Urgent

RDC : les Libéraux démocrates socialistes se retirent de l’Opposition républicaine

Redigé par Radio okapi
Le 11 janvier 2015 à 09:19

Les députés nationaux de dix partis politiques composant le groupe parlementaire des Libéraux démocrates socialistes ont annoncé leur retrait de l’Opposition républicaine, plate-forme dirigée par le président du Sénat, Léon Kengo wa Dondo.
Dans une déclaration de clarification succédant à la sortie du gouvernement de cohésion nationale, ce groupe parlementaire a affirmé n’avoir désormais que sa plénière comme seule instance décisionnelle.
Son président, José Makila, a par ailleurs annoncé sa démission de la (...)

Les députés nationaux de dix partis politiques composant le groupe parlementaire des Libéraux démocrates socialistes ont annoncé leur retrait de l’Opposition républicaine, plate-forme dirigée par le président du Sénat, Léon Kengo wa Dondo.

Dans une déclaration de clarification succédant à la sortie du gouvernement de cohésion nationale, ce groupe parlementaire a affirmé n’avoir désormais que sa plénière comme seule instance décisionnelle.

Son président, José Makila, a par ailleurs annoncé sa démission de la coordination de l’Opposition républicaine

« C’est le divorce consommé avec l’Opposition républicaine parce que je reste dans l’opposition, mon parti politique reste dans l’opposition et je ne peux pas aller à l’encontre de la loi portant statut de l’opposition dans son article 4 qui dit ceci : vous renoncez à votre statut de l’opposition si vous prenez part au gouvernement ou vous soutenez les actions du gouvernement », a expliqué José Makila.

Le député reproche à cette plate-forme de l’opposition d’avoir accepté que quelques uns de ses membres fassent partie du gouvernement de cohésion nationale nommé dimanche 7 décembre par le chef de l’Etat, Joseph Kabila.

« L’Opposition républicaine a pris part au gouvernement et soutient les actions du gouvernement. Donc, ce n’est plus une opposition. Et le groupe parlementaire, et mon parti politique l’ATD, nous sommes de l’opposition politique congolaise », a-t-il précisé.

José Makila affirme que les députés de son groupe ont saisi les prérogatives accordées par la loi aux groupes parlementaires de se définir après la formation du gouvernement, pour requalifier leur groupe parlementaire.

« C’est la loi qui nous y autorise. Ce n’est pas parce que on ne fait pas partie du gouvernement qu’on fait des déclarations intempestives », a-t-il ajouté.

Plusieurs membres de la plate-forme Opposition républicaine ont été nommés au sein du gouvernement de cohésion nationale.

Parmi eux, le nouveau vice-premier ministre chargé des Postes, Téléphones et Nouvelles technologies de l’information et de la communication, Thomas Luhaka, ancien secrétaire général du MLC, parti de Jean-Pierre Bemba.

Le bureau politique de ce parti a en outre décidé son exclusion.


Publicité

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM

Publicité