La police anti-émeute lance des gaz lacrymogènes aux détenus manifestants

Publié par IGIHE
Le 3 avril 2017 à 03:30
Visites :
56 2

La Direction du Service Pénitencier du Rwanda vient d’annoncer ce lundi 3 avril, qu’il a fait appel à la force pour venir à bout des manifestations violentes des détenus de la prison de Gasabo sis dans le quartier urbain de Kimironko à l’Est de Kigali.

Ces manifestants lançaient à partir de leur enclos des pierres et des morceaux de bois de chauffage par delà la clôture pour les environs de ladite prison.

Les services de Police, de l’Armée et du Service National pénitencier ont accouru au tour de la prison et ont tenté à partir de 9 heures du matins de calmer les manifestants.

La presse arrivée sur les lieux a constaté sur la chaussée longeant la clôture de la Prison, un amoncellement de pierres et de bois de chauffage lancés par dessus la clôture de la prison. Il est dit que ces projectiles lancés par les manifestants ont atteint les maisons du voisinage de ladite prison. Des vitres de celles-ci ont été atteintes par ces projectiles. Les activités des voisins de cette prison ont été ainsi paralysées.

Le Porte-parole du Service Pénitencier National CIP Hillary Sengabo a déclaré à la presse que ces manifestations ont été maîtrisées par une unité de la Police anti émeute qui s’est introduite dans la prison avec les gardiens de celle-ci.

"Les Manifestants n’étaient pas nombreux. Quand nous nous sommes introduits dans la prison, nous avons immédiatement maîtrisé ces derniers", a dit Hillary qui a affirmé qu’à part les grenades lacrymogènes, aucune balle de fusil n’a été tirée.

"Aussitôt après que les manifestations se sont tues, une réunion a été oorganisée par les autoritées de la ville de Kigali à l’intention des détenus pour comprendre les revendications de ces derniers. Pour eux, l’équipement leur distribué après l’incendie qui a ravagé la prison la semaine dernière n’est pas suffisant", a déclaré à la presse le porte parole Hillary qui, d’après ses dires, les meneurs de cette manifestation ont été identifiés et évalués entre 30 et 50.

"Même si les investigations continuent, nous savons qu’il y a une équipe d’indisciplinés qui ont profité de cet incendie pour causer l’insécurité dans la prison. Ils sont plus de 2000 qui subissent les conséquences de cet incendie ; un chiffre de loin supérieur aux manifestants. Ceci montre que la question n’est pas nécessairement le manque d’équipements, il y a aussi de l’indiscipline", a ajouté le CIP Hillary qui ne veut pas comprendre que les gens réagissent différemment face à une situation inconfortable donnée.

La Prison de Kimironko héberge une population carcérale de 5540 détenus.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité