AVC et démence : vous pouvez faire d’une pierre deux coups

Publié par
Le 5 juillet 2017 à 01:24
Visites :
56 2

La prévention de l’accident vasculaire cérébral (AVC) permettrait aussi de réduire les risques de démence : adapter son mode de vie, c’est agir sur les deux tableaux.

Le suivi a démarré voici une quinzaine d’années, lorsque les autorités de la province canadienne de l’Ontario ont lancé un vaste et énergique programme de prévention de l’AVC, en sensibilisant la population à ses facteurs de risque : alimentation mal équilibrée, tabac, sédentarité, hypertension artérielle… Une équipe de la Western Ontario University a évalué l’impact concret de cette campagne, en analysant l’évolution des cas d’accident vasculaire cérébral et de démence.

Première observation : l’incidence de l’AVC est restée constante parmi les 20 - 49 ans, mais a baissé chez les 50 - 64 ans (- 23%), les 65 - 79 ans (- 37%) et les plus de 80 ans (- 38%). Un effet déjà très positif, mais encore renforcé par le fait que les cas de démence diminuent eux aussi, en particulier dans les tranches d’âge les plus élevées (- 15% chez les plus de 80 ans). Le recul est probablement encore insuffisant pour les seniors plus jeunes.

Les chercheurs expliquent : « Le déclin concomitant des taux d’AVC et de démence traduit la manière dont la prévention de l’accident vasculaire cérébral partage des priorités communes avec celle la démence. Nous soutenons le développement de politiques de prévention intégrant à la fois l’AVC et la démence ». On peut supposer - mais ceci doit être vérifié - que le bénéfice le plus sensible, par rapport à la démence, concerne la forme vasculaire, caractérisée par un déclin cognitif (affectant surtout la mémoire) souvent associé à la succession de mini-AVC, qui passent inaperçus séparément, mais qui aboutissent à des dommages cérébraux en raison de leur multiplication.

Avec Passion Sante


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité