Congo-B : un statut pour le chef de l’opposition dans la nouvelle Constitution

Publié par IGIHE
Le 28 octobre 2016 à 01:23
Visites :
56 2

Le chef de l’opposition au Congo sera le leader du parti ayant obtenu le plus grand nombre d’élus à l’assemblée nationale derrière le parti ou le groupement de la majorité. Telle est la disposition contenue dans un projet de loi que vient d’adopter le gouvernement congolais. Ce projet, qui va être transmis au Parlement, est diversement interprété par les opposants.

C’est à l’occasion d’un conseil des ministres que le gouvernement a adopté le projet de loi définissant le statut du chef de l’opposition. Ce document prévoit de créer une fonction de représentation et d’institutionnalisation de l’opposition, conformément à la nouvelle loi fondamentale adoptée en 2015.

Selon le projet qui sera transmis prochainement au Parlement pour examen et adoption, le chef de l’opposition sera le responsable du parti politique ayant obtenu le plus grand nombre d’élus à l’Assemblée nationale derrière le parti ou groupement politique de la majorité.

Le texte a suscité les réactions des opposants, notamment de Paul-Marie Mpuélé selon lequel cette démarche est une bonne chose parce que le pays a besoin des instruments capables de garantir la bonne marche de la démocratie. Il invite tout de même les autorités à organiser des élections transparentes et sans cafouillage.

De son côté, Charles Zacharie Bowao juge unilatéral le projet de statut du chef de l’opposition. Le texte a l’air d’obéir à des convenances politiciennes, affirme Charles Zacharie Bowao, qui souligne que l’opposition est au Parlement et en dehors du Parlement : une opposition peut aussi se définir à partir des résultats de l’élection majeure, c’est-à-dire la présidentielle, a-t-il conclu.

Avec rfi.fr


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité