L’ex-FAR Karamaga menacé pour témoigner avoir caché le corps d’Agathe Uwilingiyimana

Publié par Jovin Ndayishimiye
Le 14 avril 2017 à 03:34
Visites :
56 2

Thaddée Karamaga est un ancien militaire des anciennes forces gouvernementales sous le régime du Président Juvénal Habyarimana (1973-1994). Il a tout fait pour sauver plusieurs vies des Tutsi qui étaient pourchassés par les Interahamwe au cours du génocide d’Avril à Juillet 1994. Pour l’immédiat, il reçoit des menaces de la part de certains Rwandais exilés en Occident.

Ce 13 avril, à Rebero, au Panthéon des Politiciens génocidés en 1994, alors qu’on procédait à la clôture du deuil national avec la 23ème commémoration de ce génocide, le Caporal Karamaga qui, en sa qualité d’officier des activités funéraires au Camp Kanombe, a caché la dépouille mortelle de l’ancienne Première Ministre Agatha Uwilingiyimana, a donné son témoignage sur le chemin périlleux qu’il a suivi en s’engageant à sauver les Tutsi.

"J’ai été convoqué par le Maj. Ntibihora le 8 avril pour recevoir des ordres d’inhumer immédiatement le corps d’Agathe Uwilingiyimana. J’ai mis le corps dans le cercueil pour le mettre à côté des cercueils où reposaient les restent des passagers de l’avion présidentiel abattu. M’étant posé la question de savoir si j’ai terminé de mettre en terre le corps, j’ai menti disant que cela avait été fait. Je ne me suis pas exécuté car la dame était une personnalité publique qu’il ne fallait pas inhumer n’importe comment. Et puis il y avait des partis de l’opposition qui combattaient le régime Habyarimana, il y avait le FPR, tout présageait que nous allions être vaincus", a dit le Caporal qui se plaint de menaces actuelles venant de téléphones anonymes d’Allemagne, de RDC et d’Asie.

"Je n’ai plus actuellement de tranquillité, a-t-il dit. Le 11 novembre dernier, à 13h15 minutes un télephone anonyme m’a appelé. Il s’est avéré que l’appel venait d’Allemagne. Le lendemain j’ai reçu un appel d’Asie et un autre de la RDC. Tous ceux là me mettaient en garde contre mes témoignages sur le génocide des Tutsi de 1994. Mais cela ne me dit rien. Nous sommes dirigés par un homme intrépide et vaillant (Paul Kagame, ndlr)".

Ce à quoi le Président du Sénat rwandais, M. Bernard Makuza, qui présidait les cérémonies du jour a rétorqué :

"Il n’y a pas à s’en faire. Personne ne touchera un seul de tes cheveux. Tu t’es engagé du côté de la vérité pour le bien des Rwandais tout autant que d’autres wRwandais intègres et sages. Vous comme eux, vous aidez les Rwandais à connaître l’histoire vraie que vous avez vécue", a dit l’honorable Bernard Makuza.

L’ex Caporal Karamaga élevé actuellement au rang de Sage/UMURINZI W’IGIHANGO déclare avoir été le ménuisier-chef de l’atelier de ménuiserie du camp Kanombe.

"C’est bien moi qui ai préparé les cercueils de gens qui avaient accompagné Habyarimana à Arusha et morts dans l’avion présidentiel. J’ai préparé des cercueils pour le Gén. Déo Nsabimana, Col. Elie Sagatwa, Maj. Bagaragaza qui était officier d’ordonnance du Président Habyarimana, du Dr Akingeneye et de l’Ambass. Renzaho", a dit le caporal ajoutant que "Ces corps me sont parvenus le 7 avril. Le 8 avril, on m’a amené le corps d’Agathe Uwilingiyimana que je devais immédiatement inhumer pour que personne ne sache rien de sa mort".

Le Caporal se souvient très bien du corps d’Agatha Uwilingiyimana ensanglanté avec une balle à la tête et une autre au niveau du sein gauche, au coeur. Il dit que le Major Ntibihura son commandant lui a ordonné de tirer de l’ambulance le corps de la Première Ministre , qu’il reposait sur un matelas, qu’il a enveloppé ce corps avant de le mettre dans un cercueil et de le mettre à côté des cercueils des proches de Habyarimana.

Le témoignage du caporal continue disant qu’à quelques heures de la prise du camp Kanombe par les troupes du FPR alors que tout le monde fuyait, il est entré dans la morgue et a écrit les noms sur le cercueil de la Première Ministre avant lui aussi de prendre la fuite.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité