IGIHE.com \BB santé
Dépistage : 5 analyses de sang à faire après 45 ans
Publié le 29-08-2016 - à 13:48' par IGIHE

Et si vous profitiez de la rentrée pour demander à votre médecin de faire un petit check-up santé ? Si vous avez plus de 45 ans, voici 5 analyses à faire inscrire sur votre prochaine ordonnance.

Le dosage du glucose : pour le diabète

Le diabète est dû à un excès de sucre dans le sang : au lieu d’être absorbé par les cellules, il s’accumule, ce qui va jusqu’à provoquer des hyperglycémies. C’est cette hyperglycémie que l’analyse de sang (appelée mesure de la glycémie veineuse à jeun) va détecter. Si elle est inférieure à 1,10 g/l (6,0 mmol/l), il n’y a ni diabète, ni prédiabète. Vous pouvez attendre entre 1 et 3 ans pour renouveler le test.

Entre 1,10 g/l et 1,25 g/l (6,0 et 6,8 mmol/l), le diagnostic d’hyperglycémie modérée à jeun (prédiabète) est posé. Dans ce cas, la mesure doit être renouvelée un an plus tard.

Si la mesure est supérieure ou égale à 1,26 g/l (7 mmol/l), on pense au diabète de type 2. Mais un second test de glycémie veineuse à jeun sera nécessaire pour confirmer le diagnostic.

A noter qu’après 45 ans, on devient pour les médecins une " personne à risque de diabète ", or une personne atteinte peut vivre plusieurs années sans présenter de symptômes. Pendant ce laps de temps la glycémie élevée endommage silencieusement l’organisme et des complications peuvent se développer. D’où l’importance de ce test sanguin.

Le bilan lipidique : pour le cholestérol

Le cholestérol fait partie des graisses indispensables au bon fonctionnement de l’organisme mais, en excès, il augmente le risque de maladies cardio-vasculaires (infarctus, AVC...) surtout après 45 ans. Pour savoir si l’on souffre d’un excès de cholestérol, on fait une prise de sang à jeun appelée bilan lipidique . Elle permet de doser le LDL (le mauvais cholestérol) qui, idéalement, doit être inférieur à 1,5g/L mais aussi le HDL (le bon cholestérol) qui doit être supérieur à 0,4 g/L pour un homme et 0,5 g/L pour une femme. Le bilan lipidique dose aussi les triglycérides (les "mauvaises graisses") dont le taux doit être inférieur à 1,5 g/L.

Si le bilan se révèle perturbé, le médecin demandera un bilan plus approfondi lui permettant d’évaluer une anomalie lipidique (EAL).


Le dosage de la TSH : pour la thyroïde

A la ménopause, il n’est pas rare de voir apparaître une hypothyroïdie . Ce trouble provient souvent du vieillissement prématuré de la glande, sans doute lié à la diminution des hormones féminines. Le seul moyen de savoir si votre thyroïde fonctionne au ralenti, c’est de doser une hormone : la TSH (thyréostimuline). Les valeurs normales de cette hormone doivent être comprises entre environ 0,15 et 5 mUI/l. Une TSH élevée est le signe que la thyroïde ne fonctionne pas assez et ne fabrique pas assez d’hormones, ce qui indique une hypothyroïdie.

Mais une seule prise de sang ne suffit pas pour faire le diagnostic. Le taux de TSH est vérifié plusieurs fois avant d’affirmer que vous souffrez d’hypothyroïdie.
Le dépistage des IST : pour la syphilis et le VIH

Normalement, votre médecin généraliste doit vous demander si quelque chose a changé dans votre vie sexuelle, ce qui peut augmenter le risque d’infection sexuellement transmissible (IST). Mais le sujet n’est pas toujours facile à aborder. Aussi, si vous avez un nouveau partenaire sexuel, des partenaires sexuels multiples, ou que n’utilisez pas toujours les préservatifs , mentionnez-le à votre médecin car on peut être porteur d’une IST sans s’en rendre compte.

Il est important de se faire dépister car la plupart des infections sexuellement transmissibles ne guérissent pas seules.

Les IST qui peuvent se dépister par une prise de sang sont : l’infection par le VIH et la syphilis . Les autres peuvent se dépister par un examen d’urine ou par un prélèvement vaginal.
Le dépistage de l’hépatite C

Selon les résultats d’une étude récente , il apparaît que les hépatites, et notamment l’hépatite C, tuent plus que le VIH. En France, 230 000 personnes sont touchées par l’hépatite C et près de la moitié d’entre elles l’ignorent car elles ne se sont jamais fait dépister et les symptômes sont le plus souvent silencieux.

Le dépistage de l’hépatite C se fait avec une simple prise de sang dans un laboratoire d’analyse biomédicale, sur simple ordonnance de votre médecin généraliste. Mais vous pouvez aussi vous rendre dans un Centre de dépistage anonyme et gratuit (CDAG).

Le dépistage permet de révéler la présence d’anticorps dirigés contre le virus de l’hépatite C dans le sérum sanguin. Toutefois, ces anticorps sont lents à apparaître dans le sang, jusqu’à huit semaines parfois, et il faut donc savoir renouveler l’examen si un doute persiste.

Topsante


Kwamamaza
Commentaires

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Ne vous eloignez pas du sujet de discussion; Les insultes,difamations,publicité et ségregations de tous genres ne sont pas tolerées
Si vous souhaitez suivre le cours des discussions en cours fournissez une addresse email valide.
Votre commentaire apparaitra apre`s moderation par l'équipe d' IGIHE.com
En cas de non respect d'une ou plusieurs des regles d'utilisation si dessus, le commentaire sera supprimer. Merci!