En Corse, le tabac coûte moins cher... et les cancers sont plus nombreux

Publié par Jovin Ndayishimiye
Le 19 septembre 2016 à 10:27
Visites : XX
56 2

En Corse, le paquet de tabac coûte moins cher que dans le reste du pays. Une perte financière considérable selon la Cour des Comptes... et un véritable danger médical selon les médecins.

C’est la Cour des Comptes qui a tiré la sonnette d’alarme : dans un rapport (sensible) publié ce lundi 5 septembre 2016, l’institution juridique dénonce les effets d’un « privilège fiscal » accordé à la Corse.

En effet, sur l’île de Beauté, les taxes sur le tabac sont inférieures de 25 % par rapport au reste de la France : résultat, le paquet de cigarettes coûte environ 30 % moins cher – à peu près 5 € selon les marques, contre 7 € dans le reste du pays.

D’où vient ce privilège ? Difficile à dire : « au moment de l’adoption des directives européennes (…) en 1992, la France avait été autorisée à maintenir une fiscalité différenciée sur les tabacs mis à la consommation en Corse », peut-on lire dans le rapport. Ces « régimes fiscaux dérogatoires » devaient disparaître complètement en 2009 : cela n’a pas eu lieu. En décembre 2015, nouvelle tentative : un amendement sur l’alignement du prix du tabac entre la Corse et le reste du pays a été adopté à l’Assemblée... sans effet.

Une perte financière, un danger médical

Côté économie, c’est d’abord une perte financière considérable : « la Cour évalue la perte de recettes fiscales à 27 millions d’euros par an » expliquent les Sages.

Mais pour certains médecins, le problème est avant tout médical : ainsi, sur Twitter, le pneumologue Bertrand Dautzenberg (président de l’Office français de la lutte anti-tabac) a déclaré « La fiscalité du tabac protège du cancer du poumon . La preuve en Corse : - 25 % de taxe, + 25 % de cancers du poumon ».

En effet, d’après l’Agence Régionale de Santé (ARS) locale, la prévalence du cancer du poumon et la mortalité liée à cette pathologie sont particulièrement élevées sur l’île : + 26 % en moyenne (+ 25 % chez les hommes et + 22 % chez les femmes).

Conclusion de la Cour des Comptes ? « La prochaine loi de finances doit être l’occasion de mettre en conformité la pratique avec le droit communautaire pour parvenir à un alignement complet au plus tard au 1er janvier 2017 ». On attend de voir.

Topsante


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité