IGIHE.com \BB Société
L’Ombudsman Rwandais à l’assaut des dirigeants infidèles
Publié le 11-11-2012 - à 12:59' par La Nouvelle Releve

Dans la présentation du rapport d’activités 2011-2012 de l’Office de l’Ombudsman, Mme Aloysie Cyanzayire a fait savoir que l’Office est prêt à poursuivre et sanctionner, désormais, les dirigeants infidèles dans leurs foyers, et/ou qui ne veulent pas adopter leurs enfants illégitimes, d’autant plus qu’ils devraient servir de bon exemples au reste de la population.

En effet, selon l’Ombudsman, cette décision a été prise après avoir enregistré de nombreuses plaintes de la part de nombreuses épouses de certains dirigeants, hauts cadres du pays. En fait, c’est du nouveau, car, il n’y a pas longtemps l’Office enregistrait plus des plaintes relatives aux patrimoines fonciers, à l’exécution des jugements, aux irrégularités salariales, aux pensions impayées etc.

Chiffres à l’appui, Mme Cyanzayire a fait savoir que, depuis juillet 2011, l’Office de l’Ombudsman a enregistré et poursuivi trois dossiers relatifs à de hauts cadres du pays qui ont catégoriquement nié leurs enfants nés en dehors du foyer. Certaines plaintes y relatives ont été déposées par leur propres femmes légales, tandis que d’autres ont été déposées par les enfants en question, demandant d’être reconnus par leurs parents.

Après être interpellés par l’Office, questionnés et sensibilisés, certains de ces dirigeants ont reconnu leurs enfants, et se sont engagés à les prendre en charge en tant que parents qui ont des devoirs envers leurs enfants. D’autres, par contre, ont plaidé non coupables, demandant que le test d’ADN soit réalisé en vue de prouver que ces enfants leur appartiennent.

L’Office de l’Ombudsman a, en outre, reçu le cas d’une femme de dirigeant qui accusait son mari de ne plus remplir son devoir conjugal, et qui le faisait ailleurs, chez une autre femme illégale ; demandant que l’Office les réconcilie, puisque l’affaire était déjà dans les tribunaux pour divorce ; ce que l’Office a bien résolu. Actuellement, ils vivent en parfaite harmonie et s’occupent bien de leurs enfants.

L’Office de l’Ombudsman est une institution publique et indépendante qui a été créée en 2003 par la constitution de la République du Rwanda du 4 Juin 2003 dans son article 182. Son organisation et fonctionnement ont été établis par la loi no : 025/2003 du 15 août 2003 modifiée et complétée par la loi no : 017/2005 du 18Out 2005. Il a commencé ses activités en 2004.

L’Office de l’Ombudsman a reçu des attributions dans le cadre de renforcement de la bonne gouvernance au sein des institutions publiques et privées, à savoir travailler comme médiateur entre les citoyens, institutions publiques et privées ; prévenir et combattre l’injustice, la corruption et les infractions connexes au sein des institutions publiques et privées ; recevoir et examiner les plaintes individuelles et des associations indépendantes en relation avec des activités des agents de l’Etat, organes de l’Etat et institutions privées ; recevoir et examiner les patrimoines déclarés des hautes autorités du pays, les agents de l’Etat, et les employés responsables des biens et finances publiques.

Concernant les plaintes des jugements, les plaignants sont conseillés des procédures à suivre pour que leurs plaintes soient conclues parce que l’Office de l’Ombudsman ne s’immisce pas dans la gestion quotidienne des activités des Courts et Tribunaux. Les conseils donnés aux plaignants, c’est comme par exemple, les interjections d’appel, ou de recours, révision des procès et jugements, et autres.

Il y a quelques personnes qui arrivent à l’Office de l’Ombudsman après avoir passé toutes les procédures des instances et tribunaux mais ils continuent à insister, si après les investigations l’Office de l’Ombudsman trouve que les lois ont été respectées lors de l’exécution de leurs jugements, ces personnes sont convaincues que leurs procès ont été exécutés suivants les lois.

Concernant les plaintes non conclues, les agents de l’Office de l’Ombudsman quelquefois appellent par téléphone les huissiers de la Justice qui sont des secrétaires exécutifs des Secteurs et Secrétaires exécutifs des Cellules et leur demandent d’exécuter ces jugements ; et leur prodigue des conseils d’exécuter les jugements et résoudre les plaintes de la population avant que ces plaintes soient amenées à l’Office de l’Ombudsman.

Selon bien des avis, la poursuite de l’infidélité des dirigeants est une bonne décision de la part de l’Office, car c’est un problème délicat qui doit être traité et sanctionné avec rigueur, pour éviter d’autres cas similaires de mauvais comportements de la part des dirigeants qui devraient servir de bons exemples à la population.

Commentaires

ANDIKA ICYO UTEKEREZA KURI IYI NKURU

AMATEGEKO AGENGA IYANDIKA RY'IGITEKEREZO CYAWE:
Witandukira kubijyanye n'iyi nkuru; wikwandika ibisebanya, ibyamamaza cyangwa bivangura; wikwandika ibiteye isoni,
Wifuza kubona byihuse ibivugwa/ibisubizo ku gitekerezo cyawe, andika email yawe ahabugenewe.
Igitekerezo cyawe kigaragara nyuma y'isuzuma rikorwa na IGIHE.com
Ibi bidakurikijwe igitekerezo cyanyu gishobora kutagaragara hano cyangwa kigasibwa, Murakoze!