L’Office Rwandais de Normalisation (RSB) : Demandes de Certification des produits et systèmes à la hausse

Redigé par Simeon Kwizera
Le 13 janvier 2016 à 02:04

Le profil de certification de l’année 2013 a montré que 23% des candidats ne parviennent pas à procéder au processus de certification en raison de l’incapacité de payer les frais de certification. 44% ne parviennent pas à traiter les non-conformités soulevées au cours de vérification, encore que la correction de ces non-conformités cause des coûts y relatifs.
Compte tenu des défis ci-dessus, le coût de certification de système a été réduit, alors que le cout de certification des produits et (...)

Le profil de certification de l’année 2013 a montré que 23% des candidats ne parviennent pas à procéder au processus de certification en raison de l’incapacité de payer les frais de certification. 44% ne parviennent pas à traiter les non-conformités soulevées au cours de vérification, encore que la correction de ces non-conformités cause des coûts y relatifs.

Compte tenu des défis ci-dessus, le coût de certification de système a été réduit, alors que le cout de certification des produits et re-certification du système a été carrément supprimé.

Plus clairement, les frais de certification du système ont été réduits de 100, 000 FRW à 30 000 FRW pour le HACCP (Hazard Analysis and Critical Control Point) tandis que pour d’autres systèmes, il a été réduit à 50 000 FRW.

Dans le même temps, le coût de l’audit du site pour le système HACCP a été fixé à 50 000 FRW / jour alors que le coût de l’audit du site pour la certification d’autres systèmes a été réduit de 200.000 FRW à FRW 100, 000 par jour.
La redevance pour la certification du système a été réduite de 100, 000 FRW à 50, 000 FRW. Pour tous y compris les systèmes HACCP une étape de pré-évaluation gratuite a été inclue pour encourager le plus grand nombre d’entreprises possible en vue d’encourager l’évaluation de leurs systèmes vers la certification.

Avec les nouveaux frais de certification, une Petite et Moyenne Entreprise (PME) devra payer une redevance minimale de 230 000 FRW (plus les frais de tests au laboratoire) pour la certification de produit valide pendant deux ans. Les frais de tests au laboratoire sont pris en charge par le propriétaire du produit.

Pour le système HACCP, le client paie 480, 000 FRW. Tandis que pour d’autres systèmes, des frais de certification se fixent à 800, 000 FRW valable pour trois ans.

Il est important de noter que pour tous les frais de mission du personnel de services de certification, les coûts de voyage et les coûts des tests de surveillance sont engagées par le Gouvernement rwandais.

A en croire encore, des activités de l’audit de surveillance sont inclues dans les frais payés par le client et pour chaque produit certifié. L’Office Rwandais de Normalisation (RSB) prélève deux échantillons du produit sur le marché en deux périodes distincts et un audit de surveillance est conduit chez la PME sur le terrain.

Il est bien évident que les frais de certification ont été réduits pour faciliter la certification des produits des PME et cela pour encourager l’accroissement du nombre de produits et systèmes locaux certifiés.

Dès l’adoption de ce modèle, on a enregistré d’importants progrès car depuis l’année 2009, on comptait seulement deux produits certifiés et aucun système. Etonnamment, pour l’année fiscale de 2012-2013 on en arrivait à 114 produits, 173 pour l’année 2013-2014 (donc 59 nouveaux produits certifiés) et on comptait 275 produit en juin 2015, c’est-à-dire 72 nouveaux produits certifies, à la marque de la fin de l’exercice 2014- 2015. L’activité de certification à RSB est donc intense si on compare avec celle de USB (Uganda Standards Bureau) qui, depuis 30 ans, aura certifié seulement 800 produits.

La demande de certification s’est aussi accrue de 18 industries/Petites et Moyennes Entreprises (PME) en l’an 2011, 17 en 2012, 29 en l’an 2013, 55 en 2014 et 47 en 2015.
La certification est volontaire jusqu’à présent mais vu le nombre croissant de demandes, bon nombre de gens se demandent pourquoi cette fulgurante augmentation de demandes pour la certification ?

Plusieurs facteurs sont évoqués :
1. La demande croissante du marché/consommateurs pour les produits de bonne qualité.

2. La compétition des produits sur le plan régional (Il faut noter qu’un bon nombre de pays exigent la certification des produits comme un préalable pour garantir l’accès sur leurs marchés).

3. Les exigences d’approvisionnement tant pour le secteur public que le secteur privé.

4. La volonté manifeste des industries et PME locaux de se conformer aux exigences des normes nationales, régionales et internationales.

5. La contribution du gouvernement Rwandais par le biais des institutions comme le Ministère du commerce et industries (MINICOM), l’Office Rwandais de Développement (RDB), l’Office Rwandais de Normalisation (RSB), l’Office Rwandais pour la Promotion des Exports des Produits Agricoles (NAEB), L’Office Rwandais pour l’Agriculture (RAB), etc pour les formations aux exigences des normes de qualité.

6. La contribution financière pour le paiement des frais de certification des PME (RDB et NAEB)

7. La marque de qualité (Standardization Mark, S-Mark) est reconnue au niveau régional (EAC) et international (E.g le miel du Rwanda s’en octroie pour accéder au marché des pays membre de l’Union Européenne) comme étant garanti pour la certification des produits du Rwanda.

L’Office Rwandais de Normalisation connait une contribution significative au développement du secteur manufacturier et industriel du pays et cela à travers le développement des normes, la veuille à mise en application des normes par les formations et sensibilisation des producteurs, distributeurs, importateurs, exportateurs et consommateurs.

La contribution se fait aussi à travers la certification des produits locaux et les frais de certification ont été réduits de 40 à 50 %, la durée de validité du certificat S-Mark ayant aussi été revue d’une année auparavant à deux ans pour le moment.

Pour la certification des systèmes (HACCP, FSMS (Système de management de la sécurité alimentaire), QMS (Système de management de la qualité), EMS, système de management des enjeux environementaux), la durée de validité du certificat est de trois ans.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité