L’hypertrophie bénigne de la prostate : c’est grave ou pas ?

Publié par igihe
Le 17 janvier 2017 à 11:44
Visites :
56 2

Après 60 ans, un homme sur deux sera atteint d’hypertrophie bénigne de la prostate. Quels sont les symptômes et quel est le traitement ?
L’hypertrophie bénigne de la prostate : est-ce dangereux ?

L’hypertrophie bénigne de la prostate (HBP) aussi appelée hyperplasie ou adénome touche en général les hommes de plus de 50 ans. La majorité sont touchés par une hypertrophie bénigne de la prostate, en vieillissant. Plus de 50 % des hommes de 60 ans en sont atteints, et 90 % de ceux de plus de 80 ans. Cette glande du système reproducteur masculin (elle fabrique le liquide séminal) grossit tellement qu’elle appuie sur le canal de l’urètre, entraînant des difficultés à uriner. La prostate peut atteindre 7 fois sa taille initiale.

Les symptômes de l’hypertrophie bénigne de la prostate

Les hommes touchés par une hypertrophie de la prostate ont des difficultés répétées au moment d’uriner. Il est d’abord pour eux compliqué de commencer à uriner, puis, comme le jet urinaire est faible et saccadé, ils ont l’impression de ne jamais avoir vidé leur vessie. Par ailleurs, l’envie d’uriner se fait ressentir plusieurs fois par nuit. Parfois les malades ressentent des douleurs dans le dos et le haut des cuisses.

Quel est le traitement ?

Le traitement sera adapté aux symptômes : difficultés d’uriner, levers nocturnes fréquents, impériosités, voire le plus urgent, la rétention aigüe d’urines.

Si les symptômes de l’hypertrophie sont légers, un traitement hormonal avec des inhibiteurs de la 5-alpha-réductase (finastéride) aide à réduire la taille de la prostate. Des alpha-bloquants permettent le relâchement des muscles autour de la vessie et ainsi d’uriner normalement. Si les médicaments (extraits de plantes, alpha-bloquants...) ne suffisent plus, une intervention chirurgicale peut être indiquée, la décision devant être prise par un urologue que votre médecin traitant vous indiquera. Le spécialiste recommandera un traitement au laser ou une opération chirurgicale par le biais d’une endoscopie pour enlever la partie hypertrophiée de la prostate.

Cette affection n’est pas d’origine cancéreuse et n’augmente pas les risques de cancers de la prostate. En général, les symptômes de l’HBP sont suffisamment mineurs pour ne pas nécessiter de traitement et ils ne s’aggravent pas avec le temps. Seuls 15 % des cas d’HBP sont traité par une prise en charge médicale pour éviter les complications.
Il est tout de même recommandé de consulter un spécialiste si les symptômes persistent pour éviter les infections urinaires, les calculs, les dommages aux reins, la rétention aiguë d’urine, la distension des parois de la vessie.

topsante.com


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité