IGIHE.com \BB Religion
Eglise catholique : Communiqué bleuffard de demande de pardon pour crimes de génocide
Publié le 22-11-2016 - à 12:42' par Jovin Ndayishimiye

La subtilité de l’église catholique rwandaise face à la question de la demande de pardon est fort complexe. L’opinion publique rwandaise ne comprend pas pourquoi quand il arrive à la demande de pardon, l’Eglise catholique actuellement réduite à 50% des Rwandais de confession catholique, d’après RFI de ce 22 novembre 2016, a des réticences à ne pas accepter sa responsabilité dans le génocide des Tutsi de 1994.

Pourtant aucun communiqué officiel se désolidarisant du génocide qui se perpétrait n’a été émis par cette eglise au moment des faits alors que la majorité des Rwandais (plus de 80%) étaient ses adeptes participaient à cet apocalypse. La plupart de ses prêtres et Evêques ne se sont pas non plus cachés dans la commission de ces crimes de génocide.

Certains faisaient même des sermons dans les églises montrant que tuer le Tutsi, "une race que Diaeu a même bannie", cela ne relevait pas d’un péché. Les extrémismes idéologiques ethnocentristes prônés par certains ministres de Dieu au Rwanda ont vite fait de montrer que l’Eglise catholique, entre autres, soutenait les efforts du régime génocidaire d’alors (Avril-juin 1994) d’élimination totale des Tutsi du Rwanda.

"Dans son communiqué, l’église catholique rwandaise reconnaît la responsabilité individuelle de ses princes et ministres. Elle en demande pardon mais elle évite de reconnaître sa responsabilité directe surtout que ces derniers ont commis ce crime contre l’humanité en tant que Princes de l’Eglise, les évêques, en tant que ministres de la dite église, les prêtres et les religieux. Ce communiqué est un mensonge ! ça ne suffit pas. Il faut que ce communiqué soit tourné de sorte que l’église accepte de demander pardon", a déclaré Innocent Ntagara, Cordonnateur des activités de Barakabaho, une ONG locale ayant un volet d’intervention dans le secours en éducation, santé et plaidoyer des jeunes rescapés du génocide des Tutsi de 1994.

"Juridiquement ce communiqué n’a pas de valeur ajoutée. Si ces princes de l’Eglise catholique qui était la plus écoutée en matière de guide spirituel de ses paroissiens, avaient pu lancer un communiqué lu dans toutes les paroisses du pays, là où s’étaient réfugiés tous les Tutsi des villages alentours, le génocide n’aurait pas eu une telle ampleur. Carrément il n’aurait pas eu lieu. Comment cette église n’est pas à même de reconnaître l’étendue de sa responsabilité, de son inaction délibérée ? En cette fin d’année de la miséricorde divine que fête cette Eglise, c’est le moment approprié pour elle, en tant qu’institution, de demander pardon aux rescapés et au million de victimes de ce génocide innommable du siècle dernier", a dit Innocent Ntagara trouvant que l’église catholique en tant que garant spirituel de la majorité des Rwandais devrait prendre l’initiative de reconnaître la dure réalité et ainsi amener les autres sections de la communauté nationale et internationale à lui emboîter le pas.

"Pour moi, la justice réconciliatrice est parfaitement réussie au Rwanda post génocide mais elle est tournée au politique. Poour moi, le rescapé du génocide des Tutsi du Rwanda de 1994 ne connaîtra de véritable justice que quand il lui sera versé des compensations, des réparations de ses droits foulés aux pieds et violentés en 1994. Et l’Eglise devra y jouer un rîle déclancheur de ce mouvement de réparation", a-t-il ajouté.


Kwamamaza
Commentaires

AJOUTER UN COMMENTAIRE

REGLES D'UTILISATIONS DU FORUM
Ne vous eloignez pas du sujet de discussion; Les insultes,difamations,publicité et ségregations de tous genres ne sont pas tolerées
Si vous souhaitez suivre le cours des discussions en cours fournissez une addresse email valide.
Votre commentaire apparaitra apre`s moderation par l'équipe d' IGIHE.com
En cas de non respect d'une ou plusieurs des regles d'utilisation si dessus, le commentaire sera supprimer. Merci!