Cyber évasion de 516.000 $ : PAC convoque Gasana,DG de REB ; Enquête enEspagne
Publié le 11-08-2016 - à 11:53' par Jovin Ndayishimiye

Dans le rapport OAG 2013-14 (Office de l’Auditeur Général des comptes de l’Etat), il est fait état d’un vol informatique de 516.000 dollars américains (env.370 millions de francs) prélevés du compte de REB (Rwanda Education Board) domicilié à la BNR (Banque Nationale du Rwanda) au profit d’un compte bancaire domicilié en Espagne.

Convoqué le 29 juin 2016 devant la Commission Parlementaire des Comptes de l’Etat pour s’expliquer sur ce vol informatique, Janvier Gasana, le Directeur Général de REB a déclaré :

“Les faits tangibles existent et sont bien réels. Nous avons remarqué que ce montant a été prélevé de notre compte pour un compte d’une banque espagnole soit disant pour payer des bourses d’étude de 14 boursiers de l’Etat rwandais étudiant au Nigéria. La personne sur qui pèsent de lourds soupçons est ciblée. Ce qui est intéressant c’est que la justice espagnole a promis de collaborer étroitement avec nous pour attraper ce cybercriminel ».

« Nous avons donné ordre à la BNR de transférer le montant de 516.000 $ au compte nous donné par l’université nigériane au profit de nos étudiants. Ayant constaté que le transfert n’a pas été effectué, nous en avons informé la dite université qui s’est excusée disant que ce compte bancaire fait objet d’un audit. Elle s’est empressée de nous donner un autre compte sur lequel nous avons transféré le montant. A notre grande surprise, il nous a été notifié que le compte n’a pas reçu ce transfert. Pourtant la BNR a été formelle montrant que le transfert a bel et bien été effectué. Nous avons porté l’affaire à la Police Nationale Rwandaise qui a constaté qu’il est question d’un gros cybercrime, que ce montant a atterri sur le compte d’un résidant espagnol », a informé la PAC, Gasana Janvier, DG de REB.

Le cybercrime combattu internationalement

Le cyber crime autant que le terrorisme, la lutte contre ces crimes internationaux font l’objet d’une solidarité internationale. Aussi la justice internationale n’a pas tergiversé à la requête du Gouvernement rwandais.

« Tout est en place. Ce n’est que question de procédure, a dit Faustin Nkusi, le porte-parole du Parquet Général de la République. La justice espagnole nous a demandé de former une Commission rogatoire chargée d’une telle enquête afin qu’elle travaille avec les investigateurs espagnols pour dépister ce criminel ».

Les techniques criminelles de vol informatique sont légion à tel point que cela devient une menace mondiale. Aucun Etat n’est épargné à part que certains Etats plus avancés que d’autres ferment les yeux à ce crime surtout quand leurs services d’espionnage et de contre espionnage doivent y recourir afin de voler des secrets d’Etats rivaux.

On comprend dès lors que le système d’Interpol tout en lui accordant une attention particulière trouve que ce crime est plus politique sécuritairement parlant, donc souvent crime d’Etat, que Interpol devient alors impuissant à investiguer dans tous les cybercrimes qui sont légion et quotidiens dans le monde.


Kwamamaza
Commentaires

il y a effectivement certains etats qui ferment les yeux comme la Russie , la chine et certains pays africains comme le Nigeria et la cote dà voire

Répondre11.08.2016 à 11:27
kabingo dora

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Ne vous eloignez pas du sujet de discussion; Les insultes,difamations,publicité et ségregations de tous genres ne sont pas tolerées
Si vous souhaitez suivre le cours des discussions en cours fournissez une addresse email valide.
Votre commentaire apparaitra apre`s moderation par l'équipe d' IGIHE.com
En cas de non respect d'une ou plusieurs des regles d'utilisation si dessus, le commentaire sera supprimer. Merci!