Décès d’Etienne Tshisekedi : ce qu’en dit la presse internationale

Publié par igihe
Le 2 février 2017 à 06:26
Visites :
56 2

La presse internationale a largement relayé la nouvelle de la mort de l’opposant congolais historique Etienne Tshisekedi, décédé mercredi 1er février à Bruxelles (Belgique).

Radio France Internationale (RFI) évoque la « mort d’un mythe ». Pour la radio française, jusqu’à la fin de sa vie, Etienne Tshisekedi a fait peur aux autorités congolaises. Car, contrairement aux nombreux augures, sa popularité ne s’est jamais démentie.

Après la mort d’Etienne Tshisekedi, RFI,des millions de Congolais se sentent orphelins, et l’opposition est plus affaiblie que jamais.

« Depuis vingt-cinq ans, Tshisekedi était un mythe aux yeux de beaucoup de Congolais. Aujourd’hui, le mythe est mort. Pourra-t-il inspirer de nouvelles vocations ? », s’interroge RFI.

France 24 parle de la « disparition d’une icône ». Personnage extrêmement populaire en RDC, symbole de la résistance, affirme le média français, Etienne Tshisekedi a marqué de son empreinte la vie politique de la République démocratique du Congo, d’abord comme pilier du régime du dictateur Mobutu avant de se muer en éternel opposant aux dirigeants en place à Kinshasa.

Dans les derniers mois de sa vie, note France 24, il aura multiplié les consignes contradictoires.

« Refusant de participer en septembre au "dialogue national" proposé par M. Kabila, le Sphinx appelle le peuple à descendre dans la rue jusqu’à ce que le chef de l’État cède la place. Mais il finit par donner son aval à la participation de l’UDPS aux négociations ayant débouché sur l’accord du 31 décembre, qui consacre le maintien au pouvoir de Joseph Kabila au-delà du terme de son mandat », rappelle le média.

Courrier International fait remarquer que la mort d’Etienne Tshisekedi, figure de proue de l’opposition, et personnalité très populaire laisse un grand vide dans un pays, la RDC, qui connaît une délicate période de transition.

Le Soir présente l’opposant comme une figure incontournable de l’histoire moderne de la République démocratique du Congo et un défenseur acharné de la démocratie.

Pour Le Monde, bien que vieillissant et malade, Etienne Tshisekedi n’a jamais cessé de considérer qu’il était le seul être légitime pour diriger le plus grand pays d’Afrique francophone, l’espoir d’une alternance politique pacifique que n’a encore jamais connu la République démocratique du Congo.

« Etienne Tshisekedi est mort sans avoir réalisé son rêve de diriger la RDC malgré « 30 ans » de lutte à la fois courageuse, égoïste et erratique », note La Libre Belgique.

Pour Jeune Afrique, Tshisekedi désigné président du Conseil national de suivi de l’accord (CNSA), chargé notamment de surveiller le bon déroulement du processus électoral en cours, est mort sans avoir été investi dans sa fonction.

Avec radiookapi.net


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité