Les aliments gras influenceraient notre humeur

Redigé par Igihe
Le 1er décembre 2015 à 12:17

La consommation d’aliments riches en graisse peut entraîner des changements dans le comportement et dans l’humeur, selon une étude menée par des chercheurs américains.
Un régime alimentaire trop gras a déjà été largement associé à une prise de poids et à des problèmes cardiovasculaires. Une étude de l’université de Louisiane (États-Unis) montre qu’une alimentation riche en graisses pourrait aussi causer des changements de comportement et des dépressions. Un phénomène lié, selon les chercheurs, à l’effet du (...)

La consommation d’aliments riches en graisse peut entraîner des changements dans le comportement et dans l’humeur, selon une étude menée par des chercheurs américains.

Un régime alimentaire trop gras a déjà été largement associé à une prise de poids et à des problèmes cardiovasculaires. Une étude de l’université de Louisiane (États-Unis) montre qu’une alimentation riche en graisses pourrait aussi causer des changements de comportement et des dépressions. Un phénomène lié, selon les chercheurs, à l’effet du gras sur la flore intestinale.

Une expérience menée sur les souris

Ces travaux, publiés dans la revue Biological Psychiatry, ont été menés sur des souris. Des rongeurs adultes non obèses nourris avec un régime alimentaire normal ont reçu une greffe du microbiote (flore intestinale) de souris ayant une alimentation riche en graisses ou normale.

Le comportement des souris a ensuite été observé. Celles qui ont reçu la flore de souris soumises au régime très gras ont montré, en plus de signes d’inflammation intestinale, de nombreux troubles du comportement comme de l’anxiété, des troubles de la mémoire et des comportements répétitifs.

Les aliments gras sont néfastes pour le cerveau

Conclusion : une alimentation riche en graisse est néfaste pour la santé du cerveau. Les modifications apportées à la flore bactérienne intestinale sont suffisantes pour modifier le fonctionnement du cerveau, même en l’absence d’obésité.

Des résultats qui confirment de plus anciennes études qui ont démontré, chez l’animal, que certaines souches bactériennes augmentent les comportements anxieux. Cette étude de Louisiane pourrait déboucher sur une utilisation potentielle du microbiome intestinal dans le traitement de troubles neuropsychiatriques.

avec Top Santé


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité