguration de cet immeuble de 18 niveaux prévue après les travaux de finissage d’Octobre à Novembre ne manquera pas de flatter la fierté féminine. L’immeuble, le plus élevé de Kigali, sera aussi un symbole de ce dont une femme leader est capable. Insurance Plazza portera un visage féminin. De quoi inquiéter les hommes constructeurs concurrencés par les femmes et surtout distancés présentement. Une joie que ne cache pas les yeux brillants de Piron.

« C’est une fierté de construire la plus grande tour de Kigali, dit- elle, à mon avis, il n y’aura pas plus grand que ça de si tôt. »

A moins que les véritables concurrents – l’arrivée massive des Chinois - n’en fassent une copie plus dilatée vers le haut.

L’immeuble est situé au centre ville fief de grands édifices de la capitale

Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité