Urgent

L’Iran signe un accord de 660 millions d’euros avec Renault

Redigé par Olga Ishimwe
Le 7 août 2017 à 04:23

Le constructeur automobile français Renault a signé, ce lundi 7 août, un important accord de 660 millions d’euros avec l’Iran pour la construction à terme de 300 000 voitures.
Avec la signature de cet accord de co-entreprise, Renault renforce considérablement sa présence en Iran. Le groupe détiendra 60 % des parts de la co-entreprise, l’Organisation d’Etat pour la rénovation et le développement industriel, 20 %, et la société privée iranienne Parto Neguine Nasseh, les 20 % restants.
Dans un premier (...)

Le constructeur automobile français Renault a signé, ce lundi 7 août, un important accord de 660 millions d’euros avec l’Iran pour la construction à terme de 300 000 voitures.

Avec la signature de cet accord de co-entreprise, Renault renforce considérablement sa présence en Iran. Le groupe détiendra 60 % des parts de la co-entreprise, l’Organisation d’Etat pour la rénovation et le développement industriel, 20 %, et la société privée iranienne Parto Neguine Nasseh, les 20 % restants.

Dans un premier temps, l’objectif est de produire 150 000 voitures par an pour atteindre, dans un second temps, 300 000 voitures.

Renault présent depuis 2004

Renault est déjà présent sur le marché iranien depuis 2004 et n’a jamais quitté le pays depuis son installation en 2004 comme l’explique le numéro deux du groupe Thierry Bolloré : « Renault a prouvé son engagement avec sa présence sans discontinuité depuis le début de ses opérations en 2004 en Iran et cette signature confirme notre grande intention, et engagement, pour des opérations à long terme en Iran [...], un partenaire stratégique dans le domaine de l’industrie automobile », a encore ajouté Thierry Bolloré.

La production automobile devait atteindre cette année, un millions six cent mille véhicules et devrait atteindre les deux millions d’ici 2020.

Retour en force des compagnies françaises

Depuis l’accord nucléaire, conclu en juillet 2015 entre l’Iran et les grandes puissances, les compagnies françaises ont fait un retour en force en Iran.

Le groupe français Total a signé début juillet un accord gazier de 4,8 milliards de dollars avec Téhéran pour développer la phase 11 du champ gazier offshore Pars-Sud, situé dans le Golfe.

Ces investissements européens se font malgré les pressions des Etats-Unis qui ont adopté depuis de nouvelles sanctions contre l’Iran.

Avec Rfi


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité