Congo : l’un des avocats du colonel Ntsourou arrêté et interrogé

Publié par Olga Ishimwe
Le 20 février 2017 à 05:00
Visites :
56 2

Au Congo-Brazzaville, la mort en détention du colonel Marcel Ntsourou continue de susciter de nombreuses interrogations parmi ses proches. L’ancien numéro deux des services de renseignement est mort vendredi 18 février, et dans la foulée, l’un de ses avocats a été placé en garde-à-vue par les enquêteurs congolais pendant le week-end. Il est interrogé depuis samedi après-midi.

Ce n’est pas parce qu’il avait défendu le colonel Ntsourou que maître Esseau a été interpellé, ni même parce qu’il défendait d’autres prisonniers politiques.

Si l’avocat est en garde-à-vue depuis samedi après-midi, c’est officiellement parce qu’il est le dernier visiteur à être entré dans la cellule du colonel Ntsourou, le jour même de sa mort. Et ce alors qu’il était officiellement venu à la maison d’arrêt pour rencontrer un autre détenu de ses clients.

C’est ce qu’explique le porte-parole du gouvernement, le ministre Thierry Moungalla : « Maître Esseau, qui a vu le colonel Ntsourou quelques minutes avant son décès, avant son malaise, est tout à fait passible d’être entendu à ce stade comme témoin. Pour ceux qui s’inquiètent du sort de cet avocat, on ne peut pas à la fois demander qu’il y ait des diligences qui soient accomplies pour en savoir plus, et en même temps s’étonner que ces diligences arrivent justement pour que nous déterminons les circonstances du décès. »

Aucun problème légal, confirme le bâtonnier du barreau de Brazzaville, qui précise cependant rester vigilant. Maître André-François Quenone : « En principe, en ma qualité de bâtonnier, je me dois d’être présent, tout au moins avoir été informé. On essaiera de mettre au clair la procédure. Nous aurions aimé le voir déférer aux convocations en toute liberté, mais ce sont les enquêteurs qui décident du bien-fondé de ce que nous voulons. »

Par ailleurs, le bâtonnier du barreau de Brazzaville explique que c’est maître Esseau lui-même qui l’a prévenu de son interpellation : « J’ai eu l’appel de mon confère qui se trouvait à la gendarmerie, m’informant qu’il [était] en garde à vue pour des besoins d’enquête. Alors je me suis empressé de le rejoindre pour en savoir davantage. Et c’est alors qu’il va m’expliquer que cela avait un lien avec le décès du détenu du colonel Ntsourou, qu’il était entendu depuis quelques heures. »

Le bâtonnier du barreau de Brazzaville explique qu’une nouvelle audition est prévue pour ce lundi et qu’il compte bien, cette fois, y assister pour soutenir maître Esseau.

Mort du colonet Ntsourou : « Il est très important de pouvoir clarifier la situation »

Le colonel Ntsourou purgeait une peine d’emprisonnement à perpétuité, notamment pour « rébellion, détention illégale d’armes de guerre ». Pour Florent Geel, directeur du bureau Afrique de la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH), le décès du colonel Ntsourou arrive dans une période de durcissement du régime à l’égard de l’opposition, d’où l’importance de faire toute la lumière sur les conditions de sa mort.

Avec rfi.fr


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité