Urgent

Etats-Unis : acquittement d’un policier jugé pour avoir tué un Noir à St. Paul

Redigé par IGIHE
Le 17 juin 2017 à 12:26

Indignation aux Etats-Unis, où un policier de St. Anthony accusé d’avoir abattu,—le 6 juillet 2016, un Noir dans sa voiture devant sa femme et une fillette a été acquitté vendredi 16 juin 2017. Philando Castile, un employé de cantine de 32 ans, avait été contrôlé à Falcon Heights, près de St. Paul (Minessota), pour un phare cassé. La séquence de sa mort sous les balles de la police avait été diffusée sur les réseaux sociaux.
Le policier Jeronimo Yanez, 29 ans, a été totalement blanchi par les jurés après une (...)

Indignation aux Etats-Unis, où un policier de St. Anthony accusé d’avoir abattu,—le 6 juillet 2016, un Noir dans sa voiture devant sa femme et une fillette a été acquitté vendredi 16 juin 2017. Philando Castile, un employé de cantine de 32 ans, avait été contrôlé à Falcon Heights, près de St. Paul (Minessota), pour un phare cassé. La séquence de sa mort sous les balles de la police avait été diffusée sur les réseaux sociaux.

Le policier Jeronimo Yanez, 29 ans, a été totalement blanchi par les jurés après une trentaine d’heures de délibérations. Il était accusé de meurtre au deuxième degré, après le décès l’an passé d’un Noir dans sa voiture, sous les yeux de sa compagne et de la fillette de cette dernière, 4 ans. Il comparaissait aussi pour les avoir mis en danger, toutes les deux, par ses cinq tirs.

Les faits avaient été filmés et retransmis sur Facebook Live par la compagne, Diamond Reynolds. On y voit Philando Castile agonisant sur le siège de la voiture. Le policier le tient en joue. La petite fille parle à sa maman. « Je n’essayais pas de l’attraper », dit Philando Castile avant de mourir, au sujet de l’arme à feu qu’il porte légalement, ce dont il avait prévenu le policier au préalable.

Le policier avait affirmé pendant l’enquête que Philando Castile avait fait un geste qui ne lui permettait pas de voir sa main droite, ce qui lui avait fait craindre pour sa sécurité et celle d’un autre agent. Le procureur avait estimé qu’une « peur non rationnelle » ne pouvait « justifier l’emploi de la force létale ». Et d’insister sur le ton « non menaçant » de la victime. Mais les jurés ne l’ont pas suivi.

Le jury était composé de sept hommes et cinq femmes. Au total, dix personnes de couleur de peau blanche et deux jurés noirs. Après avoir demandé à visionner une dernière fois la vidéo de la mort de Philando Castile, ainsi que les images enregistrées depuis la voiture des policiers et le témoignage de Jeronimo Yanez à la barre, ils ont accepté la version de ce dernier et l’ont acquitté de toutes charges.

« Le système continue d’être injuste pour les Noirs et il continuera d’être injuste pour vous tous », s’indigne la mère de Philando Castille. « Juste parce que c’est un policier, il ne se passe rien », dénonce Valerie Castile. « Cette fois, nous avions un jeune homme sans casier judiciaire. (...) Cette fois, nous aurions dû avoir une issue très, très différente », dénonce son avocate, Glenda Hatchett.

Les condamnations de policiers restent rares aux Etats-Unis, malgré les nombreux cas de brutalité recensés. « Si Philando a pu mourir dans ces circonstances, soyons clairs, chacun de vous pourrait mourir dans ces circonstances », considère Me Hatchette. Les autorités appellent au calme. « J’exhorte chacun d’entre vous à agir de façon pacifique et respectueuse envers les autres : les habitants, les manifestants et les policiers », écrit le maire de St. Paul dans un communiqué.

En 2016, la mort de Philando Castile, couplée à celle d’un autre citoyen noir peu avant, avait provoqué des manifestations à St. Paul et dans tout le pays, contre l’usage disproportionné de la force contre les minorités. Au cours de l’une d’elles à Dallas, au Texas, un tireur isolé voulant venger la mort de Noirs abattus par les agents de la paix avait tué cinq policiers, le 7 juillet 2016.

Avec Reuters


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité