Triple Ballon d’Or FIFA Messi, la symphonie inachevée

Publié par
Le 10 janvier 2012 à 01:29
Visites :
56 2

Le défi de Lionel Messi pour la suite de sa carrière tient en un mot. Epanoui et étincelant avec le FC Barcelone, le désormais triple Ballon d’Or affiche un visage bien différent avec son équipe nationale. C’est là qu’il peut prendre une autre dimension. Mais ce ne n’est pas si simple.

Lionel Messi n’avait pas besoin de ça, mais son troisième Ballon d’Or, lundi, le rapproche un peu plus des plus grands joueurs de l’histoire. Vain débat que celui qui consiste à vouloir savoir qui est le plus grand. Les époques, les styles et les postes rendent toute comparaison hasardeuse par nature. En revanche, on peut s’interroger sur ce que le phénomène argentin peut encore accomplir pour prendre une dimension encore supérieure. Avec le FC Barcelone, il a déjà tout fait et tout gagné. Ce n’est probablement pas fini, mais ce qu’il a déjà réussi est extraordinaire. S’il doit chercher un terrain d’exploration, c’est au pays que Messi le trouvera. Son grand défi de demain, c’est l’équipe d’Argentine.

La spécificité de Lionel Messi, l’anomalie, pourrait-on dire, tient dans la faiblesse de ses résultats avec la sélection et sa faible influence sur celle-ci. Si on le compare avec les géants du passé, de Pelé à Maradona, de Cruyff à Platini en passant par Van Basten, toutes les grandes vedettes du football mondial ont réussi à donner leur pleine mesure avec leur équipe nationale. Toutes, par leur talent, ont réussi à sublimer le collectif de leur équipe nationale et même leurs coéquipiers. Pas Messi. Après deux Coupes du monde décevantes en 2006 et 2010, le Barcelonais a touché le fond l’été dernier lors de la Copa America que l’Argentine disputait à domicile. Les gauchos sont tombés dès les quarts de finale face à l’Uruguay. Messi, lui, a cristallisé les critiques sur sa personne. La presse ne l’a pas ménagé et, fait impensable vu d’Europe et plus encore de Catalogne, il a été sifflé par le public.

L’étranger de Barcelone

Messi n’est pas prophète en son pays, qui voudrait voir en lui le nouveau Maradona. Mais les deux hommes n’ont rien en commun et le triple Ballon d’or peine à faire sienne cette équipe. "En fait, explique Frédéric Traïni dans la biographie qu’il a consacré à Lionel Messi (1), depuis son premier match international, Lionel est victime d’un paradoxe. Adulé dans sa ville d’adoption, c’est un étranger pour les siens. Malgré ses efforts, malgré ses déclarations d’amour, malgré tout... aujourd’hui encore, chez lui, on l’accuse de tous les maux." Conscient de cette lacune dans sa carrière, il veut mettre à profit la suite de sa carrière pour changer la donne. "Je veux obtenir des résultats avec ma sélection, c’est très important pour moi", a-t-il confié lundi à Zurich.

Evidemment, dans cette optique, le Mondial 2014 pèsera lourd. Il ne s’agit pas de gagner à tout pris la Coupe du monde. Il y a trop de facteurs qui entrent en ligne de compte. De très grands joueurs ne l’ont jamais gagnée. Mais au moins Messi doit-il parvenir à s’exprimer sur la scène internationale sous le maillot bleu et blanc. Parce que le contexte est trop parfait, le Messi du Barça ne pourrait probablement jamais "s’exporter" en sélection. Mais la différence entre le Messi de l’Argentine et celui de la Catalogne est trop béante pour demeurer ainsi. Comment explique-t-il cette situation ? Sans se dérober, mais sans s’auto-flageller non plus. "Avec Barcelone, je ne suis qu’un membre parmi d’autre d’un collectif qui gagne, explique-t-il. Je ne fais pas tout tout seul. Avec l’équipe d’Argentine, c’est pareil. Je ne détiens pas à moi seul les clés du problème, que l’on gagne ou que l’on perde." Le Barça a tout ce qui manque à l’Argentine, à commencer par cette cohérence collective que le défilé des sélectionneurs depuis cinq ans n’aide pas à construire.

L’enjeu, pour Messi, ne tient pas à la place qu’il prendra dans l’histoire de son sport. Ses titres multiples avec Barcelone, ses trois Ballons d’Or et ses exploits répétés sur le terrain suffisent déjà à l’installer parmi les plus grands. Il n’a rien à prouver par rapport à ses qualités de footballeur. En revanche, briller avec l’Argentine et faire briller l’Argentine dans une Coupe du monde démontrerait à la fois ses qualités de leader et sa faculté à transcender une équipe. Même quand il n’est pas soutenu par le collectif si parfait et si rodé du Barça, avec sa philosophie si bien ancrée. Il n’y a aucune raison de doute que Messi ne puisse pas être Messi en dehors du cocon barcelonais. Mais c’est avec l’Argentine qu’il doit le montrer à tout le monde. Un défi à la mesure d’un triple Ballon d’Or. 

Source : http://fr.sports.yahoo.com/


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité