Maroc : Le Français Thomas Gallay condamné à quatre ans de prison en appel

Publié par IGIHE
Le 12 mars 2017 à 04:36
Visites :
56 2

Après cinq mois de procès, la justice marocaine a condamné en appel mercredi 8 mars le Français Thomas Gallay à quatre ans de prison ferme pour « financement d’une entreprise terroriste ».

Incarcéré depuis un an, cet ingénieur de 37 ans et son entourage ne cessent depuis son arrestation à Essaouira en février 2016 de clamer son innocence. Trois ONG de défense des droits de l’homme (HRW, Amnesty et la Fidh) s’étaient mobilisées pour dénoncer la faiblesse des preuves à son encontre.

L’ex-Garde des Sceaux française Christiane Taubira lui avait également apporté son soutien. Il avait été interpellé en même temps que huit autres personnes lors d’une vaste opération policière présentée comme le démantèlement d’une cellule terroriste.

A l’issue de trois heures de délibérations et au terme de huit heures d’attente, Thomas Gallay a vu sa peine réduite en appel de deux ans, mercredi au tribunal de Salé, près de Rabat. En première instance, le Français avait écopé de six ans de prison ferme, sur la base de procès-verbaux de police rédigés en arabe qui ne se conformaient pas à ses déclarations, selon la défense qui demandait l’acquittement.

« Si ce n’était que nous, on pourrait dire qu’on est dans notre rôle, mais tous les observateurs de ce dossier et du respect des droits de l’homme, dénoncent l’accusation qui a été perpétrée à l’encontre de Thomas, qui n’a rien à faire dans ce dossier. Et à travers un procès qui n’en est pas un, où l’on n’a pas respecté les droits de l’homme et on a piétiné la défense », s’insurge Franck Berton, l’avocat de Thomas Gallay.

Béatrice Gallay la mère de Thomas, se bat depuis un an pour faire innocenter son fils. Le maintien en prison de Thomas est pour elle une véritable catastrophe. « Une famille entière est brisée. J’essaie de rester debout pour l’instant. Je ne suis même pas en état de réfléchir ou de prendre une quelconque décision, c’est horrible », a-t-elle déclaré, très affaiblie à l’énoncé du verdict.

Interpellé en février 2016 dans la ville d’Essaouira, dans le sud du Maroc, Thomas Gallay avait été condamné en juillet dernier pour « soutien financier » à des personnes ayant voulu perpétrer des actes terroristes. Selon ses explications, il aurait donné 70 euros à l’une de ses connaissances, qui se serait par la suite radicalisée.

La défense a dix jours pour se pourvoir en cassation. Une procédure particulièrement longue, qui peut prendre jusqu’à 18 mois.

Avec fr.allafrica.co


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité