Dialogue national en RDC : la refonte du fichier électoral fait débat

Publié par Jovin Ndayishimiye
Le 7 septembre 2016 à 02:16
Visites :
56 2

Le dialogue national en RDC est entré dans le vif du sujet avec les exposés mardi de la commission électorale et de l’ONU, pour le compte également de la Francophonie. Au cœur du débat, le respect des délais constitutionnels pour l’organisation de l’élection présidentielle.

C’est par volonté de ne pas entériner le glissement du calendrier électoral que les principales forces de l’opposition, le Rassemblement et le MLC, ont refusé de participer à ce dialogue, persuadés qu’il servirait essentiellement à permettre à Joseph Kabila de se maintenir au pouvoir après la fin de son deuxième et dernier mandat. Pour les autres, le débat aura lieu ce mercredi.

Trois options sont sur la table. Celle choisie par la commission électorale, la plus longue, mais la plus fiable, c’est de refondre le fichier complètement. Ce qui pourrait entraîner un retard de près d’un an dans l’organisation de la présidentielle. A l’issue de cette séance, le représentant spécial adjoint du secrétaire général, Mamadou Diallo, s’est réjoui de la convergence de vue entre la mission de l’OIF, des Nations unies et la commission électorale.

Une seule option aurait pu permettre de tenir les délais constitutionnels, selon le rapport de l’OIF et de l’ONU présenté mardi aux délégués : toiletter le fichier électoral très contesté de 2011. Mais pour cela, il aurait fallu un accord politique entre les partis au plus tard en juin dernier. Or ce rapport était resté jusqu’ici confidentiel.

L’OIF, les Nations unies et la commission électorale ont présenté deux autres options : révision partielle et refonte totale du fichier, qui ne permettront pas de tenir ces délais. Pour Vital Kamerhe, président de l’UNC et co-modérateur de ce dialogue pour le compte de l’opposition, il faut trouver des solutions. « On ne peut trancher comme ça sans comprendre pourquoi il n’y a pas eu d’élections. Bien sûr nous allons situer les responsabilités, mais ce n’est pas l’heure du jugement. Nous ne voulons pas qu’il y ait des soulèvements populaires alors que nous pouvons trouver une solution pacifique ».

rfi


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité