IGIHE.com \BB santé
"Super aliments », super arnaque ?
Publié le 21-10-2016 - à 10:21' par IGIHE

Des « superaliments » aux noms exotiques ont envahi les rayons des magasins bio, et la publicité leur attribue toutes les vertus imaginables :

L’algue klamath améliorerait mémoire et concentration

Le maca stimulerait la vigueur sexuelle

Le nopal ou figuier de barbarie aiderait à contrôler le diabète

L’acaï, les graines d’ucurum seraient de puissants antioxydants

Sans parler des baies de goji, antioxydantes elles aussi, et qui auraient permis à l’herboriste chinois Li Ching-Yuen de vivre 256 ans…

Mais sont-ils vraiment aussi « super » qu’on nous le raconte ?

Il est vrai qu’ils sont consommés depuis longtemps un peu partout sur le globe par des populations « traditionnelles » : la poudre de maca, par exemple, est connue depuis toujours sur les hauts plateaux des Andes, l’acaï est un petit fruit commun en Amazonie et les graines de chia étaient déjà appréciées des Aztèques.

Label « aliment authentique » garanti. Mais pour le reste ? Il faut y regarder de plus près…

Les graines de chia sont indiquées comme étant 15 fois plus riches en magnésium que le brocoli. Vrai. Mais pour cela, il faut en manger 100 g par jour. Une quantité qui vous assure une diarrhée carabinée (à cause de leur richesse en fibres).

Le cacao cru contient de grandes quantités d’acide phytique, qui bloque l’absorption des minéraux dans l’organisme (à tel point que la consommation importante d’acide phytique est une cause majeure de dénutrition dans certains pays).

Certains sont riches en phosphore, un minéral dont nous ne manquons pas dans l’alimentation en général. Pire, de récentes études, menées sur plus de 10 000 personnes, ont montré que plus on consomme de phosphore, plus on augmente son risque de cancers, mais aussi de décès, toutes causes confondues [1] [2].

L’engouement pour le maca ou l’açaï a également des répercussions dramatiques sur la santé des populations qui les cultivent. Les tribus d’Amazonie ont vu le prix de l’acaï multiplié par 60, et ne peuvent plus en manger. Idem pour le quinoa, devenu inabordable pour les Boliviens.

Alors, ces superaliments, une super arnaque ?

Comme tout aliment, il est probable que les baies de goji ou l’algue klamath possèdent de véritables bénéfices sur la santé. Mais ils attendent toujours d’être démontrés par la science.

Surtout, ils ne doivent pas faire oublier les vrais superaliments qu’on trouve en bas de chez nous, moins chers, et dont les effets positifs sont avérés.

L’ail : N°1 toutes catégories confondues

L’histoire raconte que le grand-père d’Henri IV lui frotta les lèvres d’une gousse d’ail à sa naissance pour lui donner force, vigueur, et le prémunir contre les maladies. Le surnom du « Vert Galant » que le bon roi Henri dut à son appétit sexuel et à sa force vitale montre que la méthode a fonctionné !

La science actuelle ne dit pas autre chose.

L’ail est efficace d’abord sur le plan cardiovasculaire : sa consommation quotidienne a un effet marqué sur les taux de cholestérol qui baissent rapidement, ainsi que les taux de triglycérides [3]. On constate aussi une amélioration de la souplesse des vaisseaux et une baisse de la pression sanguine [4].

L’ail est aussi actif sur la vigueur du système immunitaire : s’il est consommé régulièrement, il peut diminuer le risque de rhumes et d’infections de plus de 70 % [5] [6] !

Pour tirer au mieux parti des bénéfices de l’ail, il faut l’écraser et le laisser reposer à température ambiante pendant une bonne demi-heure avant de le cuire : ce délai va permettre aux enzymes de l’ail de donner naissance à l’allicine, la substance active principale de l’ail [7].


Le brocoli : légume anti-âge (et sympathique)

Le brocoli est un légume à la tête « sympathique », ressemblant à un petit arbre, qui fut introduit en France par Catherine de Médicis, gastronome d’origine italienne et accessoirement reine de France.

Il est riche en lutéine et en zéaxanthine, deux pigments qui sont utilisés par nos yeux pour se protéger des méfaits du soleil et du vieillissement (en particulier la DMLA, dégénérescence maculaire liée à l’âge), il est aussi riche en diverses molécules dont les effets anticancer (sein, prostate) sont bien démontrés, aussi bien en prévention qu’en traitement [8] [9].

Le brocoli a aussi de puissantes propriétés détoxifiantes, en facilitant l’élimination des polluants de notre organisme [10].

Le brocoli se consomme cru ou légèrement cuit à la vapeur (la cuisson dans l’eau détruit rapidement la majorité des substances intéressantes). On peut améliorer l’absorption de ces substances en mâchant consciencieusement le brocoli (la découpe par les dents active des enzymes qui activent certaines molécules du brocoli) et en lui ajoutant un filet d’huile d’olive (ou en mangeant le brocoli cru accompagné d’une vinaigrette maison).

L’oignon, ami fidèle

Les amis de l’oignon me feront remarquer qu’il est sympathique lui aussi, et qu’il n’y pas de raison de lui témoigner moins d’amitié qu’au brocoli. C’est tout à fait vrai, tant sont nombreuses ses vertus démontrées par la science.

L’oignon est une source très importante de flavonoïdes et en particulier de quercétine, qui joue un rôle bénéfique dans la santé des vaisseaux sanguins et du système immunitaire en calmant les réactions allergiques [11] [12].

Son apport en molécules soufrées, qui lui confèrent la capacité de faire pleurer quand on le coupe, est considéré comme la source de ses effets anticancer : manger même un seul oignon par semaine diminue significativement les risques de cancer du tube digestif, du côlon et des organes reproducteurs [13].

Ces mêmes molécules aident aussi l’organisme à éliminer naturellement les polluants et les métaux lourds qui s’accumulent dans nos cellules [14]. Les bénéfices sont maximum en mangeant un oignon par jour. Pour optimiser sa préparation, il convient de le peler le plus finement possible car c’est son enveloppe extérieure qui concentre le plus les substances intéressantes.


Annonce spéciale

Evitez le prochain scandale sanitaire !

Des lecteurs privilégiés et bien avertis ont découvert, 3 ans avant le grand public, le danger des statines (médicaments anti-cholestérol). Ils ont appris 5 ans avant les autres les méfaits de l’aluminium dans les déodorants. Ils ont été alertés avec 12 ans d’avance sur les médias des effets catastrophiques des adjuvants dans les vaccins.

Ils sont aujourd’hui plus de 200’000 lecteurs à s’informer et à protéger leur santé grâce au mensuel Alternatif Bien-Être. Pour accéder à cette mine d’informations Cliquez sur le link ci après :

http://pro.sni-editions.com/ABF55/E...

Avec Pure Santé


Kwamamaza
Commentaires

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Ne vous eloignez pas du sujet de discussion; Les insultes,difamations,publicité et ségregations de tous genres ne sont pas tolerées
Si vous souhaitez suivre le cours des discussions en cours fournissez une addresse email valide.
Votre commentaire apparaitra apre`s moderation par l'équipe d' IGIHE.com
En cas de non respect d'une ou plusieurs des regles d'utilisation si dessus, le commentaire sera supprimer. Merci!